Crosse-joue ou crosse-menton. Montage haut ou montage bas.

Force est de constater que certains dogmes ont la peau dure. Exemple : avoir le plus grand champ de vision possible dans une lunette, « pour voir ce qu’il y a autour ». Comme si au moment d’épauler et de tirer on faisait abstraction de tout ce qui se trouve autour de l’animal. Alors que j’utilise et avec quel succès, un grossissement de 2 pour des distances comprises entre zéro et trente mètres. Tout est une question de technique de tir.

Les techniques de tir à la chasse sont issues du ball-trap où comme chacun sait il n’est pas possible d’utiliser une lunette. Le problème à la chasse c’est que l’on a gardé les techniques de tir « ball-trap » sans prendre en compte la lunette. Le dogme concernant la position du montage de la lunette veut que celui-ci soit « le plus bas possible ». Oui, il doit être le plus bas possible si vous êtes satisfait de votre façon de tirer en couchant la tête sur la joue de la crosse. Non, si vous n’arrivez pas à tirer correctement et rapidement avec une lunette et/ou un point rouge. Pour vous j’évoquerai plus loin une technique dite « crosse-menton ».

D’abord nous allons examiner l’arme avec laquelle nous tirons. La crosse est elle droite, rectiligne, inclinée, voire décalée vers le bas. Si la crosse est droite, rectiligne, il faut que le montage soit haut, sinon comme pour ma CZ je suis obligé de compenser en plaçant le bec inférieur de ma plaque de couche au sommet de l’épaule. Inconvénient : il faut une carabine alourdie comme la mienne par une cartouchière de crosse et une lunette de 700 grammes pour absorber le recul. L’idéal serait de remplacer la plaque de couche standard, fixe, par une plaque de couche réglable en hauteur. www.ESPfrance.com catalogue n°8 page 82. Pose facile par un armurier. Le fait de déplacer la plaque de couche vers le bas, vous permettra d’épauler correctement en profitant de tout l’appui de l’épaule.

La crosse est inclinée vers le bas, voire franchement décalé un montage haut facilitera l’acquisition de l’animal dans la lunette par la technique dite : « crosse-menton », sans passer par une modification de la plaque de couche et ce qui est le plus important dans cette technique : en gardant la tête droite.

Les techniques de tir à la chasse en sont restées à l’ère du fusil classique à deux coups, on couche la tête sur la crosse et on prend sa visée. Certains vous diront que cela fonctionne depuis plus d’un siècle comme ça !

Oui ! Sauf qu’ils oublient de préciser deux choses :

  • Les organes de visée sont dans le prolongement de l’arme, il est donc nécessaire de se coucher sur l’arme pour aligner correctement les dits organes de visée. CQFD !
  • On tirait auparavant une gerbe de plomb d’un mètre de diamètre et que l’on envoie aujourd’hui un projectile de quelques millimètres de section. Déplacer le centre d’une gerbe de plomb de trente centimètres ne va pas changer grand-chose, déplacer la trajectoire d’une balle de quelques centimètres et le gibier est perdu, pire… ! Mortellement blessé et perdu.

Combien de chasseurs ont-ils acheté une lunette ou un point rouge pour finalement l’abandonner : « je l’ai enlevé je n’arrive pas à tirer avec ». Voilà ce que l’on entend sans arrêt. Évidemment, entre se couché sur une crosse, prendre une visée plus ou moins précise avec une hausse et un guidon et se plier aux contraintes d’une lunette quand aucune erreur de placement de la tête ne pardonne, le choix est vite fait. Un tir rapide avec une lunette c’est contraignant parce qu’il exige d’avoir le regard quasiment au centre de l’optique. Vous n’arrivez pas à tirer avec une lunette parce que votre tête occupe une position qui n’est pas naturelle : couchée sur la crosse. Et si vous vous teniez la tête droite ? Ah oui ! Mais le montage est tellement bas qu’en fait vous vous retrouvez à regarder par-dessus la lunette. ! L’association d’un montage haut et d’une crosse décalé ou inclinée, que l’on peut compenser en épaulant très haut sur l’épaule, permet de garder la tête droite. Technique : L’arme épaulée, canon à 45° vers le bas, quand l’animal est visible et identifié, relever simplement le canon pour porter la lunette à la hauteur des yeux, la tête ne bouge pas, c’est la lunette qui vient s’intercaler dans votre champ de vision.

Pour permettre à la lunette de s’intercaler automatiquement et naturellement devant vos yeux, nous allons rajouter une dernière technique celle dite de la « crosse-menton ». Actuellement, votre repère mental c’est : « ma joue est couchée sur la crosse, je tente d’aligner hausse et guidon, je tire ». Nous allons remplacer cela par : « ma tête est droite, mon menton touche la crosse, donc mon regard est pile au milieu de la lunette, je lâche la balle ». Entrainez vous chez vous à épauler l’arme, bec de crosse inférieur au sommet de l’épaule si nécessaire (voir plus haut) faites monter le canon de l’arme jusqu’à que le bois de la crosse touche votre menton. Abaisser et remonter l’arme sans désépauler. Recommencer. Important : au début de cet exercice vous gardez l’arme épaulez et vous vous contentez de faire un va et viens du bas vers le haut avec le canon. Plus tard, vous épaulerez directement. La répétition «  à sec », à vide, a pour but d’amener votre cerveau à créer un réflexe neuro-musculaire, celui de faire coïncider la crosse et le menton. Un réflexe neuro-musculaire c’est un geste que nous accomplissons sans même nous en rendre compte. Exemple : Porter sa fourchette à la bouche. Nous ne « visons » pas la bouche, du moins nous ne la visons plus. Alors que le bébé lui « tape » souvent à coté… de la bouche. C’est ce réflexe neuro-musculaire qu’il faut acquérir par la répétition du geste jusqu’à qu’il devienne un automatisme avec pour conséquence que votre regard est toujours bien centrer au niveau de la lunette et que votre cible est au centre du réticule. Si vous ajoutez à cette technique un grossissement permanent de 2, vous ne chercherez plus l’animal, vous serez toujours pile au milieu de celui-ci, vous ne raterez plus grand-chose… ! Pensez toujours à doubler le tir immédiatement sous l’oreille de l’animal.

Résumons :

1° crosse-joue : la tête va se coucher sur l’arme, position désagréable, sujette aux effets du recul. Prise de visée longue et fastidieuse.

2° crosse-menton : tête droite, le regard légèrement abaissé vers l’avant, l’arme épaulée c’est le canon qui monte et s’intercale dans votre champ de vision. La photo montre l’épaulement volontairement haut sur la plaque de couche.

Le plus important ce n’est pas tirer de nombreuses cartouches au stand c’est la répétition des gestes « à sec » pour créer un réflexe neuro-musculaire.

Sur les deux photos suivantes, on voit bien la position dite : « ball-trap » ou « crosse-joue ». La joue est collée à la crosse, tête inclinée, le regard dans l’axe des instruments de visée.

dan2.jpg

On est bien en position ball trap, c'est à dire crosse-jou

Sur cette photo on voit tout de suite la différence avec la précédente : La tête est droite, le menton touche la crosse, on est bien en « crosse-menton ».

La position tête droite est plus naturelle à tenir, elle permet d’appréhender mieux la situation générale, elle permet aussi d’identifier plus facilement, en gardant les deux yeux ouverts. En n’ayant à fermer qu’un œil on gagne en « temps de réaction ».

La position tête droite est plus naturelle, elle permet d'

La même photo vue de l’autre côté : Le bec de crosse inférieur est placé plus haut sur l’épaule pour compenser le fait que la lunette n’est pas assez surélevée.

A l’inverse de ce que préconise le monde de la chasse en général, je préconise un montage HAUT, justement pour garder la tête droite !

la tête reste droite grace à la lunette et à l'épauleme Merci à Daniel G. Mannequin élite chez « Chasseur de sanglier.com« .

S’il vous reste un doute, jetez un coup d’œil sur cette carabine MARLIN 1894 et notez la pente ! :

marlin-1894.jpg

Et je ne vous parle même pas de cette REMINGTON :

remington.JPG

L’angle entre l’axe du canon et la crosse est encore plus marqué que sur la BLASER qui a 115 années de plus !!!

Objectivement, croyez-vous qu’il soit nécessaire de se coucher sur la crosse pour viser ou suffit-il de rester la tête naturellement droite pour que les organes de visée s’alignent tout seul ? A condition toutefois que la crosse le permette, sinon il faut épauler le bec de crosse inférieur au sommet de l’épaule.

Mais cela ne reste possible que sur des armes de calibre 7mm en gros et d’un poids minimum de plus de trois kg.

Mesurez l’angle qu’il y a entre l’axe de visée et le bec supérieur de la crosse ! Sans commentaires !

marlin-1894.jpgRemington--7600-pompe-copie-2.jpg

336BL_LeverA_70502---Copie.jpg

Vu sur internet cette antiquité Française: « LE TULLE » preuve que depuis fort longtemps on s’était déjà penché sur ce probléme.

french-tulle-copie-1.jpg

Carabine Mosin-Nagant M91/30 PU Sniper. 7.62×54 R. 1944 Izhevsk.

Mosin-full-length---Copie.jpg

Plus l’angle est important, plus la visée peut se faire tête droite. Plus l’angle est fermé, plus il faut se coucher sur l’arme.

Notez le décentrage de la plaque de couche par rapport à la crosse. Il permet de pratiquer un tir tête droite et non pas couchée, qui est réservé aux spécificités du ball-trap.
Je prétends que se coucher sur l’arme n’est pas naturel QUAND ON TIRE AVEC UNE LUNETTE !

Un autre exemple de crosse décentrée par rapport à l’axe du canon et de la visée :

glock-visee-decentree.jpg

Photo www.glock.forumpro

Notez le décentrage de la plaque de couche par rapport à la crosse. Il permet de pratiquer un tir tête droite et non pas couchée, qui est réservé aux spécificités du ball-trap.

crosse-a-trou---sabot-decentre---Copie.jpg

Je prétends que se coucher sur l’arme n’est pas naturel QUAND ON TIRE AVEC UNE LUNETTE ! On est pas au ball-trap !

L’exemple d’un montage très haut et d’un appui : « Crosse menton ».

montage-tres-haut-et-crosse-menton.JPG

Épaulement haut pour compenser l’absence de pente sur l’arme.

crosse-menton-copie-1.jpg

Mise à jour du 25 Juin 2013 : Voici trois images extraites d’une vidéo qui parlent d’elles mêmes.

epauler-au-sommet-de-l-epaule.jpg

epauler-au-sommet-de-l-epaule-2.jpgepauler-au-sommet-de-l-epaule-3.jpgLa 

Print Friendly, PDF & Email

4 thoughts on “Crosse-joue ou crosse-menton. Montage haut ou montage bas.”

  1. Bonjour,
    Intéressé par le montage d’un point rouge sur la lunette , j’ai lu vos 2 articles ce concernant et je pose la question suivante : sur un cal comme le 375hhm le fait de tirer tête droite (et non joue sur crosse) avec le point rouge n’engendre t’il pas le risque du « magnum kiss » , la lunette rencontrant l’arcade sourcilière du tireur ? C’est ce qu’affirment certains . Avez-vous expérimenté (ou d’autres personnes) ce tir « tête droite » avec une carabine cal 375hhm ? Je voudrais en être sûr avant de monter mon point rouge sur la lunette de ma CZ 550 375hhm . Merci beaucoup pour vos articles .

    1. Veillez à ce qu’il y est plus de distance que pour un calibre normal, entre la lunette et l’œil.(C’est du vécu !) Neuf centimètres c’est ce qu’il doit vous rester APRÈS vous être approché au maximum de la lunette. Et ça c’est pas un conseil que vous ne trouverez nulle part ailleurs sur internet ou dans un livre !!! Je dis cela pour ceux qui croient que je recopie des informations ici où là ! Comme me disait un expert en balistique : “De toute façon, les ratés ne vous raterons pas”. Quand c’est le cas, je ne me contente pas de recopier, je cite et je le précise ! Le tir au stand c’est une chose, le tir en action de chasse c’est autre chose : instinctivement on se rapproche beaucoup de la lunette et là ça fait très mal !
      http://www.chasseurdesanglier.com/article-chasse-en-afrique-conseil-pratiques-50227211/

      Résumé : Vous épaulez, vous rapprochez la tête au maximum de ce qu’il est possible de s’approcher puis vous comptez 9 cm de plus. C’est simple.
      Cela doit faire pas loin d’une dizaine d’années que je ne tire plus qu’avec ma 375 HH, du chevreuil au cerf.

  2. Bonsoir,
    vous comparez le tir sur gibier et le tir au ball trap,
    et bien vous faites une sacré erreur c est la meme technique,
    il est complètement idiot de se coucher sur la crosse pour casser un plateau le principal est de voir partir le plateau, en se couchant vous fermez les angles de vision et vous ne pouvez pas casser les plateaux avec des trajectoires droite gauche extreme.

    1. Je me suis peut-être mal exprimé. Je ne compare pas de façon littérale les deux techniques, je ne rentre pas dans la technique profonde du ball trap. je fais une comparaison générale. une fois le plateau parti et accroché par l’œil il faut bien se coucher pour aligner hausse et guidon. C’est l’action de se coucher sur la crosse qui compte dans la comparaison, pas le moment où on le fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.