Écologie : Vidéo : Comment les loups ont régénéré la végétation du parc de Yellowstone.

yellowstone parc

Comme les loups du parc de Yellowstone, la chasse en battue en France, se comporte comme un élément essentiel de l’écosystème en prélevant chaque année plus de 50.000 cervidés et plus de 600.000 sangliers.

L’implantation des loups dans le parc de Yellowstone a eu des conséquences écologiques totalement inattendues : Le transfert en cascade d’un processus écologique qui part du sommet de la chaine alimentaire pour se répercuter tout en bas. Les loups ont été réintroduits dans le parc de Yellowstone en 1995. Depuis 70 ans qu’il n’y avait plus de loups dans ce parc, LE NOMBRE DE CERVIDÉS N’A FAIT QU’AUGMENTER ! CAR ILS N’AVAIENT PAS DE PRÉDATEURS ET COMME ILS N’AVAIENT PAS DE PRÉDATEURS, ILS AVAIENT RÉDUIT LA VÉGÉTATION A NÉANT ! ILS L’AVAIENT TOUT SIMPLEMENT BROUTÉE, MANGÉE, DILAPIDÉE !

CASCADE TROPHIQUE

L’introduction du loup (d’un prédateur) bouleversa profondément tout l’écosystème, car il changea radicalement et instantanément le comportement des cervidés !

yellowstone-riv

Vous allez voir comment la réintroduction du loup dans ce parc national de 8 983 km², deux fois le département de la Haute-Savoie a permis :

  1. La régénération de tous les bois et de toute la végétation.
  2. Dans certaines zones la hauteur des arbres a quintuplé en 6 ans !!!
  3. Les pentes dénudées des vallées sont rapidement devenues des forêts de peupliers et de saules.
  4. Dés ce moment le nombre d’oiseaux n’a cessé d’augmenter.
  5. Le nombre d’oiseaux chanteurs et migrateurs a lui aussi considérablement augmenté.
  6. Les castors se firent plus nombreux et ils aiment manger les arbres. Les castors, comme les loups sont des ingénieurs de l’écosystème, ils créent des niches pour d’autres espèces et les barrages qu’ils construisent dans les rivières fournissent des habitats pour les loutres, les ragondins, les canards, les poissons, les reptiles, les amphibiens.
  7. Les loups ont tué des coyotes ce qui a entrainé l’augmentation du nombre de lapins, de souris et du coup l’apparition de plus de faucons, de belettes, de renards et de blaireaux.
  8. Les corbeaux se sont nourris des charognes laissés par les loups.
  9. La population des ours a commencé à augmenter en raison de l’augmentation des baies sur les nouveaux arbustes. Les ours ont accentué la pression des loups en tuant quelques faons.

Mais là où cela devient très intéressant !

Les loups ont changé le comportement des rivières. Elles ont commencé à moins zigzaguer parce qu’il y avait moins d’érosion. Les canaux se sont rétrécis, des mares se sont formées. Tout cela était parfait pour un habitat sauvage. Les rivières ont changé à cause du comportement des loups qui régulaient la population des cervidés qui n’avaient plus de prédateurs depuis 70 ans. Pourquoi ? Parce que la forêt en pleine régénération a stabilisé les rivières qui se sont moins dégradées et du coup ont adopté un tracé plus figé dans le temps puisque les cerfs ont été repoussés des vallées et des rivières, permettant ainsi à la végétation au fond des vallées et proches des rivières de se reformer. Conséquence de cette végétation qui a le temps de pousser : MOINS D’ÉROSION !!!! Du coup les loups, même peu nombreux ont non seulement transformé l’écosystème du Yellowstone mais également sa topographie.

Vidéo : « Comment les loups changent les rivières ».

 Quel rapport avec la chasse en battue en France ?

Les forestiers, les gens de terrain, pas les écologistes de salon et des palais de la République, savent bien que les cervidés mangent principalement tous les jeunes arbres, toute la végétation avant qu’elle n’ait eu le temps de croitre. Si on ne tuait pas chaque année (!!!) des dizaines de milliers de cervidés et des centaines de milliers de sangliers, ce serait LA FAMINE ! Hé oui crétins d’anti-chasse, LA FAMINE !

Le dimanche ce ne serait plus : « Papa, maman on va se promener en forêt ». Ce serait : « Papa maman pourquoi il n’y a plus de forêts ? » « Parce que des crétins ont interdit la chasse en France, mon fils. Voilà aussi pourquoi il n’y a plus de maïs, de raisins, etc., les sangliers ont tout mangé ».

Print Friendly, PDF & Email

2 thoughts on “Écologie : Vidéo : Comment les loups ont régénéré la végétation du parc de Yellowstone.”

  1. Votre « conclusion » insultante vous discrédite sans apporter la moindre valeur à votre propos. Vous vous comparez aux loups ? Un brin prétentieux. Je n’ai encore jamais vu de loup obèse, ni binoclard. Je n’ai pas non plus notion d’avoir vu un loup envoyer ses chien lever le gibier pour lui, ni encore moins tuer le-dit gibier à distance, par arme à feu (ou autre).
    Le loup ne va pas non plus s’attaquer à un animal « parce qu’il est plus beau que l’autre et ça fera plus joli dans mon salon ». Au contraire : puisqu’il tue au corps à corps, il sélectionne des animaux isolés et affaiblis, donc « moches » à nos yeux. Je n’ai pas non plus l’impression que les loups fassent des selfies devant les cadavres de leurs proies. Le loup est également charognard quand il faut.
    Vous êtes toujours des loups ?
    Sachez egalement que le canton de Genève (le canton, pas la ville) a interdit la chasse depuis plus de 40 ans. Ils ne connaissent pas la famine et leurs forêts sont luxuriantes.
    Mais bon, il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

    1. « Sachez egalement que le canton de Genève (le canton, pas la ville) a interdit la chasse depuis plus de 40 ans. Ils ne connaissent pas la famine et leurs forêts sont luxuriantes. »

      Octobre 2021

      Face à la recrudescence de loups, la Suisse dit oui à plus de prélèvements. En Suisse, on est habitué aux attaques de loup. Dans un précédent article, nous vous parlions d’images, prises par un spécialiste, de loup qui s’attaquaient à un troupeau de bovins. Des prédateurs de plus en plus nombreux, de moins en moins craintifs, et bien décidés à occuper le territoire. Face à cette recrudescence, le gouvernement suisse a pris des mesures : les gardes-chasse pourront désormais plus facilement tirer, même préventivement, sur les loups.
      https://www.chassons.com/chasse-a-letranger/face-a-la-recrudescence-de-loups-la-suisse-dit-oui-a-plus-de-prelevements/368383/

      Des randonneurs obligés de revoir leurs itinéraires à cause du loup. Les premiers a devoir s’adapter son les randonneurs d’une association Suisse, qui a pour habitude de randonner dans le secteur de Le Brassus pour passer le col du Marchairuz. La cause principale est bien évidemment la présence d’une meute dans les parages mais qui se montre plus agressive que la normale ce qui oblige les promeneurs à changer de route.
      https://www.chassepassion.net/actualite-de-la-chasse/insolites/des-randonneurs-obliges-de-revoir-leurs-itineraires-a-cause-du-loup/

      Un daguet abattu en pleine ville de Genève. D’autres cas ont déjà été recensés dans le pays et dans le canton de Genève qui a interdit la chasse sur son territoire depuis une quarantaine d’années mais qui a dû mettre en place des quotas de prélèvements sur les cervidés.
      https://www.chassepassion.net/actualite-de-la-chasse/grand-gros-gibier/un-daguet-abattu-en-pleine-ville-de-geneve/

      La Suisse et son emblématique canton de Genève dans lequel soi-disant la chasse est interdite :

      « État des lieux : GENÈVE, 40 ANS DE CHASSE SANS CHASSEURS.

      Bref rappel : Contrairement à une idée reçue répandue, l’exercice de la chasse n’a jamais été interdit et encore moins interrompu à Genève, car au sens de la législation fédérale, le terme de chasse désigne le dépistage, la traque, l’affût, le débusquage, le tir, la capture ou la recherche en groupe ou individuellement d’animaux sauvages dans le but de les abattre et/ou de se les approprier. Or, le fait est que des dizaines de milliers d’animaux sauvages ont justement été abattus à ce jour par les gardes-faune à Genève. Pourtant, la Constitution genevoise interdit la chasse sous toutes ses formes….! Vous avez dit incohérence législative ?

      Les années 2000 à nos jours :

      La situation se dégrade sur plusieurs fronts : dans l’indifférence générale, les populations de perdrix grises fondent de 400 oiseaux dans les années 80 à… 2 individus en 2000 et ce, malgré la mise en place d’un réseau de jachères en vue de rendre le territoire plus accueillant ! Les effectifs pléthoriques de renards que l’on se refuse de réguler y sont pour beaucoup… ! Une timide tentative de réintroduction de perdrix dans la Champagne genevoise entre 2002 et 2005 échoue. Depuis, la station ornithologique de Sempach a repris en main cette opération et des résultats encourageants sont à enregistrer.

      Quant au lapin de Garenne , après le tir de 1’860 ( !) individus par les gardes entre 1974 et 1999 et des épidémies de myxomatose, sa population s’effondre, au point ou l’unique colonie compte actuellement une dizaine de survivants en sursis. Le faisan, très abondant dans les années 80 et début 90, ne subsiste que difficilement, victime lui aussi de la surdensité de renards. En 2007 une épidémie de gale vulpine (causée justement par cette même surdensité) dans la région Arve-Lac, réduit la population de renards du secteur concerné à sa plus simple expression, ce qui déclenche une explosion de nombre de lièvres… et des dégâts sur tournesol. A la satisfaction générale, environ 150 lièvres sont repris par les chasseurs français, valaisans et genevois afin, de repeupler des territoires valaisans et haut-savoyards. Mais cela ne suffit pas à faire baisser les dégâts et près d’une centaine de lièvres succombent à nouveau aux balles des gardes.

      Mais le gros problème reste le sanglier que l’État ne parvient pas à contrôler et qui cause d’énormes déprédations dans les cultures. Ainsi, de 2000 à 2010, les statistiques montrent que 3270 sangliers ont été abattus. Cette hécatombe, qui n’a pas empêché le versement de plusieurs millions de francs aux agriculteurs, fait que Genève détient le record suisse de nombre de sangliers abattus à l’hectare !

      Malgré les tentatives des anti-chasse visant à présenter la situation genevoise comme étant idyllique, la grogne monte et pas uniquement parmi les chasseurs ! Ainsi, en 2002, une pétition des milieux agricoles demandant la réintroduction de la chasse, atterrit sur le bureau du Grand Conseil genevois ».
      Source : Fédération cynégétique Genevoise.
      http://chassegeneve.ch/actualites-genevoise/etat-des-lieux-40-ans-sans-chasse/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.