Les chevrotines dans les accidents de chasse.

On parle de cet article sur CHASSE PASSION.COM.

passion la chasse chevrotines

On parle de cet article sur le forum GRIVES.NET

forum-grives-net

Deux dramatiques accidents de chasse dont l’un a coûté la vie à un enfant de 12 ans, m’incitent à vous rappeler une chose fondamentale : les chevrotines comme les balles de fusil ricochent TRÈS, TRÈS, TRÈS, FACILEMENT ET SUR N’IMPORTE QUELLE SURFACE ! Là où une balle de carabine filant à 800 m/s ira se planter en terre, une balle en plomb volant à 300-400 m/s en moyenne, ricochera et partira n’importe où…! J’en veux pour preuve un accident de chasse récent où un chasseur est tombé en avant, les deux coups sont partis, ont tapé contre un rocher situé devant lui et tout lui est revenu dans l’épaule et dans la tête ! Attention quand même avec certaines balles de carabine, pré-découpées, qui se sectionnent en deux à l’impact, là aussi il peut y avoir un ricochet mortel. Cas dans l’AUDE il y a plus de 10 ans : La balle prévue pour se séparer tel un étage de fusée fait son travail mais le deuxième « étage »  ricoche et tue un posté à 90°. Le tireur se suicide quelques instants après !Depuis 2008 que ce blog existe un de mes premiers articles a été de mettre en garde les possesseurs de fusil contre les ricochets de balle de fusil en calibre 12 et notamment en périphérie urbaine. « Périphérie urbaine » ou tir à courte distance suis-je obligé d’ajouter maintenant, compte tenu de l’accident mortel suite à ce ricochet de chevrotines. Car c’est là tout le paradoxe des chevrotines, elles ne sont efficaces qu’à courtes distances mais elles sont aussi très dangereuses parce que tirées à courte distance. Dangereuse pour le tireur comme pour toutes les personnes autour du tireur…!!!

Les chevrotines « parce que ça fait masse« , « parce qu’on tire à courte distance » il faut les mettre au placard !

La solution technologique existe, et depuis déjà de nombreuses années, j’en fais suffisamment la pub sur ce blog depuis 2008, qui plus est elle possède un pouvoir de pénétration de 35% supérieur à une balle en plomb classique. Je veux parler de la FIER 28 laiton et de sa petite sœur réservée aux courtes distances : la FIER 24 ALU. Vous retrouverez l’article complet ici : « Balles de fusil pour le sanglier. »

La FIER 24 ALU par rapport à la FIER 28 laiton est comme son nom l’indique pourvue d’une flèche en ALU, donc elle est plus légère et va moins loin. La portée efficace sur un sanglier est de 40 mètres. Depuis 2008, je dis que  cette balle conçue à l’origine pour la Police et l’armée a comme particularité celle de ne quasiment pas ricocher. EUROFIER, le fabricant m’a fourni des documents des services techniques du Ministère de l’intérieur qui mentionnent : « CE PROJECTILE NE RICOCHE PAS ». (Fiche « PAL » MILIPOL 2001). Pour en avoir parlé au téléphone avec son inventeur, il m’a dit : « on l’a tirée sur des pare-brises et sous tous les angles, on l’a tirée sur l’eau et sous tous les angles, on n’arrivait pas à la faire ricocher ». Et pourtant le principe de la FIER existe depuis plus 14 ans !!!!! Autant vous dire que vous ne la trouverez pas sur les étagères de votre armurier, quoique vu la publicité que je leur ai fait via le blog, la situation s’est un tout petit peu améliorée. Mars 2016 : FIER est devenue FIER AMMUNITION. N’achetez que des FIER 28 de chez Vouzelaud ou AMMUNITION sous peine de grosses déconvenues.

Séquence d’impact d’une balle FIER :

fier01.jpg

fier03.jpg

fier04.jpg

fier05.jpg

fier06.jpg

La FIER 28 est un projectile muni d’une flèche en laiton qui coulisse sur un anneau de plomb le tout emprisonné dans une gangue de plastique.

fier 28

La TERRIBLE “FIER EXPANSIVE”  avec son pénétrateur en plomb ou en laiton. Réservée aux sangliers de plus de 90 kg et grands Cerfs.

fier-expansive-02.120.jpg

Le modèle de FIER 24 “spécial battue” qu’il faudrait rendre obligatoire en périphérie urbaine, portée efficace sur sanglier : 40 mètres. Pénétrateur en aluminium.

fier alu2

Tir dans de la plastiline

fier-24-plastiline.1203063980.jpg

La chevrotine tente son retour par l’Assemblée Nationale

assemblee-nationale-chevrotines.jpg

Notez que je n’ai pas écrit : « La chevrotine fait son retour à l’Assemblée Nationale ». Non ! Rassurez vous il y a des façons plus « invisibles » 😉 d’opérer… ! Trêve de plaisanterie !Monsieur le député de la 5éme circonscription du Gard, vient de poser une question écrite au Ministère de l’Écologie : « M. William Dumas attire l’attention de Mme la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur l’utilisation de la chevrotine dans le cadre de la chasse au sanglier. En effet, la plupart des armes utilisées actuellement dans les battues au sanglier sont des armes lisses dont la portée peut atteindre plus de 1 500 mètres. L’emploi de la chevrotine offre des garanties en terme de sécurité ; un grain de chevrotine tiré par un fusil ne dépasse pas les 200 mètres. Compte tenu du nombre d’accidents de chasse enregistrés ces dernières années, il paraît indispensable d’améliorer la sécurité autour de la pratique de la chasse et les munitions utilisées font partie des éléments indispensables à la bonne tenue des milliers de battues réalisées chaque année en France. En conséquent, il lui demande si le Gouvernement compte autoriser l’emploi de la chevrotine pour maîtriser la progression des populations de sangliers ». Fin de citation.

Comme je ne cesse de le répéter depuis 2008 sur ce blog et comme en convenait un vice-président de fédération au téléphone, nous avons non seulement une absence totale de culture des armes en France mais en plus nous nous  payons le luxe de produire certains textes législatifs concernant les armes,  qui en plus d’être uniques au monde, sont contraires à toutes les règles de sécurité et…. de bon sens ! Je rappelle pour les béotiens que le législateur Français a inventé le chargeur fixé à demeure sur l’arme, ce qui ne permet pas de les séparer ! Or c’est bien la séparation des deux : arme et chargeur qui constituent la sécurité ! Pas en France ! Absence de culture des armes, absence totale de notions de balistique mécanique et ne parlons même pas de balistique lésionnelle ! Alors à défaut d’attendre la réponse emberlificotée d’un haut fonctionnaire dont la réponse ne satisfera personne mais fera qui du bien à tout le monde, permettez-moi de vous répondre directement !

  • Vous écrivez : « En effet, la plupart des armes utilisées actuellement dans les battues au sanglier sont des armes lisses dont la portée peut atteindre plus de 1 500 mètres. ».

Dire que la portée d’une balle de canon lisse est de 1500 mètres ou que celle d’une balle de carabine est de 5 km, c’est totalement vrai mais c’est aussi totalement stupide ! Désolé, mais c’est vraiment stupide ! Pour faire un parallèle avec un sujet que vous maitrisez surement mieux que celui de la chasse, prenons votre voiture. Le compteur affiche : 250 km/h. Que diriez-vous si je vous disais : « C’est un scandale que votre voiture puisse monter à 250 km/h ». Vous me répondriez : « Ah oui ! Mais c’est faux en fait, car on ne peut pas rouler à cette vitesse là, sauf sur circuit ». Hé bien monsieur le député, pour nous autres chasseurs c’est pareil ! Non, nous ne tirons pas le sanglier à 1 km voire 4 km avec nos carabines. Nous tirons des bêtes de 60-70kg en moyenne qui marchent et courent sur quatre pattes. A l’inverse des sangliers qui se déplacent sur terre, nous ne chassons plus les dinosaures à plumes (oiseaux volants)  qui ont été éradiqués il y a plusieurs millions d’années ! Donc les chiffres que vous citez, que je cite, sont tout à fait exacts, mais ils sont tout aussi théoriques que les 250 km/h de votre voiture à savoir que pour atteindre ces distances là, IL FAUT TIRER CANON A 29° VERS LE CIEL ! Or comme précité, nos sangliers à l’inverse des dinosaures à plumes ne volent pas en escadrille ! Dans les faits et sous un angle de 0° (tir horizontal) et à 1,60 mètre du sol, une balle de fusil ne dépasse pas les 200 mètres, 254 mètres pour une Sauvestre filant à 580 m/s. Une balle de carabine, toujours dans les mêmes conditions : 0° (tir horizontal) et à 1,60 mètre du sol, possède une portée maximale théorique de moins de 500 mètres. 445 pour une 280 Remington. Page 267 et suivantes du livre de Joël Serre. Sachant qu’en plus tous les chasseurs sont censés effectuer des tirs fichants !

Toujours pour rester dans la comparaison avec quelque chose qui vous est plus familier semble t’il que la balistique lésionnelle, votre voiture monte INUTILEMENT à 250 km/h et vous n’avez même pas l’excuse de dire que vous avez besoin d’un surcroit de puissance pour doubler, puisqu’au pire s’il vous faut passer de 120 km/h à plus de 130 même pour un court instant, une voiture bridée à 160/h, suffirait amplement. Alors  que nous autres chasseurs avons besoin pour tuer proprement un animal d’un énorme surcroit  de puissance pour qu’un projectile de 9 grammes tue rapidement un animal qui pèse 90.000 fois le poids de la dite balle ! A défaut d’être tué proprement et -presque- sur place, il ira crever dans la forêt durant plusieurs semaines.

  • « ….un grain de chevrotine tiré par un fusil ne dépasse pas les 200 mètres ».

L’expert en balistique Joël Serre a bien voulu me communiquer les éléments suivants : « Cartouche chargée de Chevrotine 9 Grains 34.00 g. V2,5 : 400 mètres par seconde à une altitude de 500 mètres. Humidité de 78 %, Température = 15 ° C  Pression = 750 mm/Hg
Le Temps de Vol à l’Élévation Maximale est 9,003205 secondes. Maxi : 937,9 mètres sous un angle d’élévation de 26 degrés avec un angle d’axe de référence de 0 degrés ».

Comment arrivez-vous au chiffre de 200 mètres de portée pour la chevrotine  quand la balistique officielle en arrive au chiffre de 937 mètres ? Parce que vous mélangez tout ! Le chiffre de 937  mètres c’est sous une incidence de 26° ! et le chiffre de 200 mètres c’est sous une incidence de 0° (tir  à l’horizontale). Dans les faits, toutes les balles en calibre 12 tirées à 1.60 mètre du sol et en tir plus ou moins fichant, compte tenu des courtes distances de tir au fusil touche le sol entre 30 et 60 mètres du tireur. C’est après que ça se complique ! Car après l’impact suit la désintégration et/ou le ricochet et c’est là que la chevrotine devient extrêmement dangereuse, car elle va riper sur n’importe quel caillou, même contre un arbre. Une balle se désintégrera plus ou moins bien.
La seule balle de fusil qui procure une garantie de quasi 100 % contre le ricochet et les éclats c’est la balle FIER.

Mise à jour : Joël Serre me précise : « Une chevrotine type 9 grains peut aller jusqu’à 900 mètres environ, cependant, avec une masse de 3,80 grammes, et une vitesse résiduelle de l’ordre de 30 m/s, son énergie cinétique n’est que de l’ordre de 1,5 joules en phase de tombée. Cette énergie cinétique est insuffisante pour occasionner des lésions. Dans les faits, un grain de chevrotine n’aura suffisamment d’énergie cinétique létale que jusqu’à la distance de cent mètres environ. Ce qui n’est pas le cas d’une balle d’une masse de 32,00 grammes à la même distance, ou d’une balle de carabine de 9,00 grammes par exemple, compte tenu que les vitesses résiduelles de retombée seront beaucoup plus élevées. (pour occasionner des lésions, un projectile doit avoir une vitesse supérieure à 60 m/s et disposer de plus de deux joules, ce qui est le minimum pour laisser une trace sur la peau) ».

Il ajoute plus loin :« ……….A courte distance, conforme à l’usage auquel elle est destinée, c’est à dire moins de cinquante mètres, cette munition offre un pouvoir létal bien supérieur à n’importe quelle balle d’arme lisse ou rayée. Ceci à condition bien sure que le tir soit centré avec une atteinte minimum de trois grains ».

Je complète : Il est bien évident que la chevrotine est redoutable d’efficacité entre 0 et 25 mètres, c’est même pour cela qu’elle est toujours principalement utilisé par les militaires pour le combat en milieux clos (CQB). Entre 0 et 25 mètres il y a ce que l’on appelle « un effet balle » dû à la concentration des 9 plombs.

Le problème avec le chasseur lambda c’est qu’il ne connaît pas les distances auxquelles il tire ! Il n’y a qu’à entendre tous les week-end le nombre de type qui ont tué un animal « à plus de 100 mètres voire 200 mètres !!!! ». A défaut de se fâcher avec 90% des collègues, on préfère se taire !

CQFD : Il n’est pas possible de faire suffisamment confiance aux individus en général pour les autoriser à utiliser de la chevrotine. Hormis en Corse car là de toute façon dans le maquis, un tir au delà de quelques mètres n’est même pas envisageable ! Et encore…! La FIER 12 serait plus efficace. Car à la chevrotines on a trop tendance à arroser !
Propositions extraites de l’article publié en 2008 : « Propositions insolentes pour réformer la chasse ».

– Test obligatoire de pénétration pour toutes les balles de calibre 12 à une distance de 30 mètres minimum, 40 mètres maximum sur une planche en sapin dont l’épaisseur doit simuler un sanglier de 70 kg. Canon de 61 cm. Norme NF ou ISO à définir, interdiction d’utiliser d’autres projectiles. Là aussi trop de sangliers et de cervidés qui crèvent, blessés mortellement. Ancien projectile à recycler dans les stands ou facilité de reprise lors de l’achat de nouvelles balles au standard NF/ISO.

– Concernant le tir à balle en périphérie urbaine, question qui se pose et se posera de plus en plus : Interdiction du tir à balle telle qu’elle existe aujourd’hui, exception faite de la FIER 24 ALU, pour les communes définies en accord entre la Fédé et la préfecture comme “semi-urbaine”. Interdiction évidemment de la chevrotine à cause des ricochets et parce qu’elle se contente de blesser au lieu de tuer. La chevrotine ne fait que blesser ! Autrement dit, les animaux sont perdus et mettent plusieurs semaines à crever. Bel exemple de respect vis-à-vis des animaux et beau geste écologique, s’il en est. Un seul grain de chevrotine peut provoquer une infection suffisante pour tuer un animal à petit feu durant plusieurs mois. Voulez-vous en arrivez là… ?

  • « L’emploi de la chevrotine offre des garanties en termes de sécurité ».

Voilà une formule qui va faire hurler tous ceux qui ont quelques connaissances en balistique mécanique ! La chevrotine monsieur le député est la pire, LA PIRE ennemi de la sécurité à la chasse ! L’ANCGG fut à l’époque à l’origine de son interdiction. Hormis le « nettoyage de tranchées » en 14/18 et le combat en milieux urbain, la chevrotine n’a rien à faire à la chasse ! RIEN ! La chevrotine ricoche comme seules des billes savent ricocher !

  •  « Compte tenu du nombre d’accidents de chasse enregistrés ces dernières années, il paraît indispensable d’améliorer la sécurité »

Parlons-en des accidents de chasse et laissons la parole à l’ONCFS et son communiqué pour les accidents concernant la saison 2011-2012 :

Extraits : « Communiqué commun à l’ONCFS et à la Fédération Nationale des Chasseurs : BILAN DES ACCIDENTS DE CHASSE SAISON 2011-2012. De moins en moins d’accidents graves ! Paris, le 16 juillet 2012.

……….Deux indicateurs nettement au vert : La baisse spectaculaire des accompagnateurs non chasseurs qui représentent 4% des victimes contre 15 % la saison précédente. La baisse continue pour la troisième année consécutive des accidents mortels. 16 contre 18 l’an passé, 19 en 2009/2010 et 22 en 2008/2009.

Par contre je vous invite à vous rapprocher du ministère des sports suite à cette information officielle : « Source MEDSCAPE.FR : « Enfin, pour la luge, le nombre d’accidents de tout type a été estimé à 2400. La pratique de la luge a été associée à un haut risque d’accident grave. Le taux de lésions tête et tronc est en augmentation depuis 2 ans : il a atteint 35,6% des diagnostics en 2011. Le taux de traumatisme crânien était également élevé (5,5%) ». « Pour la saison 2010-2011, le nombre de blessés à ski a été estimé à 140.000 ».

Je vous recommande également de vous rapprocher de l’éducation nationale, car il semble que l’on meure beaucoup  dans les cours de récréation de nos écoles : Je cite un article de l’EXPRESS : (13 morts en 2009). Et « Une enquête réalisée par IPSOS pour l’APEAS montre que 4% des enfants de plus de 15 ans connaissent le « jeu du foulard », soit par extrapolation : 1.500.000 personnes » !!! Excusez du très-peu !  « Jeux du foulard.com »  : « Mort et séquelles à vie : Les premières évocations d’accidents datent des années 1950. Depuis 2000, une moyenne de 10 décès est recensée chaque année en France par l’APEAS (qui n’a pas connaissance de l’ensemble des cas). Plusieurs jeunes garderont définitivement des séquelles, plus ou moins importantes, du coma dans lequel ils ont été plongés (crises épileptiques, paralysies et état végétatif irréversible) ». 

L’Allemagne qui ne compte que 351.000 chasseurs par rapport à nos 1.200.000 pratiquants s’est livrée à des calculs. Il en ressort que : « Avec 351.000 chasseurs, la probabilité d’être blessé mortellement au cours d’une chasse est de 0,00085%. Ceci doit être comparé au risque d’accident mortel domestique, environ 0,009% (7.500 accidents mortels pour 81 millions d’Allemand). En résumé : l’Allemand moyen vit, entre ses quatre murs, dix fois plus dangereusement que le chasseur à la chasse ». En Allemagne, je cite l’article source : une personne meurt toute les deux heures sur la route. Conduire est 23 fois plus mortel que chasser. Faire de la haute-montagne est presque 5 fois plus dangereux que chasser : 45 alpinistes des 900.000 membres de l’Association Alpine Allemande ont eu un accident mortel en 2010 (0,004%) ». En 2010 le Club alpin allemand (DAV) a dénombré 40 morts. La montagne est huit fois plus mortelle que la chasse.

France : 1.200.000 Chasseurs. 2010 : 19 accidents mortels. 16 pour la saison 2011.2012.

Allemagne : 350.000 chasseurs. 2010 : 11 morts. 2000 : 19 morts.

D’après l’ONCFS, ce ne sont pas moins de 7 à 8 millions de balles qui sont tirées chaque année en France ! Il y a : « Un accident de chasse au grand-gibier pour 185.000 balles tirées ». Tout ça pour vous dire monsieur le député qu’avant d’avancer ce genre de proposition, il est préférable de se renseigner auprès des personnes compétentes.

  • « Il paraît indispensable d’améliorer la sécurité autour de la pratique de la chasse et les munitions utilisées font partie des éléments indispensables à la bonne tenue des milliers de battues réalisées chaque année en France ».

Je suis très content de vous l’entendre dire Monsieur le député ! C’est depuis 2008 que je fais des propositions en ce sens ! J’attends toujours !

La réponse du gouvernement à la question posée :

Texte de la réponse : « L’article 4 de l’arrêté modifié du 1er août 1986 relatif à divers procédés de chasse, de destruction des animaux nuisibles et à la reprise du gibier vivant dans un but de repeuplement prévoit une circonstance dérogatoire à l’interdiction de chasser le sanglier par d’autres moyens que le tir à balle ou l’arc de chasse : « dans les départements présentant des formations de garrigues ou maquis, la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie peut définir par un arrêté annuel, sur proposition du préfet, après avis du président de la fédération départementale des chasseurs, les conditions dans lesquelles l’emploi de chevrotines est autorisé pour le tir du sanglier en battues collectives. ». Il est admis que les chablis dus à la tempête Klaus, survenue le 24 janvier 2009, ont créé dans la forêt landaise des paysages relativement proches de ceux formés de garrigue ou de maquis. Au cours des trois dernières campagnes cynégétiques ces chablis ont également rendu malaisé le tir à balle du sanglier au sein d’un espace forestier sinistré. Une telle situation a conduit le préfet des Landes à relayer la demande de la fédération départementale des chasseurs tendant à obtenir du ministre chargé de la chasse l’autorisation de tirer le sanglier à la chevrotine lors des battues collectives. Après consultation, chaque année, des membres du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (CNCFS), le ministre a autorisé l’emploi exceptionnel de chevrotines 28 grains pour le tir du sanglier en battues collectives. Cette mesure a donc été reconduite pendant trois ans. La forêt landaise ayant retrouvé sa physionomie originelle, qui n’est pas assimilable à une garrigue ou un maquis, cette mesure exceptionnelle n’est pas reconduite. Cependant, la question plus générale de l’emploi de cette munition dans le cadre des battues réalisées pour limiter la population de sangliers nécessite une réflexion approfondie. Les avis du monde cynégétique sur cette question sont très divers, en raison à la fois d’interrogations sur la sécurité et sur le risque de blessure non létale des animaux. Il a été demandé à la Fédération nationale des chasseurs de conduire cette expertise afin qu’un débat puisse ensuite être envisagé à l’occasion d’un prochain Conseil national de la chasse et de la faune sauvage ».

an.jpg

Je suis agréablement surpris par la réponse ! Notamment par ce passage essentiel : « …..Les avis du monde cynégétique sur cette question sont très divers, en raison à la fois d’interrogations sur la sécurité et sur le risque de blessure non létale des animaux ».

Comme je l’ai écrit précédemment, les chevrotines ricochent facilement et leur pouvoir vulnérant quoique égal ou supérieure à une balle à quelques mètres, deviennent très vite contre-productives à des distances moyennes. Le problème des chevrotines c’est le même  que pour les drones armés, ce n’est pas tant le matériel qui est en cause mais son utilisation ! Dans le cas des chevrotines, ce sont « les coups de longueur » qui pose problème et leur capacité à ricocher. Il y a une seule et bonne mesure à prendre : installer des stands au sanglier courant au sein des clubs de tir FFTir, dont les travaux seront financés par les Fédérations départementales en plus d’installations spécifiques. Cela fait 5 ans que ce blog les réclament ! Ce n’est qu’en permettant au chasseurs de s’entraîner sans frais supplémentaire que l’on augmentera la qualité et le pourcentage des prélèvements. Actuellement il faut six balles pour tuer une bête ! Six balles !! Et c’est une moyenne nationale….. ! Il est également certain que tant que l’on s’obstinera à utiliser des calibres comme le 270 pour tirer des sangliers à bout portant avec des balles franchissant allégrement les 900-1000 mètres secondes, ça ne fonctionnera jamais ! JAMAIS ! Le résultat est le même que pour les chevrotines, on blesse, on perd la bête, qui met plusieurs semaines à crever dans la nature, dans les plus grandes souffrances. Ce n’est pas l’idée que je me fais de la chasse !

Je viens de trouver une vidéo réalisée par Jean Claude TOLPHIN qui a réalisé des tests de tir avec de la chevrotines 9 grains à 30 mètres. J’ai supprimée la vidéo car on ne peut pas légitimement tester des chevrotines à 30 mètres ! C’est trop loin ! Comme le dit très bien le modérateur du site GRAND-GIBIER.EU : « ….Tirer sur un animal à la chevrotine à plus de 25m est une aberration ! Je ne suis pas pour le retour car la sagesse des anciens n’est plus là ». Tout est dit ! Pour éclairer le débat de façon contradictoire, car s’il n’y a pas contradiction il n’y a pas de débat, j’ajoute ici la contribution de Joël Serre : « Ceci dit, le tir dans les chablis se fait dans plus de 90% des cas à moins de 15 mètres, avec une moyenne de l’ordre de 7 mètres. Les animaux déboulent très vite et le tir se fait au jugé de manière instinctive sans avoir le temps de viser. A ces distances, le groupement des grains composant une chevrotine 28 grains est de l’ordre de 10 à 30 cm selon le type de canon et le niveau de choke utilisé sachant qu’un canon lisse donne (bizarrement) généralement les meilleurs résultats.Un essai de tir à 30 mètres avec de la chevrotine 9 grains n’est pas représentatif de la nature réelle des conditions d’emploi à travers des chablis ou du taillis. Le 9 grains est fait pour tirer de très près.Je te joins une photo représentative d’un tir à la chevrotine 28 grains réalisé à 15 mètres dans de la gélatine balistique recouverte d’une peau. Dire que la chevrotine 28 grains ne rentre pas sur des animaux comme le sanglier est tout simplement ridicule.

CHEVROTINES-28grains-15-metres.jpg

Le tir à la chevrotine 28 grains est à mon sens parfaitement adapté aux tirs sur de courtes et très courtes distances tel qu’il est pratiqué au travers des taillis, ronces, végétations denses et chablis de toutes sortes. Théoriquement, la chevrotine 9 grains est supposée plus efficace car elle compte des projectiles de masse importante qui impacts à des vitesses élevées ; en contre partie, la chevrotine 28 grains comble sa plus faible efficacité théorique par une zone de couverture plus garnie à distances égales qui produit des atteintes plus nombreuses compensant ainsi le manque d’énergie létale théorique supposée. En fait, la chevrotine 28 grains est aussi dévastatrice que la chevrotine 9 grains et garantie une efficacité équivalente sur des animaux de taille moyenne comme le sanglier jusqu’à environ 80 Kg. La chevrotine 28 grains aura également l’avantage de procurer un taux de réussite plus élevé que la chevrotine 9 grains sur des animaux de taille plus faible comme par exemple des bêtes rousses ou des marcassins dans le cadre de tirs de destruction et d’élimination.  Dire que le tir à la chevrotine est plus dangereux à cause des ricochets est une affirmation gratuite ; statistiquement il y a potentiellement 28 projectiles qui sont susceptibles de “ricochet “à basses vitesses avec une faible énergie cinétique qui limite leur portée a travers la végétation, de l’autre une balle de carabine ou de fusil à hautes vitesse et masse élevée qui peut potentiellement aller beaucoup plus loin. Après bien sûr, on peut toujours lancer toutes sortes de polémiques sous toutes les formes que l’on souhaite ».

Mon commentaire : Je suis d’accord que 30 mètres pour tester de la chevrotines, c’est beaucoup trop loin. A fortiori et je l’ignorais, si la 9 grains est faite pour être tirer à bout portant ! Que la chevrotines blesse inutilement si elle mal utilisée, notamment dans des « coups de longueurs »,  personne ne le conteste. Mais il ne faudrait pas pour autant biaiser les tests en exagérant les distances d’essai, pour venir dire ensuite : « voyez ça ne fonctionne pas ! ». Ce n’est pas comme ça que l’on clarifiera le débat ! On est parfaitement d’accord qu’il est hors de question de généraliser l’emploi des chevrotines sur le territoire, parce qu’il y aurait trop de dérives du style : « il a plus à craindre que moi ! ».

A mon humble avis, il s’avère après analyse que cette décision localisée au Bordelais et dans des secteurs où effectivement les chablis étaient nombreux, me parait rétrospectivement intelligente, adaptée, répondant à une situation très, très précise ET LOCALE ! La décision d’imposer du 28 grains et pas autre chose, réponds parfaitement à un emploi de zéro à 15 mètres. Le 9 grains est mal adapté à ses distances. D’autant plus que les promoteurs de cette décision on su siffler la fin de la partie quand cela leur a parut nécessaire. Comme quoi, il arrive que l’on puisse se tromper même sur un sujet aussi « évident » que les chevrotines.
Par contre et même si cela n’a rien à voir avec le sujet, pour les mêmes raisons : « coups de longueur », je suis contre l’emploi du plomb sur le chevreuil.

Print Friendly, PDF & Email

6 thoughts on “Les chevrotines dans les accidents de chasse.”

  1. un nanti donneurs de leçons, qui dans bien des cas devrait plutôt faire ce que les autres font a la sienne….
    la chasse mon kiki est plus qu’un passe temps, une nécessité écologique, une implication des plus grande dans la gestion de l’environnement!

  2. Le ressort psychologique utilisé pour convaincre les citoyens d’adopter des lois en faveur des animaux est avant tout la compassion. Un raisonnement simpliste sans passer par des compromis parfois bien utiles par lequel on force les gens à oublier le fondamental de l’abattage par simple raisonnement compassionniste inutile….
    La seule chose que je prône c’est leur éviter des souffrances inutiles…..
    D’autres mesures, pour éviter la consanguinité, sont à prendre en considération pour la perpétuité de la race.

  3. lol …. merci pour ce moment de franche rigolade, faut pas avoir honte pour oser sortir de telles conneries !!!
    Le chasseur remplace la nature …. l’argument à deux balles ( sans jeux de mot ) classique …. vous pétez plus haut que votre cul tout simplement !

    Ah hormis tous ces animaux assassinés pour votre petit plaisir de demeuré, vous avez oubliez le nombre d’humain assassiné !!!

  4. Cher ignorant voici ce qui se tue chaque année à la chasse :

    Pour la saison 2010-2011 il s’est prélevé :

    Cerf  : 51.849 (NDR : Ce chiffre doit comprendre les biches, et les jeunes).

    Chevreuil  : 522.188

    Sanglier : 551.035

    Chamois  : 11.548

    Isard : 2909

    Mouflon  : 3397

    Daim  : 1000

    Cerf sika : 167

    Dans les faits il s’est tué plus d’un million de sangliers, voire plus !

    Si chaque année tous ces animaux n’étaient pas prélevé à la chasse, sachez cher ignorant que
    plus aucune culture ne pourrait pousser, ce serait la famine, faute de blé, d’avoine, de tournesol, de légumes, etc…

    Plus aucun arbre en forêt ne pourrait pousser puisqu’ils seraient tous bouffés

    Tous ces animaux descendraient dans les villes chercher à manger !

    Vous et vos petits copains qui ont su si intelligemment interdire de porter des carcasses de
    vaches mortes aux vautours dans les Pyrénées. A cause de vous, les veaux se font manger vivant dés leur naissance par les vautours qui crèvent de faim.

    On a même vu des vautours planés dangereusement au dessus d’une école maternelle dans les
    Pyrénées tout cela à cause d’abrutis qui ont interdit de porter des carcasses d’animaux morts aux vautours !

  5. Bonjour,

    Je suis trés intéressé par vos articles. Je suis plus particulièrement attiré par la chasse du petit gibier migrateur (bécasse), mais ma qualité de président d’ACCA et l’obligation pour les
    chasseurs de réguler les populations de sangliers m’amène fréquement à pratiquer la battue. J’utilise un fusil semi-automatique de calibre 12 FABARM ELLEGI canon lisse choke extérieur. Je me suis
    orienté vers le tir de balles FIER et j’ai tenté de faire apparaître sur le catalogue Europe Chasse la FIER Alu. Manifestement ce n’est pas chose facile. Dommage car le risque de
    ricochets semble fortement diminué et la pratique de battues en zone périurbaine comme la notre serait d’autant plus sécuritaire.

    Puis-je avoir votre avis sur la combinaison FABARM Ellegi et FIER ? Comment pourrai-je améliorer la visée sur ce semi-automatique que je veux spécialiser pour le tir de battue au grand
    gibier ? Que pensez-vous du système infaillible ?

    Je vous remercie de l’intérêt que vous porterez à ce courriel.

    Sincères salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.