La balle flèche SAUVESTRE testée par les Américains.

On parle de cet article sur le forum : CHASSE PASSION.COM.

passion la chasse

Je viens de retrouver un vieux magazine de Tir qui malheureusement n’existe plus depuis longtemps. Je veux parler du magazine FIRE. Ce n° 45 de Juillet-Aout 1999 possède un test de la SAUVESTRE face à 4 autres balles Américaines en calibre 12. Le test est réalisé par le Sheriff’s Department of Indiana.

J’ai numérisé cet article au format PDF, vous pouvez le télécharger pour l’imprimer en cliquant ici. Copie dans le bon sens !

Rappel de la conception de la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE dont l’alliage de plomb contient 3% d’antimoine, ce qui rend le projectile extrêmement dur. En comparaison, la plupart des autres projectiles-sabot et les slug de type FOSTER sont fait de plomb mou qui ne contient pas d’antimoine.

CARACTÉRISTIQUES :

La BALLE FLÈCHE SAUVESTRE possède la plus grande vitesse initiale. Elle se classe seconde en énergie initiale et de loin la première en énergie de surface. La BALLE FLÈCHE SAUVESTRE possède aussi la plus grande pénétration de toutes les balles pour fusil à canon lisse. Mais plus que la simple énergie, la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE est le projectile qui possède la plus grande force ….. En d’autres termes, la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE dispense le plus d’énergie sur la plus petite surface : la même énergie que les balles rayées mais sur une surface de 40% seulement de ces dernières. La surface réduite de la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE a un pouvoir pénétrant à peu prés du double de celui des autres projectiles sabots. 2.5 fois celui d’une balle FOSTER à PLEINE CHARGE. A 100 mètres, la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE possède un avantage encore supérieur sur les autres avec son énergie 1.9 fois supérieure et une énergie de surface trois fois supérieure à celle des autres projectiles sabot.

EXPANSION :

En terme de balistique lésionnelle, toutes les balles-sabot et les balles FOSTER de calibre 12 gênèrent des cavités temporaires de la même dimension que celle d’une 7,62×51 (308 NATO) à pointe douce et une cavité de destruction permanente plus grande que celle de n’importe quelle arme légère d’épaule. Le diamètre le plus important et la pénétration la plus profonde est occasionnés par la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE, suivie par la balle FOSTER à pleine charge et FEDERAL BARNES X. Lors de l’impact dans la gélatine balistique, la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE n’expanse que très légèrement. Une expansion limitée permet aussi une pénétration plus importante et la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE possède la pénétration la plus importante.

En 2019, il est encore difficile de faire comprendre qu’une balle de calibre 12 correctement encartouchée comme la FIER ou la SAUVESTRE est plus efficace qu’une balle de 300 winchester magnum de 180 grains ou 9 grammes.

Extrait du livre de Joël Serre : Livre : Joël SERRE : Troisième édition : « Technologie des balles de chasse pour canons rayés ».

Même si l’énergie cinétique n’est pas un critère d’efficacité en soi, la balle de calibre 12 est mathématiquement cinq fois plus puissante qu’une balle de 300 Winchester magnum de 9 grammes. « …Ce qui va bien évidemment à l’encontre de toutes les idées reçues ».

PRÉCISION :

Distance de tir : 100 mètres. 5 balles par marque. Fusil utilisé : TARHUNT à canon rayé de 55 cm. Pas de rayures de 450 mm. Lunette. La plus précise de toutes les munitions avec un tout petit avantage, a été la FEDERAL HYDRA SHOK avec un groupement moyen de 74 mm. La BALLE FLÈCHE SAUVESTRE groupant dans : 97 mm. A 114 mètres la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE ne tombe que de 24 cm (NDR : ce n’est pas une magnum) contre 37 cm pour la balle FOSTER. La conception de la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE avec son centre de gravité très avancé par rapport au centre de la pression autorise une trajectoire correcte même sans effet de rotation du projectile.

Parmi tous les projectiles du test, la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE possède la trajectoire la plus stable.

PÉNÉTRATION :

A dureté égale, un projectile moins prédestiné à se déformer ou à se replier sur lui même pénétrera mieux que celui qui dispose d’une structure moins homogène. (NDR : Ce que je me suis tué à dire tout au long de ces articles). Le projectile de fusil qui dispose nettement de la meilleure pénétration est la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE. La BALLE FLÈCHE SAUVESTRE produit la cavité au diamètre le plus large et à la pénétration la plus profonde dans le bloc de gélatine balistique, l’équivalent d’une blessure produite par une 308 WINCHESTER.

CONCLUSION :

La BALLE FLÈCHE SAUVESTRE a été testée par la F.B.I. Firearms Training Unit, la California Highway Patrol et le Los Angeles County Sheriff. Suite à la fusillade de NORTH HOLLYWOOD où les policiers ont été obligés de s’adresser à un armurier local pour venir à bout des protections balistiques des pilleurs de banque, toutes les forces de l’ordre de Californie sont particulièrement intéressés par cette cartouche : personne ne souhaite voir se répéter L’affaire de Miami et la fusillade de North-Hollywood.

MES COMMENTAIRES.

L’incident de North Hollywood est à l’origine du sur-équipement des SWATS. Il est au sur-équipement des SWATS ce que l’incident de MIAMI est au passage du 9 mm au 40 par le FBI. Cet article date de 10 ans, La balle FIER n’était pas encore connue. Fier comme SAUVESTRE ont développés depuis des munitions spéciales POLICE et/ou militaire.

Ce test confirme que la BALLE FLÈCHE SAUVESTRE n’a pas besoin de rayures pour voler correctement. Au contraire, les tests récents le démontrent, il vaut mieux un canon lisse pour un tir de précision avec une BALLE FLÈCHE SAUVESTRE et notamment au delà des distances usuelles de battue.

Lire également : « Canon Européen = balles Européennes. Canon Américain = balles Américaines ».

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de mise en forme, veuillez m’en informer en faisant un clic droit sur le texte pour le mettre en surbrillance puis cliquez sur Ctrl + Entrée . C’est tout !

Print Friendly, PDF & Email

2 thoughts on “La balle flèche SAUVESTRE testée par les Américains.”

  1. Cher Chasseur de Sanglier,
    Comme d’habitude votre article est fort intéressant.
    Je m’interroge cependant sur la pertinence, pour ne pas dire plus, de la notion d' »énergie de choc » qu’il me semble découvrir ici dans l’extrait du bouquin de J.Serre. Ma bible a été pendant un temps l’ouvrage de H.Toussaint  » le tir à balle du grand gibier » que vous devez sans doute connaître. En 2019 l’ouvrage est quand même un peu daté à mon avis, en ce qu’il fait la part un peu trop belle à l’énergie cinétique « pure », si l’on peut dire. En effet ce qui tue le gibier n’est pas l’énergie cinétique que possède le projectile au moment de l’impact, mais bien la part de cette énergie qui aura été cédée à la cible par le projectile lors de l ‘impact et de la traversée du corps de l’animal ( toutes choses égales par ailleurs notamment en ce qui concerne la zone d’impact, car on ne va pas comparer une balle de cœur et une balle de cuisse). C’est là qu’intervient la structure de la balle, dont va dépendre ce transfert d’énergie au gibier.
    Revenons à l’énergie de choc : le calcul présenté par Joël SERRE m’intrigue . Il multiplie l’énergie cinétique (en Joules) par une surface ( en cm²) et par miracle il obtient un résultat exprimé en Joules. Ce qui est une aberration flagrante pour quiconque a fait un peu plus de physique que ce qui est exigé pour obtenir un bac S de nos jours. Son résultat ne peut être en Joules, il doit s’exprimer en « Joules.cm²  » (et même en Joules.m² en fait ) et de ce fait cela ne correspond pas à une « énergie » (les mots ont un sens en physique…). On ne peut pas décider par convention personnelle de supprimer l’unité (le cm²) juste pour retomber sur ses pattes avec des Joules à la sortie du calcul…Donc il y a un loup quelque part. Je me demande d’ailleurs quel est le fondement théorique et scientifique de ce calcul qui tout compte fait m’a l’air de tout ce qu’il y a de plus pifométrique sous ses dehors pseudoscientifiques…Si on divisait l’énergie cinétique par la surface de contact du projectile à l’impact, on aurait une grandeur représentant l’énergie rapportée à la surface, ce qui peut donner pour deux projectiles de même dureté un moyen de comparer leur potentiel de pénétration . Mais multiplier la section de la balle par l’énergie cinétique, franchement on ne voit pas d’où ça sort, ni en quoi ça représenterait le potentiel de destruction causé par un projectile. Si on raisonne par l’absurde on démontre l’inanité de cette approche : imaginons une tôle projetée et frappant la cible de toute sa surface, tôle possédant disons la même énergie cinétique que la balle calibre 12 magnum décrite par J.SERRE. La tôle est plus lourde, donc volera moins vite que la balle à énergie cinétique identique ( si la résistance de l’air vous gène pour imaginer l’expérience, on peut dire que ça se passe dans le vide, ça ne change rien au raisonnement). La tôle a une surface beaucoup plus grande, disons 2 m² soit 20 000 cm², et une masse de 16 kg si elle est en acier de 1 mm d’épaisseur. Se déplaçant à 0,65 m/s elle dispose d’une énergie cinétique de 3385 Joules, comme la balle cal. 12 prise en exemple. Donc « l’énergie de choc » de cette tôle sera (20 000/2.69 =) 7435 fois plus grande que celle de la balle selon le calcul de SERRE….soit environ 67,7 millions de « Joules » selon le calcul de J.Serre, ce qui serait l’équivalent de la puissance explosive de 16 kg de TNT…!!! De quoi pulvériser n’importe quel Rorqual bleu !! Pour un projectile ayant la même énergie cinétique qu’une balle 12 magnum !! Donc si on suit SERRE dans son raisonnement on conclue forcément : « Dans ce cas de figure, la tôle de 2 m² fait preuve d’une écrasante supériorité, ce qui va bien évidemment à l’encontre de toutes les idées reçues »…Tu m’étonnes !! On se demande même pourquoi les militaires dépensent des millions pour des armes antichar, alors qu’une bonne tôle lancée à 2,34 km/h pourrait faire le job ! Vous voyez avec cette comparaison amusante (et irrévérencieuse !) que l’approche de Serre concernant « l’énergie de choc » est totalement à la ramasse…Mais si vous avez des arguments contraires, je suis toujours prêt à reconnaître mes erreurs et à apprendre ! Bien à vous, au plaisir de vous lire. JLA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.