Livres : « Le survivant », « Fallouja ».

survivant

Grâce au blog “secret défense” j’ai fait découvert une jeune maison d’édition qui publie des livres-documents de récits militaires authentiques. Il s’agit des éditions NIMROD. Un document absolument incroyable, une  aventure digne d’ANDY MAC NAB, le SAS de BRAVO TWO ZERO:

« En juin 2005, quatre hommes des Navy Seals sont infiltrés au cœur de la province afghane de Kounar, à proximité de la frontière pakistanaise, avec pour mission de capturer ou de neutraliser Muhammad Ismail, un chef taliban retranché avec son escorte dans des montagnes particulièrement inhospitalières.
Mais quelques heures seulement après leur infiltration, les quatre hommes tombent dans une embuscade conduite par plus d’une centaine de talibans. Malgré l’appui de renforts héliportés et une lutte acharnée à 3 000 mètres d’altitude, les combats prennent une tournure dramatique. À la nuit tombée, dix-neuf Américains gisent sur le terrain. Morts.
Pour le Navy Seal Marcus Luttrell, blessé durant les combats et unique rescapé de cette embuscade, il s’agit désormais de survivre, en ne comptant que sur lui-même, sans imaginer l’extraordinaire revirement que lui réserve le destin. « De la pire journée de l’armée américaine en Afghanistan émerge une histoire de morale – les bons choix, les mauvais choix – et de sacrifice. »

The Washington Post

Je l’ai lu ce livre, il est d’une rare intensité, si vous aimez les récits de guerre. A l’heure où les MARINES Américains réclamés à corps et à cris des Tomahawks Indiens, obligeant leur État-Major à commandés en « crash program«  plusieurs milliers de ces haches conçues pour le corps à corps, nous développions nous-autres Français le système Félin (!) à 11 millions d’euros la section équipée. CHERCHEZ L’ERREUR…!!

Un tomahawk fait officiellement partie de l’équipement des forces US National Stock Number (4210-01-518-7244).

Voici le combat de rue, plutôt maison par maison, porte après porte, tel qu’il s’est -malheureusement- pratiqué durant cette bataille de rue.

Après avoir vu et entendu ce récit, vous comprendrez que le FELIN c’est de la roupie de sansonnet !

Voici le combat de rue tel qu’il est vu par le Trés-Haut-État-Major Français, les successeurs de ceux qui envoyaient des types baïonnettes au canon et pantalons rouges face aux mitrailleuses Allemandes :

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de mise en forme, veuillez m’en informer en faisant un clic droit sur le texte pour le mettre en surbrillance puis cliquez sur Ctrl + Entrée . C’est tout !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.