Drone armable ou drone de surveillance ? Arme de Gentleman ou pas ?

 Dans une récente intervention à l’HIEDN, le président de la République a parlé « d’équipements ajustés à la réalité des menaces » dont des « drones de surveillance et de combat » et insisté sur « l’obligation de commander ces matériels« . Source : « Ligne de défense ».

D’abord je remarque que c’est un Président socialiste qui pour la première fois marque une volonté délibérée de s’équiper de drone et tout de suite.

Sans doute fallait-il un Président socialiste qui soit moins concerné par les effets pervers de la « fluidification » de la vie politique que ses prédécesseurs pour prendre la bonne décision !

Il y a  manifestement au sein de l’appareil militaire Français des partisans du drone armé et des partisans du drone simple de surveillance.

Certains estiment que ce n’est pas une arme de « gentleman », d’autres sont plus pragmatiques.

Existe-t-il un comportement de « Gentleman »  à la guerre ou pas ?

La notion de « Gentleman » ou « d’officier-gentleman » remonte au temps des premiers Chevaliers. Plus tard, on parlera aussi  « d’officier Prussien » par opposition aux officiers nazis.

Comme expliqué dans d’autres articles de cette rubrique : « géostratégie », il en fut de même pour la mitrailleuse GATLING qui présentée, autant que je me souvienne à Napoléon III et à ses officiers généraux fut rejetée au motif : « Qu’elle tuait trop de gens à la fois ». En 1914, les mitrailleuses Allemandes tuèrent au bas mot un million de soldats Français qui aux premiers jours de la guerre, MONTAIENT A L’ASSAUT AVEC DES PANTALONS ROUGES ET DES VAREUSES BLEUES PÉTARD !

soldat 1914

Le général en chef de l’infanterie Française déclaré quatre ans avant devant l’assemblée nationale : « Ne vous méprenez pas, cette arme ne changera absolument rien ! ». FOCH disait des avions « qu’ils étaient des jouets intéressants ». Le général Haig disait que « la mitrailleuse est une arme grossiérement surestimée ».

A la bataille de Muret en 1213, c’est ce comportement de « Chevalier » (le « Gentleman » de l’époque) qui mit en déroute l’armée Occitane face aux armées du roi de France. En effet, à l’époque, on ne tuait pas délibérément  un chevalier, on le faisait prisonnier et on l’échangeait contre une rançon. Comme le dit très bien WIKIPEDIA : « Cette coutume est très chevaleresque mais catastrophique sur le plan stratégique ». Les armées OCCITANES, pourtant supérieures en nombre se débandèrent, pire, ses chevaliers préférèrent se jeter dans la Garonne, se noyèrent volontairement avec leurs armures plutôt que de tuer d’autres chevaliers. Le code de l’honneur avait été rompu.

Le secrétaire d’État à la guerre US : Henry L. Stimson, Roosevelt’s à qui l’on proposait d’intercepter le courrier répondit : « un gentleman ne lit pas le courrier d’un autre gentleman ». Depuis, ils ont créé la NSA… !

Il n’y a qu’à voir la pauvreté du renseignement en France (Police incluse : Il n’y a aucun équivalent Français au 14ème Dét Anglais qui opérait en Irlande du Nord)) par rapport aux Anglais pour comprendre que « l’Intelligence » à la française a été systématiquement mise de côté par les officiers généraux Français depuis 1945. Voir mes commentaires sur le livre du Colonel SASSI.

Les Forces spéciales et les renseignements ont été toujours considérés par la hiérarchie militaire comme des barbouzards, des gens sans foi ni loi, n’ayant pas fait la prestigieuse école militaire de Saint-Cyr (celle qui inventa les pantalons rouges et les vareuses bleues pétard), bref, les espions sont  tout sauf des gentlemen !

Il aura fallu un autre socialiste Pierre JOXE, pour analyser et tirer les enseignements de notre participation aux renseignements et autres domaines réservés aux forces spéciales en général durant la première guerre du Golfe pour créer de toute urgence le COS (Commandement des Opérations Spéciales). Quand on a lu « Colonel SPARTACUS. Opération MANTA »,(*Renvoi 1) on comprend toute l’absurdité de notre commandement militaire depuis 1870 ! Et encore n’a t’il dû pas tout raconter parce que ce n’est pas dans la catégorie « Historique » qu’on l’aurait classé mais dans « Science-fiction » !

spartacus

Revenons-en à nos drones ! Un drone c’est une machine bête et méchante, comme toutes les machines ! Ce n’est pas la machine qui fait le Gentleman, c’est celui qui pilote la machine qui peut avoir ou pas un comportement de gentleman, respectueux ou non des lois de la guerre.

La bombe atomique est elle une arme de Gentleman ? Je ne le crois pas ! Pourtant quoique PARFAITEMENT INUTILE DANS SON ASPECT DISSUASIF, elle est réclamée à corps et à cris par les mêmes qui ne veulent pas entendre parler de drones.

La vérité dans tout ça c’est que certains ont peur qu’un jour il n’y ait plus de pilote dans l’avion, comme il n’y a plus de cavalerie à cheval depuis que les lanciers Polonais chargèrent les Allemands avec lances à bout de bras (!) et chevaux*(Renvoi 2). C’est « ce bon temps » que certains voudraient conserver ! Le drone cannibalise le fantasme de l’aviateur. Pilote de drone ça ne fait pas bander les foules, ni grimper aux rideaux les femmes.

C’est cette peur du « tout fout le camp » qui freine notre appareil militaire Franco-français.

On peut aussi remplacer toutes les caméras de Paris par des plantons 24/24. Cela vous parait il réalisable ?

Le titre de l’article était initialement : « Drones armés ou drone de surveillance…… » Il est désormais intitulé : « Drone de surveillance armable ou drone de surveillance ?….. ». Pourquoi ? Parce qu’il ne doit pas y avoir l’un et l’autre mais un seul type d’appareil : un drone ARMABLE ! La définition du mot « armable » est claire : « ……pouvant être armé » ! Et quand bien même il serait « armé » ce n’est pas pour autant que l’on va défourailler dans tous les sens et à tout va !

Oui ! Un drone armé peut faire de la reconnaissance bête méchante et IL DOIT être armé pour le cas où une force terrestre présenterait une menace ! Que je sache quand on envoie des militaires en patrouille, on ne leur confie pas un fusil d’assaut en leur disant : « Si on vous tire dessus, passez-nous un coup de fil on vous enverra les munitions ». Quoiqu’en France, le pays qui a inventé les normes (ou « fluidification » administrative)*(Renvoi 3) il faille s’attendre à tout… !

La perversion du drone armé, elle est venue de l’utilisation qu’en a fait OBAMA !

OBAMA, vous savez, le chantre de la gauche intellectuelle Française.

OBAMA, promu bienfaiteur de l’humanité par la gauche-caviardée et qui avait promis de fermer Guantanamo que ce salaud de BUSH avait ouvert !

OBAMA, PRIX NOBEL DE LA PAIX (!) lui il n’a pas besoin de Guantanamo, il tue tout le monde indifféremment : familles, enfants, etc… Plusieurs milliers de morts. Bush à côté………. un putain d’enfant de cœur ! Pensez-donc : 4700 morts dont : 475 à 900 civils selon le « Bureau of Investigative Journalism ». 

Bref, Obama a transformé le drone en ce qu’il y a de pire ! Nous ne sommes plus dans la notion de Gentleman ou pas Gentleman, on est dans le crime de guerre et dans le crime contre l’humanité tout court et quoi qu’on en pense !

Oui ! La France à besoin immédiatement et sur le champ, non pas de drones armés et/ou de drones de reconnaissance, mais de DRONES DE RECONNAISSANCES ARMABLES, nuance !

Mais plus important encore et personne ne l’évoque (c’est à se demander si les cours de Saint-Cyr ont évolué depuis 1870…) nous avons un besoin impératif et tout aussi urgent de capteurs abandonnés pour quadriller des zones plus importantes encore et laissez aux drones des régions de surveillances plus actives.

Le fait que la région soit x fois plus grande que la France, importe peu, il y a de toute façon des « points de passage obligés » et ce sont ces points là qu’il faut déléguer aux capteurs abandonnés.

Les opérateurs de drones devraient être affectés à une zone de surveillance de 50 ou 100 km de coté qui soit toujours la même ! Le moindre changement de la couleur d’un caillou doit leur sauter aux yeux !

Oui ! Aux drones de reconnaissance  armables et responsables !

*Renvoi 1 : Lisez le livre : « Colonel SPARTACUS. Opération Manta ».  Le livre  a été édité en 1985. Lire l’avant-propos et notamment les pages 229, 230 et 231, elles sont extrêmement dures, d’une actualité brulante et s’achève par cette conclusion lapidaire : « Léon Daudet (1867-1942) disait : « Nous avions en France, des médecins, des prêtres et des soldats. Nous avons maintenant des docteurs, des curés et des militaires ». Et l’auteur d’ajouter en guise d’épilogue : « Un demi siècle plus tard, la mode est devenue loi : Voici le temps des mandarins-esclaves ». Je vous laisse découvrir en lisant ce livre, qui sont les mandarins et de qui sont-ils esclaves…. !

*Renvoi 2 : Le 1 Septembre 1939, le 18ème lancier Polonais lança une véritable charge de cavalerie, la dernière de l’Histoire. Le colonel Mastalez qui commandait le 18ème lancier répliqua à un des officiers un peu perplexe : « Ce n’est pas à vous jeune homme de m’instruire comment il faut obéir à un ordre inexécutable ! ».

*Renvoi 3 : La corruption n’existe plus en France, on parle de « fluidification ». Les « scandales » sont devenus « des affaires », sauf si elles sont extérieures à la France. L’expression fut inventée au début des années 80, à la volée par une très très, célèbre « journaliste » Française, qui tout à coup quand d’autres scandales éclatèrent en France, improvisa à la volée l’expression « affaire » en lieu et place de « scandale ». Depuis et concernant les Américains on y ajoute le mot : « …gate » : Watergate, Irangate, Monicagate, etc… Aucun équivalent en France ! Nos idiots-utiles  qui s’étonnent de ne plus vendre leur papier sont des gens du sérail : bien élevés !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.