Géostratégie : Vidéo. Décryptage et analyse : 2ème REP. « Mali, sous le feu des djihadistes ».

 Très intéressant reportage tourné par « FRANCE 24 » accompagnant des légionnaires du -mythique- 2ème REP.

Des choses intéressantes, très positives ! Si vous voulez comprendre la différence essentielle entre la façon d’opérer des Américains et celle des Français, vous allez tout de suite saisir que ces derniers ne cherchent pas -systématiquement- à vaporiser une position ennemie, ils essayent aussi et c’est tout à l’honneur des soldats Français de ne pas éliminer ceux qui se trouvent malgré eux, embarquer dans cette aventure.

Il est clair et je vois suffisamment de vidéos pour dire que dans un cas comme celui-là les Américains auraient vitrifié la zone !

On verra une capture d’image très intéressante, montrant un légionnaire qui a piqué un truc à Tsahal : le « Mitznefet« . Tsahal, seule armée au monde à posséder cet accessoire réglementaire et donc obligatoire. Faut-dire que le combat chez Tsahal on connaît ! Peut-on en dire autant de tout le monde…!

Vous lisez d’abord l’article complet. A la fin se trouve la vidéo du reportage. De cette façon vous serez plus attentif à mes commentaires.

Article complet

Nous voilà donc embarqués « embedded » comme disent les Américains au sein d’une unité prestigieuse, celle du 2ème REP de la légion étrangère.

Ces hommes sont chargés de ratisser une zone où sont censés se trouver des « djihadistes ».

En fait de djihadistes, ils vont être confrontés à un groupe de cinq individus dont un adolescent de 14 ans (Soudanais) enrôlé de force.  Cinq types paumés, abandonnés par leurs chefs au milieu de « la planète Mars », dans un trou de rocher, sans eau, sans vivre et qui, pressés d’en finir avec une vie de merde, vont combattre jusqu’au bout sans vouloir se rendre ! Se rendre ? Pourquoi faire ! Pour croupir dans une prison… ! Que peuvent-ils attendre d’autre de cette existence de M…. qui fut toujours la leur dés leur naissance.

Avant d’en arriver à cette partie du reportage consacré à cet accrochage proprement dit, on voit le 2ème REP nomadiser au milieu de ce qu’eux mêmes surnomment : « la planète Mars ».

Voici une vraie photo de la planète Mars, effectivement c’est le même paysage et la même couleur !

mars.jpg

Quand l’hélicoptère survole le camp de base des Français, il vient au journaliste cette réflexion : «  Les hommes vivent comme des nomades ! La logistique n’a jamais été le point fort des Français ». Tu l’as dit bouffi ! Entre la paye qui n’arrive pas grâce à LOUVOIS, des centaines de militaires qui se retrouvent en espadrilles, obligés de passer leurs chaussures de marche à ceux qui montent au combat, à  cause de la colle des semelles qui fond au soleil, une rupture d’approvisionnement en eau potable et j’en passe sûrement … !

On voit les légionnaires progresser au milieu d’un habitat défensif et enterré.

Et là, cette réflexion qui se croit intelligente du reporter de France 24 : « Dans ces conditions, les drones et les satellites sont aveugles ».

Je lui réponds : Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. Évitez ce genre de jugement lapidaire, vous n’y connaissez rien ! Les capteurs abandonnés existent depuis la guerre du Viêt-Nam. Il y en a même qui détectait l’urine humaine ! Oui je sais ! Cette technologie n’est pas arrivée au cerveau  de notre état-major, 50 ans c’est encore un peu tôt en France. Il vaut mieux aligner 225 avions RAFALE qui n’auront jamais le temps de décoller en -vrai- temps de guerre.

Passons à l’aspect « armement » des Légionnaires. Je suis  toujours aussi étonné de constater le côté complètement hétéroclite de l’armement des soldats. On a toujours l’impression que la 5ème puissance industrielle mondiale est toujours en train de racler les fonds de tiroirs pour envoyer quelques centaines de soldats combattre.

Je m’explique : On voit un FAMAS complètement équipé : optique AIMPOINT, laser, torche. Et puis à côté de ça on voit des FAMAS pourvus d’optique et d’autres totalement nus, sans optique ! Rien NADA ! Ça laisse rêveur sur l’état de notre armée.

Vous connaissez l’expression : « être habillé comme une paye », par paye on entend « salaire ». Or là, dans le cas qui nous occupe et compte tenu de la paye LOUVOIS, « être armé comme une paye », c’est vraiment d’à propos.

En matiére de GPS je n’ai vu en tout et pour tout qu’un malheureux GPS civil de poignet pour jogger . Et encore là aussi surement acheté sur sa solde…!

On a pas les moyens de payer à nos soldats des GPS Français durcis de chez GLOBE 4×4 ?

gps-garmin-copie-1.jpg

Toujours pas de lance-grenades automatiques dont la portée est quand même de plusieurs centaines de mètres.

lance-grenades.jpg

A ce sujet je voudrais rappeler qu’un lance-grenades de 40 mm ne tire pas obligatoirement des projectiles servant à vitrifier une position ennemie.

Il existe des gaz incapacitants légers qui permettraient de neutraliser de façon « light » une position ennemie sans forcément tuer tout le monde et sans se mettre soi même en position de trop prendre de risques par un assaut frontal.

De toute façon, ce genre d’opérations relèvent plus de techniques dites : « Police » que de la guerre proprement dite. Nos généraux élevés en batterie à l’odeur de la Tubal 2000 dans des écoles dites de « guerre » rechignent à évoluer.

Que vaut-il mieux un ennemi délogé aux gaz incapacitants et qui forcément un jour sera bien content de rentrer chez lui vivant ou un type mort dont la famille  ne cessera de vouloir le venger et qui fabriqueront d’autres « martyrs ».

Méditez ! Méditez ! Il n’est jamais trop tard, sur la solution qui a le plus de valeur ajoutée à long terme.

Toujours pour rester dans la partie armement, je ne vois aucune arme de poing en dotation individuelle, ce qui est parfaitement regrettable. On devrait passer un deal avec un fabricant et les faire assembler et conditionner sur le sol Français.

Pas d’arme individuelle en dotation à part celle d’un Lieutenant Colonel qui la porte dans un étui à « rétention 2 » sur la poitrine. Et encore doit-il s’agir d’une arme personnelle.

Autre chose également qui m’a choqué. Il y a deux gars dont un est lieutenant colonel et qui ne porte pas de casque balistique mais un casque-radio. J’ai l’impression que l’un d’eux est un contrôleur aérien avancé, équipé d’une carabine de précision munie d’un modérateur de son.

Je trouve cela dangereux d’un point de vue tactique car qui dit casque-radio dit automatiquement : « cible à haute valeur ajoutée » et/ou « cible à capacités spéciales ». C’est une façon particulièrement stupide de se désigner à l’ennemi !

Dans le livre « Appui-feu en Afghanistan », il y a cette interception radio de l’ennemi qui dit en désignant un  contrôleur aérien avancé : « Visez l’homme avec la grosse antenne noire ».

Or les deux gars en question cumulent un casque spécifique et une grosse antenne noire !

On en arrive à l’accrochage proprement dit :

L’échange de tir commence et une fois localisé les légionnaires montent à l’assaut.

Et quand je dis « monte à l’assaut », même s’il n’y a pas les images, ce n’est pas une vue de l’esprit ! Les types en face ne bougent pas de leur position dans les rochers, il va donc falloir aller les chercher un par un si nécessaire, avec tous les risques que cela comporte. L’expression « à la petite cuillère » prend ici tout son sens. N’essayez pas de traduire cette expression en Américain, ils ne comprendraient pas ! Leur échelle de volume à eux c’est la soute d’un B52 !

Et là il faut quand même reconnaitre l’immense différence entre un « savoir-faire » Américain et un vrai savoir-faire (sans guillemets) Français.

Autant notre armement est pourri, obsolète, dépassé, autant nous avons en France un très haut niveau de potentiel humain, très au dessus des Américains, sans toutefois égaler le champion du monde Israélien issu d’un croisement génétique de trois races de guerriers, trois Grands+Maitres de guerre, que sont (*Renvoi 1) : L’Allemand, le Russe et l’Anglais. Face à ça on ne peut pas lutter !

Pourquoi je parle d’un comportement typiquement Français et fondamentalement différent de celui des Américains face à une position ennemie à enlever ?

  • Comportement Américain : « Cougar Noir ici tango-gigolo, faites traverser l’Atlantique à un B2 nous avons une position ennemie à détruire d’au moins 4 combattants. Oui c’est ça ! Vous rasez tout sur un kilomètre. Rogers ! ».
  • Comportement Français : « En avant la Légion ! » ou cette citation, la plus belle que je connaisse : « LA MONTAGNE NOUS BARRAIT LA ROUTE, L’ORDRE FUT DONNÉ DE PASSER QUAND MÊME, LA LÉGION L’EXÉCUTA ».
  • Mai 1928. Maroc : Tunnel de la Légion.

Crédit photo : www.la-legion-au-maroc.fr

tunnel-legion.jpg

Crédit photo : www.la Légion au Maroc.fr

La position ennemie a été enlevée à l’arme automatique, sans faire usage ni de grenades, ni même d’appui-feu aérien. Dans le cas contraire, le gamin de 14 ans ne serait jamais sorti vivant de dessous les cadavres des quatre autres. Il me parait très important de le souligner parce que ce faisant la prise de risques pour les Légionnaires est maximale. L’ennemi peut faire le mort et se faire sauter au dernier moment.

Si  la position avait été traitée par des Américains, avant même de s’en approcher, ils l’auraient copieusement arrosé à la grenade, ne laissant aucun survivant.

Je suis abonné via YOUTUBE aux vidéos Américaines filmées à l’aide de caméra GOPRO fixées au casque.

 Ce n’est pas difficile, dés qu’ils se font accrocher, ils demandent un appui aérien et comme les types en face tirent toujours depuis l’intérieur d’un village, ils font sauter à chaque fois la moitié du village pour ensuite s’étonner de fabriquer des générations spontanées de terroristes !

Il y a un point que je voudrais quand même soulever, c’est le sort de ce gamin de 14 ans, Soudanais, enrôlé de force. Ok ! Il va être soigné dans un hôpital militaire Français (du moins je le pense) mais après on en fait quoi du gamin ?

  • Option 1 : On le renvoi à la rue à plusieurs milliers de kilomètres de chez lui comme on a foutu dehors sur le pavé parisien un « pirate » Somalien.
  • Option 2 : On le remet aux « autorités » du pays qui vont le coller en prison, l’humilier, le torturer en toute impunité.

Autre option : On le soigne, pendant ce temps on localise sa famille et on le renvoie via les airs  à sa famille et son pays d’origine.

Qu’est ce qu’il racontera une fois arrivé dans sa région :

Qu’il a été enlevé par des djihadistes, enrôlé de force, blessé et soigné par des Français qui l’on rendu à sa famille et c’est grâce à ces derniers  qu’il a pu rentrer chez lui.

Si nos généraux avaient une vue à long terme, ne pourrait-il pas voir toute la valeur ajoutée que nous pourrions tirer de cette affaire… ! C’est comme jouer au LOTO : « 100% des gagnants ont tentés leur chance ». Sans compter qu’on pourrait aussi le retourner en agent dormant dans sa région d’origine, pour signaler des mouvements suspects.

Qui peut dire ce que ce gamin de 14 ans deviendra s’il rentre chez lui via un coup de pouce Français.

Et si ce môme de 14 ans, se retrouve à occuper une haute fonction politique ? Et si ce môme de 14 ans fait des gosses et qu’un de ces gosses occupe un jour une haute fonction, c’est à nous Français qu’il le devra. A l’inverse, que deviendra t’il une fois dehors à des milliers de kilomètres de chez lui, ne possédant rien et n’ayant rien à perdre ? Qui peut le dire…… ?

 « FRANCE 24 Reporters – EXCLUSIF : Mali, sous le feu des djihadistes »

(*Renvoie 1) : Prédominance écrasante du matériel et de l’ingéniosité Israélienne au combat.

Regardez bien cette capture d’image extraite de la vidéo de France 24.

couvre-casque-Tsahal-2.jpg

Le casque de ce Légionnaire qui a livré l’assaut final, on dirait qu’il est tout cabossé, il n’a aucune forme réglementaire et SURTOUT PAS celle d’un casque !

Vous avez dire bizarre ? Comme c’est bizarre !

Figurez-vous que cette façon de « briser » l’image traditionnelle du casque pour un œil humain est volontaire !

En fait le Légionnaire en question s’est servi de ce qu’il avait sous la main, un morceau de tissu vert (!) pour briser la forme conventionnelle du casque.

Et à qui a-t-il piqué cette idée géniale ? Quelle est la première armée a avoir inventé et doté réglementairement ses soldats de cet accessoire ? Mais à Tsahal évidemment !

Le principe fondateur du camouflage c’est de briser la forme originale de l’homme ou de l’animal. Les rayures du tigre sont verticales comme les hautes herbes, elles ne sont pas horizontales !

Les casque Français et US qui sont semblables sont dit : « casque Fritz ». Ils découlent du casque Allemand de la seconde guerre mondiale (à moins que ce ne soit l’inverse 😉 😉 😉 

Casque dit « Fritz ». US , Français, OTAN, etc. Quand les Américains entrèrent dans l’ordinateur, les coordonnées du casque idéal, ils se retrouvèrent avec un vrai casque Allemand de la seconde guerre mondiale.

casque sans protect 2

Casque Allemand. Seconde guerre mondiale.

casque-alle.jpg

Pour des raisons qui s’expliquent aisément, il n’aurait pas été militairement-correct de reprendre la forme Allemande originale, connotée  « Nazi ». Et puis de toute façon, ceux qui décident ne sont pas ceux qui subissent les conséquences de leurs décisions sur le terrain. Ils se contentent de parader sur les Champs Élyséens… !

CQFD : Quand un de nos soldats sort la tête pour voir ce qui se passe derrière un rocher, une tranchée, etc. que voit-on même à plusieurs centaines de mètres : la silhouette caractéristique du casque.

Que voit-on quand un Israélien sort la tête munie de son « Mitznefet » , même à quelques dizaines de mètres : Rien ! Nada ! Sinon une forme complètement déglinguée, cabossée, adaptée à son environnement : désert ou feuillu. Un rocher parmi les rochers, un monticule d’herbe.

Photo et extrait de la fiche « TSAHAL » du site : « World-war-helmets.com ».
« Le couvre-casque le plus employé à l’heure actuelle par le « tsahal » est le couvre-casque « Mitznefet » constitué d’une simple jupe fabriqué dans un filet à mailles très fines imprimés des deux cotés (dominante verte et marron), dont la base est parcourue par un élastique pour le maintien sur le casque. Cette jupe très large permet de casser la silhouette du casque et de simuler en quelque sorte une forme chaotique tel un petit buisson ».

sur-casque-tsahal.jpg

Ce « Mitznefet » est réglementaire chez TSAHAL depuis…. 1994. Soit 20 ans ! Inutile de dire que 20 ans c’est beaucoup trop proche pour que nous ayons adopté nous autres Français cet accessoire vendu sur EBAY 20 $ ! Une fortune pour le contribuable Français… ! Vous avez le lien pour vous l’acheter ça vous évitera de bricoler un « Mitznefet » découpé dans de la toile verte pour servir de camouflage dans les rochers ! Ah quelle misère….. !

Gageons que les spécialistes d’accessoires militaires s’empresseront de le mettre au catalogue.

Une dernière pour la route : Toujours pour démonter tout ce que TSAHAL a put apporter au combat moderne. Outre les drones armés ou non, ils ont également inventé un système qui permet d’ouvrir une porte d’entrée sans s’en approcher et ce à une distance pouvant aller jusqu’à 30 mètres.

Le tout avec un simple fusil d’assaut et sans adaptation spéciale.

Il y a deux façons d’ouvrir une porte pour nous autres Français :

  • La défoncer à coups de masse ou à coups de pieds en priant que les types à l’intérieur ne vont pas tirer à travers portes et cloisons.

ouverture-de-porte-a-la-masse.jpg 

Cette vidéo très amusante surtout à la fin est très révélatrice des aléas de cette méthode ! La vidéo a été supprimée. En fait il tape « comme un âne » sur la porte gauche qui refuse de s’ouvrir, c’est alors qu’un autre soldat arrive pousse le battant droit et…… la porte s’ouvre toute seule !

  • En  scotchant des explosifs sur la porte. Pas très discret, oblige à se coller à la porte en priant que les types à l’intérieur ne vont pas tirer à travers portes et cloisons.

Ou à la manière Israélienne en greffant sur son fusil d’assaut et sans adaptation spéciale (principe du piège à balle), le système dit « SIMON ». Un dispositif qui peut être tiré à une distance pouvant aller jusqu’à 30 mètres.

ouverture-de-porte-simon.jpg

ouverture-de-porte-simon-2.jpg

Je suis prêt à parier qu’il n’y en a pas un seul exemplaire en dotation dans l’armée Française ! Pas un ! Nous on travaille « à l’ancienne » : avec la b… et le couteau…!

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.