Santé : Chasseurs, prenez garde à la tularémie !

Crédit photo : ADPAG.

TULAREMIE

Info de notre correspondant local à Orléans : Christian P.

Source : Agence Régionale de Santé Rhône-Alpes : Qu’est-ce que la tularémie ? La tularémie est une zoonose (maladie transmissible de l’animal à l’homme) due à une bactérie dénommée Francisella tularensis. Cette bactérie survit des semaines dans le milieu extérieur et est résistante à la congélation. La maladie n’étant pas contagieuse, elle ne peut se transmettre entre les personnes.

Quels sont les signes cliniques ? Après une durée d’incubation courte (3 à 5 jours), la maladie débute brutalement par une fièvre ondulante, des frissons, une asthénie, des douleurs musculaires et articulaires, des maux de gorge, des céphalées et parfois des nausées et des vomissements.

Comment peut-on être contaminé ? Par contact cutané ou muqueux direct avec un animal atteint de tularémie (ou son cadavre). La transmission du germe est favorisée par la présence de plaies cutanées mais possible même en leur absence. Par morsure de tique ou plus rarement d’insectes (moustique, taon). La contamination est également possible par ingestion d’aliments ou d’eau ou par inhalation de poussières (fourrages, litières) contaminés par des animaux malades. Les travailleurs agricoles, gardes forestiers, chasseurs, bouchers, fermiers, vétérinaires…et les randonneurs constituent la population la plus à risque.

Quel traitement ? Le traitement repose sur la prise d’antibiotiques. Il n’existe pas de vaccins.En l’absence de traitement, la maladie est mortelle dans 6 % des cas alors que la mortalité sous traitement est quasiment nulle. L’infection confère une immunité protectrice contre la bactérie.
Comment prévenir la maladie ? Source OUEST FRANCE : Aux chasseurs, particulièrement exposés, il est conseillé de porter des vêtements à manches et jambes longues pour les activités en forêt, de rechercher les tiques sur la peau, *d’éviter de chasser des animaux faibles ou malades en vue de leur consommation, de porter systématiquement des gants étanches pour le dépeçage et l’éviscération du gibier, de bien nettoyer les couteaux et de se laver soigneusement les mains et les avant-bras.
Certaines régions sont plus à risque que d’autres : Source OUEST FRANCE : Alors que 45 à 50 cas de tularémie sont, en moyenne, déclarés chaque année en France depuis le début des années 2000, 71 ont déjà été répertoriés pour cette année à la date du 4 septembre, selon l’Institut de veille sanitaire (InVS). Les régions les plus touchées sont le grand Ouest (18 cas dans les Pays de la Loire, 9 en Bretagne, centre et Poitou-Charentes), la région Picardie (20 cas) et la Champagne-Ardenne (9 cas).
Commentaire : « *éviter de chasser des animaux faibles ». On ne peut pas en vouloir au journaliste qui a rédigé cet article, qui n’est surement pas chasseur. Dans les faits il faut bien le chasser, donc le tuer obligatoirement, mais le laisser sur place et ne pas le toucher.
Print Friendly

Sur le même thème :

2 réflexions au sujet de « Santé : Chasseurs, prenez garde à la tularémie ! »

  1. Il est dit : « il n’existe pas de vaccin », et plus loin : « l’infection confère une immunité protectrice ». Le principe de la vaccination consiste à infecter faiblement le futur malade pour justement être protégé lors d’une réelle infection, comment se fait-il qu’il n’y ai pas de vaccin alors que cette maladie est une candidate parfaite?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *