Un chasseur en détresse dans l’Alaska, sauvé par sa montre Breitling « EMERGENCY » + Nouvelle BREITLING « EMERGENCY II ».

Un chasseur en détresse dans l’Alaska, sauvé par sa montre Breitling « EMERGENCY MISSION ».

breitling-emergency.jpg

C’est un communiqué de BREITLING qui l’annonce :
« Les secouristes ont localisé l’homme grâce au micro-émetteur de sa montre Breitling Emergency.
Une montre s’est avérée être bien plus qu’un simple accessoire lorsqu’elle a aidé à sauver la vie d’un chasseur perdu en Alaska le 15 août dernier. Mark Spencer était à la chasse au grizzly à environ 190 kilomètres au nord-est d’Anchorage, quand il s’est retrouvé livré à lui-même en pleine nature, le long de la rivière Susitna, au beau milieu de l’Alaska. Dans l’impossibilité de naviguer dans les dangereux rapides de classe 6, son groupe de chasse a décidé de changer de cap pour descendre en direction de la rivière Tyone. Cependant, le cours de la rivière n’était pas assez profond pour leurs embarcations. Mark Spencer a donc quitté le groupe pour aller chercher de l’aide, mais son bateau a heurté un banc de rochers et a commencé à couler dans les eaux glaciales de la rivière Susitna. Il a passé plus de 48 heures à lutter contre les éléments pour sa survie.
« Ma montre Breitling est l’équipement prioritaire que j’emporte toujours avec moi», a déclaré Mark Spencer, qui travaille dans le secteur des énergies renouvelables. «Même si je venais à tout perdre, j’aurai toujours ma montre. Ce qui est réconfortant pour mon entourage et moi-même. »
Le modèle Emergency est doté d’un micro-émetteur, ainsi qu’une antenne principale et antenne auxiliaire de radiodiffusion sur la fréquence internationale de détresse aéronautique 121,5 MHz. L’enclenchement de l’émetteur s’effectue en dévissant un bouchon de sécurité, puis en déployant l’antenne à sa longueur maximale. Malgré la taille réduite de la montre, la portée du signal est tout à fait comparable aux balises traditionnelles et peut émettre un signal de détresse pendant 48 heures.
En hypothermie et proche de la mort après son dangereux périple, Mark Spencer a activé le micro-émetteur de localisation d’urgence. Une équipe de sauvetage a été en mesure de capter son signal de détresse, de localiser Mark Spencer et de le secourir en hélicoptère.
breitling-mark-spencer-rescue.jpg

« Ce type de satisfaction client apporte beaucoup à Breitling » a déclaré Thierry Prissert, Président de Breitling USA. « Nous espérons que dorénavant Mark n’aura besoin de sa Breitling que pour lui donner l’heure. »

Commentaires : BREITLING pour moi c’est la plus belle des marques de montre, celle dont on rêve !

Le modèle « EMERGENCY » : C’est en 1995 (et encore surement !) la première montre-bracelet dotée d’un émetteur de détresse intégré. L’Emergency est une montre-instrument comportant un micro-émetteur transmettant sur la fréquence de détresse aviation 121,5 MHz. L’Emergency est un instrument personnel qui permet la localisation rapprochée de son porteur en cas de détresse, à la suite d’un crash d’avion par exemple. L’enclenchement de l’émetteur s’effectue en dévissant un bouchon de sécurité, puis en déployant l’antenne à sa longueur maximale.

bretling3.jpg

L’autonomie de l’émetteur est de 48 heures. La portée de l’Emergency sur terrain plat ou mer calme est de l’ordre de 160 kilomètres dans le cas d’un avion de recherche volant à 6000 mètres d’altitude. Cette  montre peut être achetée par une personne sans licence de pilotage, mais elle doit signer une clause indiquant qu’elle devra supporter les frais de secours en cas de déclenchement injustifié de l’émetteur.

Il existait jusqu’à présent plusieurs variantes de « l’EMERGENCY »

La première version : « L’EMERGENCY  Civile » avec un émetteur calé sur 121.5 Mhz et une version militaire sur 243 Mhz muni en plus d’un interrupteur ON/OFF pour éviter que les VC (Victor-Charlie) les petits copains d’en face (!) ne viennent vous récupérer avant les vôtres… ! Cette version est équipée de deux compteurs digitaux.

Elle était munie d’une antenne déployante logée dans un boîtier qui permettait d’augmenter encore la possibilité de détection. Un souci quand même, elle n’était étanche qu’à 30 mètres, donc même la douche (hé oui !) et la piscine étaient interdites. Un gros souci quoi qu’il en soit !

2éme cadran en option.

Breitling-orange.jpg

La deuxième version se prénommait : « EMERGENCY MISSION ». Elle se distinguait de l’autre modèle par la dénomination : « version civile ». Dans cette version il n’y a pas d’antenne qui se déploie, elle reste logée à l’intérieur de la montre. Les compteurs ne sont pas digitaux mais analogiques. Surtout !!! L’étanchéité est portée à 100 mètres !

Aucun des sites qui a publié l’information sur le sauvetage du chasseur Mark SPENCER, absolument personne ne s’est rendu compte qu’il était équipé de la version : « EMERGENCY MISSION version civile » ! Autrement dit celle qui est étanche à 100 mètres ! Parce que s’il avait été équipé de la version « EMERGENCY » tout court, étanche à 30 mètres donc même pas à une douche (!)  il ne serait sûrement plus de ce monde pour en parler !

Breitling « EMERGENCY MISSION CIVILE »

breitling-2.jpg

En effet, relisez le récit : « son bateau a heurté un banc de rochers et a commencé à couler dans les eaux glaciales de la rivière Susitna. Il a passé plus de 48 heures à lutter contre les éléments pour sa survie ».
Vu la température de l’eau  et « le bouillon » qu’il a pris, le modèle « EMERGENCY », étanche à ….. 30 mètres  n’aurait sans doute pas tenu le coup !

Cette information concerne les possesseurs des anciennes versions de l’EMERGENCY.

breitling-121.jpg

.…Suite à l’arrêt  de La détection satellite du 121.5 Mhz : L’Emergency n’a jamais eu pour fonction de déclencher une alerte, mais bel et bien de permettre la localisation des personnes en détresse. Son fonctionnement ne nécessite donc pas de détection satellite. Le principe de fonctionnement de l’Emergency pour la localisation sur 121,5 MHz n’est donc pas touché par la décision de COSPAS-SARSAT : « Les autres appareils tels que les  systèmes « homme à la mer »  (man overboard systems) et les émetteur de radioraliement (homing transmitters) qui transmettent sur la fréquence 121,5 MHz mais ne requièrent pas de détection satellite ne sont pas affectés par l’arrêt du traitement satellite de la fréquence 121,5 MHz. »

Si COSPAS-SARSAT a stoppé la détection par satellite des émissions en 121.5 Mhz et 243 Mhz pour passer au 406 Mhz  c’est en raison d’un trop grand nombre de fausses alertes en 121.5 et 243 Mhz : 50 faux- positifs pour un vrai appel de détresse contre 17 faux- positifs pour un vrai appel de détresse en 406 Mhz.  Lorsqu’un signal de balise 406 MHz est reçu, les autorités « SAR » : « Search And Rescue » à ne pas confondre avec…. : « SAD » : « Search And Destroy »  peuvent accéder à l’information contenue dans la base de données du registre des balises.

Ceci inclus des informations pour contacter le propriétaire, un point de contact d’urgence, les caractéristiques de l’avion, du navire ou du porteur de la balise. L’ajout dans l’envoi de l’alerte de la position GPS passe la précision de détection de 5 Km à moins de 100 mètres.

Les  balises de détresse actuelles sont des balises bi-fréquences 406 MHz/121,5 MHz, une caractéristique essentielle puisque la fréquence 121,5 MHz est nécessaire pour la localisation des victimes au moyen du système de radioguidage monté sur les appareils de recherche, lors de la phase finale d’approche. Par conséquent, l’Emergency restera pour de nombreuses années encore un moyen efficace d’augmenter ses chances de survie en cas de secours.

Extrait du site : CAPBREIZ.COM : « La veille de la fréquence 121,5 MHz est assurée sans interruption durant les heures de service par :

  • les centres de contrôle régional et d’information de vol,
  • les centres de détection et de contrôle militaire (24H/24 et 7J/7),
  • les tours de contrôle d’aérodromes,
  • les bureaux de contrôle d’approche des aérodromes internationaux,
  • De nombreux aéronefs effectuent une veille de la fréquence 121,5 MHz,
  • En mer, les vedettes hauturières sont équipées, sur la fréquence 121,5 MHz, d’un radiogoniomètre de repérage d’urgence,
  • Tout Navire à passagers est pourvu des installations permettant d’émettre et de recevoir des radiocommunications sur place, aux fins de recherche et sauvetage, sur les fréquences aéronautiques 121,5 MHz et 123,1 MHz ».

En résumé :  Les appareils émettant  uniquement un signal analogique -obsolète- à 121,5 MHz ou 243 MHz, ne sont pas détectés DIRECTEMENT par COSPAS-SARSAT. Ces balises ne peuvent être reçues que par un avion ou des sauveteurs situés à proximité. Pour que Cospas-Sarsat reçoive DIRECTEMENT des alertes par satellite, il faut un modèle de balise qui émet à 406 MHz.

Les BREITLING sont équipées d’un verre saphir, antireflet double face. Caractéristiques indispensable pour tous les militaires, chasseurs, etc…

Post scriptum : Notez que sur certains modèles de Breitling la couronne circulaire, 60 minutes est à « l’envers » c’est à dire que la couronne sert de compte à rebours ! Ce qui est beaucoup plus logique que la couronne classique, d’autant plus que la montre est équipée d’un chronomètre. Cela aussi c’est un point-fort des Breitling !

La nouvelle et toujours aussi superbe « EMERGENCY » passe en version II, avec les améliorations suivantes :

emergency déploiement antennesDouble émetteur et donc 2 antennes : 121.5 Mhz et 406 Mhz, conforme aux dernières spécifications du COSPAS-SARSAT.

Étanche à 50 mètres. Il était temps…! Par rapport aux 30 mètres précédent. 100 mètres serait l’idéal ! Elle est en titane, donc légère et anallergique. Bracelet caoutchouc ou titane. Livrée avec son boîtier de rechargement de la batterie et contrôle de l’émetteur.

emergency chargeur

THE montre : Mouvement Calibre Breitling 76, officiellement certifié chronomètre COSC, SuperQuartzTM thermocompensé, affichage analogique et digital LCD 12h/24 h, indicateur de fin de vie de la pile. Chronographe au 1/100e de seconde, compte à rebours (timer), 2e fuseau horaire, calendrier multilingue. Glace saphir bombée, antireflet double face. Lunette tournante bidirectionnelle, rose des vents. Diamètre 51 mm. Bracelets caoutchouc Diver Pro III ou bracelet en titane Professional. Attention ! Étanchéité limité à 50 mètres.

THE balise : Standard appliqué COSPAS-SARSAT. Classification balise C/S PLB Catégorie 2. Fréquences d’émission 121.5 MHz / 406.040 MHz. Puissances d’émission ≥ 30 mW @ 121.5 MHz / ≥ 3.2 W @ 406.040 MHz. Autonomie de l’émetteur ≥ 18 heures à –20°C / ≥ 24 heures à +20°C. Température de fonctionnement (balise) –20°C à +55°C. Alimentation Balise: 1 x Li-ion 4,2 V, 1,1 Ah / Montre: 1 x Oxyde d’argent 1,5 V. Masse de la montre-émetteur 140 g (sans bracelet).

Emergency 2

emergency jauneemergency orangeemergency noire

Notez que juste avant de tirer la poignée d’éjection, le pilote répète six fois le mot : « PAN » (en phonétique : « panne ») « PAN PAN PAN PAN PAN PAN », qui est un  des deux signaux de détresse en vigueur. « MAYDAY MAYDAY MAYDAY » étant l’autre.

La différence entre les deux c’est que « PAN… » indique que vous êtes en panne mais pas en danger, alors que « MAYDAY » indique qu’une vie humaine est en danger. CQFD : « MAYDAY » est prioritaire par rapport à « PAN… ».
Il existe aussi à l’attention des Ufo-sceptiques, l’acronyme « CIRVIS » (réglementaire US) qui interrompt toutes les conversations sur la fréquence radio pour permettre l’envoi d’un rapport concernant la présence d’un OVNI, AVNC (Appareil Volant Non Conventionnel), OANI (Objet Flottant Non Conventionnel)  et selon la procédure JANAP 146.

Tester la BREITLING EMERGENCY avec un TALKIE-WALKIE.

Manuel d’utilisation de la BREITLING EMERGENCY en vidéo :

VERSIONS 2019 BREITLING EMERGENCY

Une suggestion, une seule : Quand est ce que cette Breitling EMERGENCY sera équipée d’une batterie solaire ????

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.