Propositions insolentes pour réformer la chasse.

D’abord que la Loi reconnaisse l’aspect traditionnel, culturel et rural de la chasse en battue telle qu’on la pratique encore dans les campagnes. Que ce soit une “Loi d’ordre public” qui s’impose à tous et à laquelle on ne puisse y déroger localement.

On constate qu’il de plus en plus de mesures vexatoires et caractérisées envers les chasseurs. Chacun dans son coin, sort, qui son petit arrêté, “il faudrait refaire le rond et réunir tout le monde avant de remettre un chien sur “un pied” !!! On croit rêver !! D’un côté on accuse les chasseurs de ne pas tuer assez de sanglier et d’un autre coté, on fait tout pour les empêcher de chasser ! En Dordogne, le Préfet demande aux gendarmes de verbaliser les chasseurs qui ne stationnent pas sur des aires spécifiques (!!!) alors même que les randonneurs ou les ramasseurs de champignons se garent où ils veulent. Messieurs les maires, après les aires de stationnement pour “nomades” et “camping car”, il vous faut maintenant construire des aires de stationnement pour “chasseurs”, “randonneurs” et pourquoi pas des aires pour “téléphoner”, des aires “fumeurs”, “non fumeurs”, etc….

On voit bien que toutes ces mesures sont prises par des anti-chasse qui ne déclarent pas ouvertement. Par contre, le montant des dégâts aux céréales, dégâts dont les prix flambent, sont imputés aux chasseurs. Il serait temps que les pouvoirs publics publient une loi chasse qui s’applique à tout le monde et que les fonctionnaires si haut fussent-ils, ne puissent rajouter leur grain de désordre. Il serait temps que les Fédérations de Chasseurs prennent des initiatives…!!

Autre mesure, les jours de battue, pouvoir circuler sans laisser-passer sur toutes les pistes forestières de l’ACCA où l’on chasse. La carte de membre valant autorisation de circuler. Certaines dispositions du “Volet sécurité” du Schéma Départemental de Gestion Cynégétique (SDGC) approuvé par le Préfet de la Haute Garonne le 21 Décembre 2006, semblent plutôt avoir été sciemment élaborés pour décourager les chasseurs de pratiquer leur loisir. A défaut d’avoir cette volonté, elle démontre surtout et c’est bien là le paradoxe, une méconnaissance totale de la chasse en battue. Et surtout ne pose absolument pas la question de l’efficacité et de la dangerosité de la plupart des balles en calibre 12. Ce qui est quand même un comble pour des dispositions qui se prévalent de la sécurité !!!! Et qu’en est il des questions que je soulève par rapport aux animaux blessés mortellement ? Lu sur le site de le la F.A.C.E (Fédération des Associations de chasse et de conservation de la faune sauvage). Tous les textes sont traduits en Français. Ce paragraphe extrait de la prise de position de la FACE par rapport au projet NATURA 2000 et adopté par son comité de direction en date du 13.09.2003.

Position de la FACE par rapport à NATURA 2000 : Extrait : …”Les États membres devraient pour cela s’assurer que la désignation de sites NATURA 2000 ne soient pas utilisés comme un alibi pour restreindre la chasse, étant donné que ce serait au détriment de la conservation de la faune sauvage.”

Pour une chasse modernisée, conviviale, conservant sa spécificité rurale.

Propositions insolentes pour réformer la chasse

Depuis 2012, reconnaissons que ce gouvernement socialiste a fait ce que le précédent gouvernement de droite n’avait pas fait : Faire évoluer la législation sur les armes, qui nous interdisait notamment l’accès au 30.06, 308, etc… D’autres demandes verront le jour après différentes réunions avec la Commission Européenne en juillet 2016.

Il reste encore des blocages dû à une méconnaissance totale des armes par des hauts-fonctionnaires bercés un peut trop prés de la télé…. ! Il n’y a qu’à voir les derniers équipements achetés par le ministère de l’Intérieur (Avril 2016) pour mesurer toute leurS incompétenceS… ! Les décrire en détails seraient malheureusement contre-productif !

Suppression de l’obligation UBUESQUE de chargeur fixe sur les semi-autos, nous sommes le seul pays au monde à avoir cette obligation. Nous en sommes même les inventeurs, pour une fois… !!!! Quand il y a un truc idiot à inventer….!! D’où l’impossibilité de sécuriser une arme en enlevant le chargeur !!! Aberrant !!! Par contre je prône une incompatibilité législative et rigoureuse entre un chargeur de semi-auto et un chargeur de carabine à verrou dans une même marque.

Dispositions législatives diverses

Extension du régime des ACCA à tout le territoire national :

Actuellement deux régimes cohabitent : celui des ACCA (Loi Verdeille) et celui totalement FÉODAL, n’ayons pas peur des mots, sous le régime de la Loi de 1901 sans les dispositions de la loi Verdeille. Ce régime de la loi 1901 permet d’écrire tout et n’importe quoi dans les statuts de la société de chasse.

Alors que dans le cas d’une ACCA, le préfet vise les statuts et les rejettent s’ils sont contraires à la loi. Dans le cas de la loi VERDEILLE, l’absence de Loi permet au propriétaire d’un territoire d’accepter ou de refuser n’importe quel chasseur, selon le fait du prince. On peut habiter sur une commune depuis 30 ans et ne pas pouvoir chasser ! C’est normal ?

Puisqu’il n’y a pas d’ACCA, il peut y avoir autant de sociétés de chasse que de propriétaires. Un résident de la commune ne possédant pas un terrain ne peut même pas chasser sur sa propre commune. Bel exemple de démocratie quand on se permet d’écrire par ailleurs qu’il faut  « maintenir une cohésion territoriale et entretenir la solidarité et l’échange inter-générationnels indispensables au maintien de la culture cynégétique et rurale. » 

En revanche, les personnes qui possèdent une résidence dans laquelle elles sont susceptibles d’habiter, ce qui exclut donc les bâtiments à caractère professionnel (magasins, entreprises… ), doivent figurer, l’année de leur admission, pour la quatrième année sans interruption, au rôle d’une des quatre contributions directes.

A remplacer par : Ramener le délai de 4 ans à 2 ans pour pouvoir chasser dans une commune, pour ceux qui possèdent « une résidence dans laquelle elles sont susceptibles d’habiter, ce qui exclut donc les bâtiments à caractère professionnel (magasins, entreprises… ) ». Le délai court à compter de la date de l’acte notarié ou de celui de la signature du bail.

Date d’ouverture/fermeture grands-gibiers

Sauf pression énorme et localisée des sangliers, ceux-ci sont chassés trop longtemps, avec pour corollaire une diminution brutale des prélèvements. Certaines sociétés de chasse ferme le sanglier dés le 15 janvier pour arrêter la casse. 50% de moins par rapport à la saison précédente ! Je parle en Haute-Garonne.

Actuellement on chasse en Haute-Garonne de mi-juillet (tir d’été) à fin février, soit 6 mois et demi dans l’année et en théorie tous les jours de la semaine. Presque 7 mois de chasse dans l’année en comptant les tirs d’été !! C’est du délire ! Ou bien vous croyez à l’existence de générations spontanées de sangliers et de cervidés ? La chasse au grand gibier de l’avis de tous les gens que j’interroge, devrait commencer de la mi-septembre à la fin décembre. Au-delà, tous les « gros sangliers » tués sont des femelles pleines !

La chasse des cervidés ne devrait pas se prolonger au-delà de janvier et être stoppée immédiatement dés la prévisions de fortes chutes de neige.

En effet, la pression de la chasse maintient les cervidés en hauteur qui finissent par être coincés et meurent par troupeaux entiers !

Quand au sel que l’on répand sur les routes ils les empoisonnent ! Bizarrement on n’entend aucun écolo sur le sujet !

La gestion des grands cerfs –

Malheureusement la gestion des grands cervidés n’est pas une mesure nationale imposée par la loi et ne résulte pour le moment que de décision locale. En pratique, on ne laisse pas suffisamment vieillir la population des cerfs pour en faire de grands cerfs : 12, 14 cors, voire plus.

Il faut donc légiférer en la matière. Il faut créer des bracelets pour cerfs de moins de 10 cors et des bracelets pour cerfs de 10 cors et plus. Sachant que l’on attribuera un bracelet 10 cors et plus pour « X » bracelets de cerfs de moins de 10 cors. Compte tenu que tout est à faire en la matière, les 2-3 premières années devront être extrêmement restrictives pour laisser la population vieillir. Ce n’est qu’après que l’on pourra attribuer un quota de grands cerfs à chaque société de chasse.

Épreuves pratiques du permis de chasser.

La réglementation concernant le maniement d’une arme même de chasse ne doit pas relevé de la compétence d’un fonctionnaire de la chasse, ces dispositions doivent être prises par des moniteurs de tir qualifiés, pour éviter l’ânerie actuelle : Position officielle pour la France (et contre tout le reste du monde) pour l’obtention du permis de chasse lors de l’examen pratique. Les  doigts doivent être totalement repliés sur la crosse ! Quand les hauts-fonctionnaires Français réinventent le maniement d’une arme ! Affligeant, pathétique ! Plus d’explications dans l’article : « Doigt sur le pontet » : Une obligation judiciaire ! »

Obligation de satisfaire à des épreuves de tir

Épreuve de tir obligatoire sur “sanglier courant” cible à l’arrêt. Distance : 50 mètres. Tir de 4 balles en moins de 2 minutes, avec ou sans lunette de visée. Seules les zones comprises entre 5 et 2 sont prises en compte. Les zones 0 et 1 sont éliminatoires. Épreuve éliminatoire.

Épreuve de tir obligatoire sur “sanglier courant” à vitesse lente. Tir de 3 balles, avec ou sans lunette de visée. Seules les zones comprises entre 5 et 2 sont prises en compte. Les zones 0 et 1 sont éliminatoires. Pas de pénalités, mais épreuve ouvrant droit à des points supplémentaires pour l’obtention du permis. Peut servir de rattrapage par rapport à l’examen théorique. Le plus important c’est d’inciter les chasseurs à tirer correctement et même plus que correctement. C’est bien là l’essentiel !

Épreuve de tir facultative servant à l’obtention de la mention « élite ». Modalités à définir.

Établissement d’une mention pour l’obtention du permis. « Bien, très bien, élite ». Port d’un insigne numéroté (payant) attestant l’obtention de la mention « élite ».

Épreuves pratiques pour l’obtention du permis en Allemagne : Pour information : « L’examen du permis de chasse Allemand. »le Bac vert ».

« En Nordrhein-Westfalen :

  • Il faut mettre 3 balles sur 5 dans le « 9 » sur le sanglier courant. Pour le « Keiler » (NDR : sanglier mâle adulte) il faut en réalité mettre au moins 3 balles sur 5 dans la zone délimitée visible sur la photo ci-dessous (balles de tête très vivement déconseillées, en battues comme à l’affût), tir à bras franc.
  • Faire 45 points sur la silhouette de chevreuil à 100 mètres. Les 45 points sur la silhouette de chevreuil sont à réaliser avec 5 balles. Tir depuis une chaise d’affût.
  • Tirer 3 pigeons d’argile sur 10 au ball-trap.
  • En cas d’échec à l’une des épreuves, on peut retenter sa chance une deuxième fois le même jour,  uniquement à l’épreuve à laquelle on a échoué. En cas de nouvel échec, il faut repasser en totalité l’épreuve de tir fin août.
  • La loi allemande autorise tout  chasseur à détenir jusqu’à deux armes de poings.
  • La différence entre armes longues et armes courtes ne diffère que par l’inscription du service compétent : en général le « Polizeipraesidium » du lieu de résidence qui intervient pour les armes de poing avant la récupération de l’arme chez le vendeur. En ce qui concerne le port et le transport, il n’y a pas de différence entre les armes.
  • Les armes de poings sont portées à la chasse sans exigences particulières autres la sécurité.
  • Les tireurs sportifs ont une autorisation plus large, mais les chasseurs s’ils sont aussi tireurs, peuvent en tirer argument pour dépasser la limite de 2 pour servir le gibier, en allemand : « Fangschuss ».
  • Il n’y a pas d’épreuve de tir aux armes de poing à l’examen, mais des séances d’instruction dont une de tir, qui donne lieu à l’établissement d’un certificat séparé, lequel doit être présenté lors de l’inscription à l’examen – au cours de la formation, et une manipulation avec munitions inertes (Pufferpatrone) au cours de l’épreuve orale-pratique devant le jury, dans la partie consacrée au domaine « connaissance des armes »,

Formation continue des chasseurs

Améliorer les performances des chasseurs : 

Améliorer les performances, donc obliger les chasseurs à mieux connaître leur arme. Car plus on tire, plus on s’habitue à son arme, plus on s’habitue à une arme, moins on est un danger pour soi et pour les autres. Mais aussi, blesser beaucoup moins que l’on ne blesse actuellement, ce qui est un problème majeur.

Création comme pour les skieurs ou les pratiquants d’arts martiaux de degrés de qualification au tir du sanglier courant. Pourquoi ? Pour créer une certaine émulation entre les chasseurs et les faire passer un peu plus souvent par le stand.

Chaque degré serait évidemment marqué par des difficultés supplémentaires telles que rapidité, précision, etc…

Sanglier courant : degrés de progression :

  1. Bête rousse
  2. Marcassin
  3. xxx
  4. xxx
  5. xxx
  6. xxx
  7. xxx
  8. Suscofra

Pour amener plus de chasseurs au stand faudrait il encore qu’il y ait des stands de tir et qu’ils soient financièrement abordables.

Création d’une école du Tir de chasse. Quand j’ai passé mon permis en 1999. Il n’y avait même pas d’épreuves pratiques de tir. Elle ne fut obligatoire que très récemment et encore consiste t’elle à vérifier que vous distinguez un plateau orange  d’un noir. Tout le reste de l’épreuve se déroule avec des cartouches à blanc. Pensez au permis de conduire si on devait le passer sur un circuit fermé de peur de blessé l’examinateur… !

Les stands de tir ferment les uns après les autres, ceux qui restent sont gérés par des bénévoles et reviennent assez chers. Obliger les Fédérations de Chasseurs à ouvrir par département, au moins un stand, voire deux pour les départements ayant un taux de chasseur supérieur à xxxx. Stand de tir dédié uniquement au sanglier courant en collaboration avec des stands de tir FFTir ou de ball-trap. De mon point de vue, la proximité d’une école de tir de la FFTir serait un plus. Il faudrait que ces stands soient dédommagés par la Fédération et que chaque chasseur puisse faire une séance gratuite de 5 à 10 balles par saison, puis un prix modeste pour les autres séances.

Pour donner une idée de la situation actuelle, il y a une seule installation de ce type en Midi-Pyrénées, ouverte le mardi après-midi et de Mars à Novembre… !! Cela coûte 1 €uro la balle tirée.

Ce n’est pas avec ça que l’on va augmenter la sécurité. Ce n’est pas comme ça non plus que l’on obtiendra des tirs propres et moins de bêtes inutilement blessées qui vont mourir dans la nature, dans les plus grandes souffrances. Avec la moitié des chasseurs qui sont appelés à disparaître ou à se renouveler dans les 10 prochaines années, on ne peut pas lâcher autant de gens dans la nature sans une formation adéquate au maniement d’une arme et avec une formation aussi obsolète que celle qui est diffusée actuellement, laissant complètement de côté les réalités du terrain.

Disposition pour améliorer la sécurité sur le terrain.

« Sécurité à la chasse : Les miradors & « postes de tir surélevés » remis en cause ! » : Nous attendons du législateurs pouvoirs dits « publics » qu’il légifère pour que l’on ne puisse pas interdire la pose d’un poste de tir surélevé, dans la limite de deux mètres, du moment qu’il n’y a pas une mise en cause esthétique du paysage alentour et du moment que la sécurité de la chasse le commande : terrain plat, proximité d’une route, piste cyclable. Voir les propositions concrtées faites dans l’article.

Depuis le port des tenues fluo il y a eu une nette amélioration en ce qui concerne l’identification des autres chasseurs. Une bonne fois pour toute il faut savoir que l’orange fluo est la couleur officielle de « la survie ». C’est la couleur la mieux perçue par l’œil humain et sous toutes les latitudes y compris au Pôle Nord, où des tests comparatifs ont été réalisés et qui ont prouvé que le jaune était très mal perçu, alors que l’orange permettait de repérer un individu à plusieurs kilomètres.

Le port du gilet orange doit faire l’objet d’une mesure nationale. Pas de gilet et/ou casquette, mais gilet pour tout le monde et casquette facultative. A l’énoncé de son nom ou à la signature du carnet de battue, le chasseur doit présenter un gilet orange ! Interdiction du gilet jaune !

Former des « secouristes de la chasse » et valider une procédure spécifique de mise en œuvre des secours pour les accidents de chasse. Définir un code d’urgence pour les accidents de chasse, impliquant la mise en œuvre immédiate d’un hélicoptère si nécessaire.

Participation obligatoire d’une journée à une session de formation sur la conduite à tenir face à un accident de chasse qui ne peut être que forcément grave.

Pour chaque ACCA, plusieurs chasseurs volontaires parmi les plus assidus aux battues et de préférence des piqueurs plus souvent concernés en tant que victimes et qui se déplacent plus rapidement. Ils devront être porteurs d’une kit d’urgence spécifique, composée entre autre du garrot C.A.T.

La formation et le renouvellement de l’attestation de « chef de battue » doit être conditionné à un stage d’une journée à une formation de « secouriste chasse ».

Les chasseurs inscrits à la battue du jour doivent être considérés au même titre que les « ayants droits » des chemins ruraux, exemple les paysans. La population de chasseurs étant très vieillissante, beaucoup de chasseurs ne pouvant plus laisser leur voiture suffisamment prés du poste, pour ensuite finir à pied, sont obligés d’abandonner la chasse purement et simplement.

La chasse à l’inverse d’une randonnée ne dure le plus souvent que trois ou quatre heures maximum. Du moment que le véhicule n’obstrue pas le passage, il ne doit pas y avoir de tracasseries administratives.

Nous sommes des chasseurs, nous ne faisons pas de la randonnée motorisée ! Donc nous devons pouvoir emprunter un pré si celui-ci n’est pas cultivé et qu’il est accessible.

Suppression des articles concernant l’interdiction de circuler des véhicules, à remplacer par des recommandations et exiger des Présidents qu’ils obligent leurs adhérents à se regrouper dans les voitures, exiger de leurs adhérents, au moins deux chasseurs par véhicules. Faire évoluer les mentalités pour ne pas en arriver à des interdictions, on appelle ça “l’éducation” !!!

On ne peut pas d’un côté nous sanctionner si nous ne réalisons pas un quota de 60% du plan de chasse et nous empêcher de circuler ou d’aller récupérer des bêtes qui peuvent peser jusqu’à 200 kg sans l’aide d’un véhicule ! Nous devons pouvoir accéder à tous les champs non cultivés pour aller chercher des bêtes. « L’inscription à la battue, vaut autorisation de circuler sur tout le territoire de chasse ».

Élimination des balles en calibre 12 inefficaces et qui peuvent présenter un danger.

Test obligatoire de pénétration pour toutes les balles de calibre 12 à une distance de 30 mètres minimum, 40 mètres maximum sur une planche en sapin dont l’épaisseur doit simuler un sanglier de 50 kg. Canon de 61 cm. Norme NF ou ISO à définir, interdiction d’utiliser d’autres projectiles. Les projectiles déclassés finiront dans les stands de tir.

Définir une norme en matière de clôture électrifiée, notamment en imposant le principe des 3 fils. Imposer la pose d’un boîtier avec un dispositif électronique inviolable validant les heures d’ouverture et de fermeture de la clôture électrique et son bon fonctionnement notamment la nuit. Pas d’indemnisation si absence de justificatif.

Concernant les terres chassables et non chassables

Concernant les terres dont les propriétaires les déclarent “non chassables” et qui en théorie sont aussi responsables des dégâts causés par le grand gibier, mais en pratique personne ne recherche leurs responsabilités et qui plus est vont chasser chez les autres…. !!! :

Toutes les terres non clôturés devraient redevenir chassable par défaut et pour une durée de 6 ans, sauf préavis de 1 an avant l’ouverture de la chasse, adressé à la société de chasse et la fédération.

– Tous les dégâts causés par le grand gibier dans un rayon de 20 km autour des dits dégâts sont partagés en parts égales par les propriétaires qui ont déclarés leurs terres non chassables.

– Une terre non chassable et fermée est une terre clôturée à deux mètres de haut et 30 centimètres de ciment enfouies.

Suppression de l’interdiction de se placer à proximité d’un champ dont le paysan est en train d’ensiler le maïs. Interdiction de tir limité aux cervidés mais autorisé pour les sangliers.

Concernant la vraie bonne-mauvaise idée qu’il suffirait d’interdire les armes pour résoudre le “problème des armes”. Encore faudrait il savoir de quels problèmes on parle…

Je rajoute un extrait des débats qui se sont déroulés en 2003 au Sénat Belge. Édifiant !!!

Sénat de Belgique. JEUDI 3 AVRIL 2003 – SÉANCE DU

Proposition de loi réglant des activités économiques et individuelles avec des armes (de M. Josy Dubié et consorts, Doc. 2-1158)

Extraits : « ……Pourquoi cette résistance au changement ? Pourquoi cette volonté de ne pas rencontrer les préoccupations d’un certain nombre de parlementaires ? Il faut se rendre compte, monsieur le ministre, que tout le monde partage l’objectif du projet. Il est évident qu’il faut diminuer le risque entraîné par la possession d’une arme et éviter que n’importe qui, y compris des personnes dangereuses, se trouve en possession d’une arme pouvant blesser ou tuer. Tel est l’objectif général, que personne ne conteste.

L’essentiel était de savoir si la proposition de loi telle que présentée répondait à cet objectif. Après avoir lu la proposition, après l’avoir examinée ligne par ligne et mot par mot, nous croyons qu’il n’en est rien et que, finalement, cet objectif ne sera pas atteint et que l’on aboutira au contraire, parce qu’on a voulu établir un système tatillon pour l’ensemble des catégories, non pas au découragement et à la diminution du nombre d’armes en circulation, mais bien à une augmentation du marché noir.

À force de vouloir créer des problèmes aux chasseurs, tireurs, collectionneurs, armuriers, graveurs et ciseleurs, notamment de fusils de chasse, on aboutit à un climat de mauvaise humeur généralisée.

Vous savez très bien, monsieur le ministre, que la Belgique est un petit pays qui possède quatre frontières et qu’il est dès lors très facile, quel que soit l’endroit où l’on se trouve, d’aller au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Allemagne ou en France pour trouver sans difficulté, voire sans contrôle dans certaines circonstances, ce dont on a, non pas besoin, mais envie.

Les interdictions ont-elle pour effet de diminuer les risques ? Comparaison n’est pas raison et les statistiques ne révèlent pas toujours la vérité, mais certains exemples vécus dans les pays étrangers ont montré que les interdictions n’avaient pas entrainé une diminution de la criminalité. Le Sunday Times titrait fin octobre 2002 : « Le nombre de meurtres en Grande-Bretagne a atteint son plus haut niveau depuis cent ans. 135 meurtres ont été commis dans la région de Londres durant les premiers mois de 2002. Augmentation de 22% par rapport à la même période de l’année 2001. ». Or, vous savez très bien, monsieur le ministre, que l’on avait interdit dans ce pays la détention des armes de poing, pistolets et revolvers.(1)

Le nombre d’agressions commises avec ces armes connaît une nette augmentation, malgré le fait que ces pistolets et revolvers officiels ne devraient plus être en la possession des tireurs. Vous me répondrez qu’il ne s’agit que de statistiques. Elles montrent quand même que la prohibition n’a jamais rien interdit. Je préfère d’ailleurs de loin à la prohibition une bonne connaissance de la situation, car elle permet de gérer le flux d’armements beaucoup mieux qu’une interdiction généralisée. C’est facile, évidemment ! On racontera à la presse que l’on a fait tout ce qu’il fallait pour diminuer le nombre d’armes et que, dans certains cas, on ne peut plus posséder une arme sans se soumettre à une procédure compliquée. La population sera contente mais cela ne changera strictement rien à la situation actuelle.

D’ailleurs, ce n’est pas un génocide que l’on commet avec les armes détenues par les particuliers. Je n’ai jamais vu des chasseurs ou des tireurs de compétition se poursuivre dans les rues en tirant, tel Lucky Luke, plus vite que leur ombre ! Les agressions commises avec des armes sont l’œuvre de malfrats. Et ceux-ci n’achètent par leur Kalachnikov (2) à l’armurier du coin en demandant poliment une autorisation, en produisant un certificat de bonnes vie et mœurs et en faisant étalage de leur connaissance de la réglementation sur les armes. Ils fréquentent des marchés parallèles desquels on dit qu’on les connaît bien et qui permettent, à deux ou trois heures du matin, d’acheter des Kalachnikovs pour quelques milliers de francs, munitions comprises.

Il faut donc bien se rendre compte que la présente proposition ne résout pas le problème alarmant de l’augmentation du nombre et de la puissance des armes détenues par les malfrats. En outre, ceux-ci ont dépassé depuis longtemps le stade de la Kalachnikov et du M-16. Il leur est en effet arrivé d’attaquer des banques au bazooka. Or, le bazooka ne s’achète pas chez les armuriers professionnels honnêtes ! (3)

J’en conclus qu’une législation draconienne sur les armes détenues par les particuliers n’entraîne pas nécessairement une diminution des accidents et des agressions. En outre, cette proposition ne résout absolument pas la question du gangstérisme. Les gangsters utilisent évidemment des armes qu’ils ne trouvent pas sur le marché officiel.

Nous voulons que la Belgique dispose d’une loi raisonnable permettant d’atteindre les buts poursuivis, à savoir faire sortir de l’ombre les armes cachées et combattre la criminalité tout en évitant de mettre à mal l’activité professionnelle ou sportive d’honnêtes gens. Nous avons été confrontés à de gros problèmes, notamment pour la chasse et le tir de compétition. Il a fallu vraiment travailler pour éviter que l’on mette en cause ce type de disciplines et que l’on considère un jour qu’il n’est plus possible, pour un tireur de compétition, de pratiquer son sport – fort intéressant au demeurant, notamment pour le contrôle de soi – en Belgique. À force de multiplier ce type de limitations, on aboutit aux interdictions.

Cela me fait penser à un problème similaire. Le gouvernement précédent a pris une série de mesures tellement drastiques à l’encontre des rallyes qu’on en est arrivé à supprimer (4) pratiquement tous les rallyes en Belgique. Il n’en reste plus que quelques-uns qui survivent très difficilement. La prohibition n’a jamais rien empêché.

La criminalité commise avec ce type d’armes ne diminuera évidemment pas. Je ne vois pas comment un malfrat pourrait demander poliment une autorisation pour l’arme qu’il utilisera dans son prochain braquage

L’artisanat wallon – les graveurs – lié au secteur de l’arme ont déjà vu leurs activités fortement diminuer à la suite de l’introduction, dans la catégorie d’armes soumise à autorisation, des armes de poing. Vu le risque de voir l’arme soumise à autorisation ainsi gravée ne pas rester en possession des héritiers, il n’est plus fait recours à cette pratique et donc, la suppression des armes soumises à autorisation risque d’entrainer une grosse diminution, si pas l’arrêt de mort, de tout ce secteur.

On sait également qu’à certains endroits, il est interdit de sortir du chemin et l’on a déjà vu des gardes champêtres empêcher des promeneurs du dimanche de quitter le chemin pour aller s’assoir au bord d’une rivière. Ce genre d’interdictions généralisées ne devrait plus avoir cours. (4)

La criminalité est ailleurs. Elle n’est pas le fait des 95% d’honnêtes gens qui ont une arme, peut-être, mais qui savent l’utiliser et ne causent pas le moindre dommage ». FIN DE CITATION.

Mes commentaires :

Cette citation : Car si le 19e siècle fut le siècle de l’individualisme (libéralisme signifiant toujours individualisme) on peut s’attendre à ce que celui-ci soit le siècle du collectivisme, donc le siècle de l’État.

1. En Angleterre, on a interdit toutes les armes à un point aussi ridicule que les tireurs olympiques viennent s’entrainer en France.

2. Le durcissement de la législation sur les armes, n’a fait que tarir un marché parallèle qui restait dans des armes à peu prés “courantes” pour provoquer une course à l’armement et ouvert les marchés de l’Europe de l’Est qui n’attendait que ça. La prohibition des armes est une solution qui ne fait b…… que les pseudos-rebelles. Voir le modèle Anglais. Il y a maintenant plus de crimes en Écosse qu’à Washington !!!!!

3. Le marché noir des armes classiques s’étant tari, on prend ce que l’on trouve et on finit par trouver tout cela normal et bien plus efficace. Et comme les peines ne sont pas proportionnelles selon le type d’armes utilisées……

Édifiant l’article du MONDE du 23 juin 2008 : “LAMES FATALES”: Cela se passe en Angleterre, pays qui a inventé la suppression de toute les armes à feu, au point même que leurs tireurs viennent s’entrainer en FRANCE. “Passez donc, mon bon Monsieur, en supprimant les armes à feu, on supprime le crime !! c’est un pseudo-rebelle qui vous l’affirme”. Jusqu’où peut aller la connerie humaine….!!!!??? on ne le saura sans doute jamais, mais on commence à avoir un aperçu.

Le résultat de cette suppression des armes, est que la criminalité a flambée partout en GRANDE BRETAGNE et lisez ceci : “Au cours des cinq premiers mois de 2008, 17 jeunes gens ont été tués dans la région de Londres, le plus souvent à coups de couteau, et une centaine ont été blessés.” “……. Kit Malthouse, nouvel adjoint au maire pour les affaires de police, ne voit pas d’autre solution à court terme : “Depuis notre arrivée à la mairie, un gamin se fait tuer tous les quatre ou cinq jours par un autre gamin, c’est insupportable, nous sommes obligés de réagir plus fortement.”

Messieurs les technocrates qui fantasmiez à l’époque et qui en êtes arrivés à faire interdire le fusil à pompe* pour la chasse, avec les conséquences décrites plus haut, vous lisez bien : un gosse est tué à coups de couteaux à LONDRES tous les quatre jours par un autre gosse !! *Notez que maintenant le fusil à pompe à canon rayé est classé en catégorie C. Mais qu’attendez vous pour conseiller à vos collègues Anglais, d’interdire la vente de tous les couteaux de cuisine, tous les couteaux à steak. Un gamin tué tous les quatre jours par une arme blanche et rien qu’à LONDRES….!!!! mais il faut dare-dare mettre en circulation des couteaux à couper le poulet, en plastique !!!!! Et à bout rond encore !! Mais qu’attendez pour appliquer le principe de précaution en FRANCE…!!! Le fait est que les esprits bien-pensants vont me rétorquer : “Mais quel rapport avec la suppression des armes à feu ?”. Question très pertinente, au demeurant. Ma réponse tout aussi pertinente: On ne sait pas pourquoi, mais on est obliger de constater que lorsque qu’on interdit totalement la possession d’armes à feu, on en arrive à la même situation que lorsque il n’y a aucune réglementation.

Allez comprendre pourquoi ! Une étude Américaine est arrivée à des résultats similaires sur les gens qui ne boivent JAMAIS une goutte de vin, ils ont les mêmes problèmes cardio-vasculaire que les gens qui en boivent trop !!!

On s’aperçoit maintenant qu’il y a des tanins dans le vin, qui aident à fluidifier le sang dans les artères. Sans doute, la possession réglementée et intelligente des armes, induit-elle chez un individu, un sentiment de responsabilité, l’impression d’être pris pour un adulte.

La Suisse, pays où 73% des hommes qui ont terminés leur service militaire, conservent chez eux leur propre fusil d’assaut (la boite scellée de 24 cartouches a été récemment supprimé). Pratiquement 100 % des Suisses conservent leur arme de poing de service.

Donc la Suisse, devrait être un immense champ de bataille, si l’on en croit notre modèle Anglais.

Carabine ou fusil selon l’environnement

Seine-et-Marne : une automobiliste de 21 ans blessée par la balle perdue d’un chasseur de sanglier. Alors qu’elle conduisait sur un axe routier très passant, dans les environs de Montereau, la jeune femme a été atteinte par la balle d’un chasseur. Le projectile a traversé son pare-brise et l’a blessée à la main gauche. Elle pourrait perdre l’usage d’un doigt.

Commentaire :Les 300, 270 et autres 7 REM n’ont rien à faire dans ces campagnes plates avec des maisons et des routes partout. Je dis ça comme chasseur et comme tireur.Mes textes font foi de mes compétences en tant que « psychologue du tir ». Personnellement, j’ai appris à chasser en moyenne montagne, le jour où je me suis retrouvé sur une plaine aussi plate qu’une mer d’huile, je me suis fait peur ! Quelque soit l’endroit que je visais il y avait quelque chose… Le tir fichant c’est bien mais ça reste théorique. Quand je suis invité dans ce genre d’endroit, je ne prends que le fusil !!! Tout est dans cet article ! Il va falloir imposer le fusil dans certains territoires. Un fusil et des balles FIER parce qu’elles sont à ce jour les plus sûres !!!

Pourquoi les carabines n’ont-elles pas leur place en rase-campagne et dans le péri-urbain.

Radios à la chasse : Pour un passage à la VHF (ou FM) 5 Watts et au tout numérique.

Législation névrotique et incompétence : Vers une interdiction de la bretelle ?

Faut-il identifier avant de tirer ou identifier avant de prendre la visée ? Tir fichant ou zone fichante ?

Prévention des accidents de chasse et gestion de l’accident de chasse.

Législation chasse : Florilège des inepties.

« Doigt sur le pontet » : Une obligation jurisprudentielle !

Print Friendly, PDF & Email

One thought on “Propositions insolentes pour réformer la chasse.”

  1. Très interessant, hélas il n’ y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
    Une observation: les balles blindées, c’est full métal jacket et non « jacquet ».
    Je vous rejoins sur à peu pres tout. 2 points en particulier: les stands de tir sanglier courant, il y en a pas assez. Je suis dans le 46, je voudrais en faire et c’est pas facile.
    Ensuite, j’ai une semi-auto argo, c est l’enfer à décharger. Même en ayant enlever la balle chambrée, c’est pas rassurant pour moi et les autres de voir quelqu’un passer autant de temps a triturer sous le bloc culasse en tournant son arme dans tous les sens. Belle Conn…ie à la française. Inadmissible.insupportable!
    Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.