Bilan des accidents de chasse. Saisons 2005 à 2013.

– Bilan des accidents de chasse 2012-2013 –

Source de l’article : ONCFS.

« Le réseau « Sécurité à la chasse » de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage publie comme chaque année le bilan des accidents de la saison écoulée (du 1er juin 2012 au 31 mai 2013), après en avoir analysé la nature et les circonstances. Ces informations permettent d’améliorer la formation des chasseurs à la sécurité.

 Pour la saison 2012/2013, le nombre total d’accidents s’élève à 179, équivalent aux chiffres de 2006/2007 ou 2009/2010 alors qu’une baisse à 143 accidents avait été notée en 2011/2012 ; 11 %, soit 21 accidents, s’avèrent mortels ».

Les chasseurs eux-mêmes et leurs accompagnateurs sont les victimes de ces accidents dans 86% des cas. Les non-chasseurs représentent 14 % des accidents soit 2 victimes mortelles. 

Les chasseurs qui se blessent eux-mêmes (auto-accidents) continuent à représenter un tiers des accidents. Cela justifie la nécessité de communiquer sur le rappel des règles de sécurité dans la manipulation des armes et leur entretien. 

L’ONCFS et la Fédération nationale des chasseurs attirent l’attention sur la hausse des accidents causés par un traqueur armé (5 mortels). Elle est due à la mauvaise prise en compte de l’environnement et à une organisation défaillante de la battue.

Le type de chasse lors de l’accident reste inchangé : 52 % des accidents au cours de la chasse au grand gibier (dont 70 % au sanglier), 48 % pour celle du petit gibier. 

Les chasseurs de moins de 40 ans, ayant donc tous passé un examen du permis de chasser, avec l’épreuve pratique existant depuis 2003, causent proportionnellement moins d’accidents que les tranches d’âge supérieures. Cette baisse des taux d’accidents est à mettre au crédit de la bonne qualité de la formation au permis de chasser.

Commentaires :

 » ….L’ONCFS et la Fédération nationale des chasseurs attirent l’attention sur la hausse des accidents causés par un traqueur armé (5 mortels). »

Je dois dire que je suis à moitié étonné par cette information. Je constate depuis de nombreuses années, l’existence de ce que j’appelle de vrais-faux traqueurs, des gens qui ne veulent pas rester au poste, qui veulent à tout prix se déplacer librement et qui n’hésitent pas à prendre un chien quelconque avec eux et à se mettre soi-disant à traquer. En fait ils ne traquent rien du tout, ils veulent surtout tirer une bête. C’est quand même malheureux qu’il faille en arriver à légiférer sur ce point par la faute de certains. Il faut que la « police » se fasse dans un premier temps via le règlement intérieur des sociétés de chasse, en interdisant aux traqueurs de tirer sauf en cas de danger et quand ils sont deux à traquer : un arme  pour deux.

« Les non-chasseurs représentent 14 % des accidents soit 2 victimes mortelles ». A comparer aux milliers de piétons accidentés plus ou moins gravement aux sports d’hiver.

Le type de chasse lors de l’accident reste inchangé : 52 % des accidents au cours de la chasse au grand gibier (dont 70 % au sanglier), 48 % pour celle du petit gibier. 

48 % des accidents pour le petit gibier c’est totalement anormal ! Qu’est ce qu’on attend pour leur imposer un gilet orange fluo….? Cela fait des années que ce site dénonce cette incurie publique. Si au lieu de compter les morts et les handicapés chaque année, on passait aux actes ?

L’interdiction de la pose d’un disposition photographique sur l’arme est une bonne chose. Une arme n’est pas faite pour photographier mais pour tirer !

Je suis abonné à la chaîne You Tube des soldats Américains en Afghanistan, la caméra est fixée non pas en haut du casque mais sur le côté. Mais, avec ce nouveau dispositif on risque de le voir se généralisé au détriment des caméras, plus chères.

Là on comprends vite ce que l’expression « Chaud devant ! » signifie :

– Bilan des accidents de chasse. Saison 2011-2012 –

Communiqué commun ONCFS/Fédération Nationale des Chasseurs.

BILAN DES ACCIDENTS DE CHASSE SAISON 2011-2012

De moins en moins d’accidents graves !

Paris, le 16 juillet 2012.

Comme chaque année, le réseau « Sécurité à la chasse » de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) publie le bilan des accidents de la saison écoulée, et en analyse la nature comme les circonstances. Ces informations sont précieuses pour améliorer sans cesse la formation des chasseurs à la sécurité, et les résultats ci-dessous prouvent le bien-fondé de la démarche :

Ainsi pour la saison 2011/2012, le nombre total d’accidents s’élève à 143, (131 en 2010/2011, 174 en 2009/2010). Dans 90% des cas, ce sont les chasseurs eux-mêmes  ou les personnes participant à l’action de chasse, qui sont les victimes de ces accidents.

Les non chasseurs ne représentant que 10%. (Il est à noter que les victimes relevant de l’auto-accident représentent 31% des chasseurs.)

La chasse du grand gibier est à l’origine de 53 % des accidents, celle du petit gibier de 47 %.

Sur ces trois dernières saisons, la chasse du sanglier représente 70 % des accidents de la chasse du grand gibier (soit 1 accident pour 15.000 sangliers), contre 25% pour le chevreuil et 5% pour le cerf.

Lorsqu’il s’agit de petit gibier, la chasse du gibier à plume demeure plus accidentogène que celle du gibier à poil (62 % contre 38%).

Deux indicateurs nettement au vert : La baisse spectaculaire des accompagnateurs non chasseurs qui représentent 4% des victimes contre 15 % la saison précédente.

La baisse continue pour la troisième année consécutive des accidents mortels. 16 contre 18 l’an passé, 19 en 2009/2010 et 22 en 2008/2009.

Deux points à surveiller :

– la hausse des auto-accidents en action de chasse constatée depuis trois ans se confirme hélas pour la saison écoulée ! Dans 55% des cas, ces auto-accidents sont liés à une mauvaise manipulation de l’arme ou à une chute avec l’arme chargée !

Il faudra à l’avenir accentuer les efforts de formation sur ce point.

– le non-respect de l’angle de 30° représente 38% des accidents mortels sur les trois dernières années.

L’angle des 30° : rappel et recommandations

Le non-respect de l’angle des 30° lors d’un tir, est à l’origine de 111 accidents en 3 ans, dont 20 mortels.

Rappelons que l’angle des 30° se calcule selon le schéma ci-dessous, et peut être aisément défini en faisant 5 pas à droite et à gauche du poste de tir, puis 3 pas vers l’extérieur de la battue.

La formation et la sensibilisation à la sécurité demeurent les priorités absolues du monde de la chasse. Le Petit Livre vert 2012 réalisé en collaboration entre l’ONCFS et la FNC, diffusé à 1.500. 000 ex et remis à chaque chasseur lors de la validation annuelle de son permis, y est entièrement consacré cette année.

Source du texte : « ONCFS-DAT- « Réseau Sécurité à la chasse »

Cliquez ici pour affichez le document.

Commentaires :

N’en déplaise à certains, la chasse n’est pas un sport dangereux et de très loin !

L’auto-accident est et sera toujours très important en France qui a perdu avec la première guerre mondiale, sa culture des armes. Quelques générations de pseudo-rebelles et vrai-faux pacifistes (décervelés par le Département V du KGB) n’ont rien arrangé aussi !

Cela fait quatre ans et demi qu’en tant que tireur je dénonce ici même certains aspects (je dis bien « certains« ) de la formation au permis de chasse avec notamment la position du doigt qui n’est pas sur le pontet ! Une aberration FRANCO-FRANCAISE contraire à tous les enseignements du tir ! Je cite le document : « Dans 55% des cas, ces auto-accidents sont liés à une mauvaise manipulation de l’arme ».

Il ne m’étonne en rien que la chasse à plume soit la plus accidentogène : Un gilet fluo devrait être obligatoire (rien de pire pour un chasseur de sanglier que de voir un chasseur à plume sortir des fourrés tout en vert !), le port de lunette balistique doit être rendu obligatoire.

Pensez juste une seconde  que la plupart des tirs se font à 45-70° vers le ciel !!!! Vu la portée d’une gerbe de plomb je vous laisse imaginer la suite…!

La baisse générale des accidents continue et c’est effectivement dû à un effort d’information.

Je le constate tous les WE, il y a une prise en compte de plus en plus grande des risques en amont, c’est à dire dès la répartition des postes.

– Accidents de chasse pour la période 2008-2009-2010 –

Pour environ, 1,3 millions de chasseurs en France, l’ONCFS a recensé pour la saison 2009/2010 : 174 accidents de chasse représentant 183 victimes, 19 accidents mortels, 84 accidents graves, 80 accidents légers.

Les accidents de chasse sont survenus dans 53% des cas pendant la chasse au petit gibier (74% lors de la chasse au gibier à plume) et dans 47% des cas pendant la chasse au grand gibier (66% pendant la chasse au sanglier).

Je lis sur le site de l’ONCFS qu’il existe au sein la Direction des Affaires Territoriales, une cellule nommée « réseau sécurité à la chasse » qui est animé au sein de la DAT par le Chef de la Division du permis de chasser.

Je cite : « Le réseau a pour objectifs de recenser, analyser les accidents de chasse et ainsi de promouvoir au niveau national des règles en matière de sécurité à la chasse et de maniement des armes. Il vient également en appui technique aux différents organismes et associations, en tant que de besoin ».

Quand on lit toujours sous la plume de l’ONCFS :

Campagne de chasse 2007-2008 : « Dans 30 % des cas, le chasseur se blesse seul lors des manipulations de l’arme ». On se dit qu’il y a beaucoup de travail à faire !! Parce qu’aujourd’hui, malheureusement rien n’a vraiment changé :

« CAMPAGNE DE CHASSE 2008-2009 :  Communiqué de presse de l’ONCFS. Paris, le 26 août 2009 : ………la mauvaise manipulation de l’arme est souvent mise en cause (50%) ».

J’invite ces responsables à lire mes articles : « Objectif zéro accident mortel à la chasse » ou « Florilège des inepties » et leurs conséquences :  « Au permis de chasse, on vous enlève des points si vous ne tenez pas votre arme avec tous les doigts de la main refermés sur la crosse. Ceci au nom de la sécurité !

J’ai vu un militaire se faire sanctionner de 2 points par ce qu’il avait son doigt sur le pontet et ce, comme tout tireur digne de ce nom. Encore une spécificité Française unique au monde et qui va à l’encontre de toutes les règles de sécurité. Exiger de maintenir la main fermée sur la crosse, l’index replié n’est absolument pas naturel.

Exiger de quelqu’un qu’il « fasse semblant pour l’examen » c’est le laisser se débrouiller tout seul sur le terrain avec un index qui se promène librement et lorsque le chasseur-tireur se crispe nerveusement, l’index vient heurter la queue de détente au lieu de se contracter sur le pontet.

Les conséquences ?? le chasseur attrape son arme par les détentes (!) comme plusieurs accidents de chasse l’ont révélé ! »

Ayant été touché de très prés par un grave accident de chasse survenu il y a 1 mois dans la Haute-Garonne, deux blessés dont un très grave, je serais curieux de savoir quels enseignements ont pu être tirés, tant sur la -très- nécessaire et urgente réforme de la réglementation de la chasse au sanglier le soir, avec « autorisation individuelle préfectorale » que sur les conditions dans lesquelles se sont déroulées les secours qui pourraient être largement améliorés s’il existait une procédure particulière pour les accidents de chasse.

Encore faut-il avoir vécu les événements de l’intérieur et pas au travers de rapports aseptisés !

Quelque soit la responsabilité des uns ou des autres dans cette affaire, il y a nombre d’enseignements à tirer et vite… !

  – Accidents de chasse pour la période 2009-2010 –

Source SEASONS : « Le « Réseau Sécurité à la chasse » de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) a publié hier le bilan de la saison de chasse 2009-2010.

Avec 131 accidents,dont 18 mortels (contre 174 en 2009-2010, dont 19 mortels), les chiffres de cette dernière saison cynégétique sont les meilleurs enregistrés depuis dix ans (186 en 2000-2001, dont 23 mortels) et confirment la tendance à la baisse des accidents de chasse.

L’analyse des données concernant les victimes d’accidents montre que 53 % des individus concernés sont des chasseurs, 15 % des accompagnateurs, 9 % des non chasseurs ; 23 % des victimes relevant de l’auto-accident (consécutive à une chute le plus souvent).

Bien que le nombre d’accidents baisse, le « Réseau Sécurité à la chasse » a formulé un certain nombre de recommandations à l’issue d’une analyse des circonstances des accidents. Il insiste notamment sur la nécessité d’une organisation rigoureuse des battues (la désorganisation de la battue a été la cause de 85 % des accidents en 2010-2011). Concernant la manipulation des armes une attention particulière est à porter sur l’utilisation de la bretelle : elle ne doit être utilisée qu’avec une arme déchargée (ouverte ou culasse en arrière) et doit être proscrite en action de chasse. L’arme chargée à la bretelle a été la cause de 17 accidents ces deux dernières années, dont 6 mortels ».

Commentaires : Il est un fait certain que la discipline s’est bien améliorée à la chasse, mais il y a  encore trop de chasseurs sous-équipés en tenue orange fluo. Par sous-équipés j’entends que certains ne portent qu’un brassard ou ce que j’appelle un mouchoir de poche sur le chapeau.

J’ignore de quelles personnalités ce « réseau » est composé, mais je serais curieux d’en connaître les membres pour oser formuler une ineptie aussi grosse que celle d’ôter la bretelle en action de chasse. Et quand je dis « ineptie« …….

En Février 2011, j’avais rédigé un article sur cette fumeuse proposition FRANCO-FRANÇAISE, comme il se doit toujours en pareil cas : « Vers une interdiction de la bretelle ? »

  1. Si vous voulez sauver des vies, commencer par réformer l’instruction pratique au permis de chasse, ce n’est pas les articles qui manquent sur ce blog, La catégorie d’articles portent le même nom depuis 3 ans : « ACCIDENTS DE CHASSE ET PRÉVENTION ».
  2. Former des « secouristes chasse » et valider une procédure de mise en œuvre des secours pour les accidents de chasse. Pour ce que j’ai ai eu à en connaître en octobre 2010, c’est le grand bordel dans tous les sens du terme….!!!!!

– CAMPAGNE DE CHASSE 2008-2009 –

Communiqué de presse de l’ONCFS. Paris, le 26 août 2009 :“Accidents de chasse. Des chiffres toujours en baisse ».
Pour la dernière saison de chasse 2008/2009, les agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) ont relevé 145 accidents (163 en 2007/2008) dont 22 mortels. La tendance à la baisse constatée depuis de nombreuses années se confirme sous l’effet de la politique sécuritaire menée tant par l’ONCFS que la Fédération Nationale des Chasseurs et relayée par les fédérations départementales (balisage des postes, panneaux mobiles d’information, port d’effets voyants, information des chasseurs, formation accrue…).
L’analyse du bilan permet plusieurs observations :
  – 54 % des accidents interviennent lors de battues au grand gibier et plus particulièrement au sanglier, la mauvaise manipulation de l’arme est souvent mise en cause (50%). Pour 50% des accidents la distance de tir est inférieure à 10 mètres”.

  – CAMPAGNE DE CHASSE 2007-2008 –

Les chiffres pour la saison 2007/2008 sont : 163 accidents (179 en 2006/2007) dont 15 mortels. Une tendance à la baisse confirmée depuis ces 10 dernières années (sensibilisation à la sécurité lors de l’examen et de la formation, épreuve pratique, effets fluos, signalétique,…portent leur fruit)

* Les accidents surviennent  à 52,4 %  lors de chasse au grand gibier et principalement au poste
* Dans 30 % des cas, le chasseur se blesse seul lors des manipulations de l’arme.

Une enquête sur la chasse en France qui confirme ses excellents rapports avec la population, contrairement à ce que certains laisseraient entendre. Enquête CSA 2006.

  – CAMPAGNE DE CHASSE 2005-2006 –

L’ONCFS a recensé pour la saison de chasse 2005/2006, 169 accidents de chasse dont 24 accidents mortels et 61 accidents graves. Pour à peu prés 1.400.000 chasseurs. A comparer aux mêmes nombre de snowboarders qui provoquent 31.000 accidents !!! 

Toujours selon l’ONFCS : Accidents de chasse : une baisse de 20 %”. “La tendance à la baisse, observée depuis 1997, est maintenue. La part des accidents mortels (24) est également contenue, à hauteur de 14% de l’ensemble.” “Toutes circonstances confondues, on remarque qu’environ un tiers des accidents est dû à un problème de manipulation de l’arme ; 26 départements n’ont déclaré aucun accident durant la saison.“

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.