Geneviève de Galard restera pour l’éternité : « L’Ange de Diên Biên Phu ».

L’article publié en 2014 s’intitulait : « 60 ans après on l’appelle toujours : « L’Ange de Diên Biên Phu ».

70 ans après la bataille qui fit sa gloire, « L’Ange de Diên Biên Phu » s’est envolé pour rejoindre ses Frères d’armes, à 99 ans le 30 Mai 2024

Vidéo

« Dans les derniers jours de la bataille de Diên-Biên-Phu, alors que tout était perdu, 1.520 volontaires dont 680 non parachutistes se présentèrent pour sauter dans la fournaise. Parmi eux, des plantons et des secrétaires. Pourquoi ont-ils fait cela ? Pour les copains, par enthousiasme sacrificiel, par une sorte d’espérance tragique. Dans les heures noires comme dans les autres, souvenez-vous de ceux-là. Ils incitent à se tenir debout ». Dominique Venner.

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 11 avril 1954. Les jeunes parachutistes Vietnamiens des 2e, 3e et 5e bataillon de parachutistes Vietnamiens (BPVN ou Bawouan) sont montés à l’assaut de la position ennemie, baïonnette au canon et en chantant la Marseillaise.

Geneviève de Galard, surnommée « L’Ange de Diên Biên Phu » qui n’a pas voulu abandonner ses blessés.

galard.jpg

– La légendaire Geneviève de Galard –

Vidéo : Geneviève de Galard, premiére femme à  remonter « La Voie Sacrée » de la Légion Étrangère à Aubagne :

Elle est décorée de la « Médaille de la Liberté » par le Président Américain Ike Eisenhower et fait encore encore plus rarissime, effectue la fameuse « Descente de Broadway » sous des tonnes de confettis jetés du haut des gratte-ciels.

broadway.jpg

Distinctions et décorations

La nomination dont elle est la plus fière : Elle est faite « au feu » : « Légionnaire de première classe honoraire » de la Légion Étrangère

Légion d’Honneur « au feu ».

Croix de guerre avec citation « au feu ». Général de Castries. Citation : « A suscité l’admiration de tous par son courage tranquille et son dévouement souriant. D’une compétence professionnelle hors pair et d’un moral à toute épreuve, elle fut une auxiliaire précieuse pour les chirurgiens et contribua à sauver de nombreuses vies humaines. Restera pour les combattants de Diên Biên Phu, la plus pure incarnation des vertus héroïques de l’infirmière Française. »

Médaille de l’Aéronautique.

Médaille Florence-Nightingale.« Croix-Rouge Française ». C’est la plus haute distinction internationale qu’une infirmière peut atteindre. Elle est attribuée pour : « Courage exceptionnel et dévouement à l’égard des blessés, malades, handicapés ou des civils victimes d’un conflit ou d’une catastrophe ».

Médaille de la Liberté (Medal of Freedom). La plus haute distinction civile Américaine.

Grand officier de l’ordre national du Mérite.

Grand Croix de la Légion d’honneur.

Une femme à Diên Biên Phu

« Convoyeuse de l’air dans les années 50, l’auteur est infirmière, chargée du rapatriement des blessés. Le 28 mars 1950, sa dernière mission scelle son destin : la piste d’aviation est bombardée par le Vietminh, le Dakota ne peut repartir. Prisonnière du camp retranché et seule femme à partager le sort des 15 000 soldats enterrés dans la nasse de Diên Biên Phu, elle incarne la figure du courage pour les français des années 50. Surnommée « l’ange de Diên Biên Phu » par la presse américaine, accueillie comme une héroïne par le Président des États-Unis, elle a eu droit au triomphe de Broadway et connu une popularité inimaginable. A l’occasion des 50 ans de la bataille de Diên Biên Phu et pour la première fois, elle témoigne avec noblesse et rigueur son histoire exceptionnelle qui touchera tous ceux de l’après-guerre ».

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.