Livre : « Si on ne chassait plus ». Jean BERTON.

Mai 2018 : Voici ce qui se produit non pas quand on ne chasse plus mais seulement quand on chasse un peu moins !!!

« Avec les tiques, les Suisses trinquent. La saison des tiques débute à peine que ces arthropodes sont déjà partout ».

Extrait : « ……….Par ailleurs, les ongulés – comme les chevreuils – sont les hôtes nourriciers des tiques. «Les femelles adultes se gorgent de leur sang avant de pondre leurs œufs sur le sol», explique Magalie René-Martellet. Or la population des ongulés a doublé en France depuis les années 1970: «Ils sont moins chassés et leurs prédateurs sont moins nombreux ».

livre si on ne chassait plus jean berton

C’est un livre de 140 pages publié en 2000, dont personne n’a parlé et pour cause, il remet en cause bien des théories des anti-chasses.

Le livre commence par un tir de précision : « Depuis une vingtaine d’années (on est en 2000), les associations « de protection de la nature » ou de « protection animale » (NDR : Qui vivent grassement sur nos impôts) ont fleuri comme le muguet au mois de mai. Et beaucoup d’entre elles ont très vite pris une connotation anti-chasse, quand elles n’étaient pas créées avec pour objectif premier de s’opposer à la chasse, en demandant son interdiction ou en exigeant des mesures qui la feraient à coup sûr disparaitre ». « …ils jurent n’être pas contre la chasse mais exigent des restrictions telles que, si elles étaient imposées, plus un seul chasseur n’aurait envie de s’adonner à ce loisir qui est aujourd’hui le sien. »

« Une carte de visite anti-chasse, c’est bien pratique : elle permet de recruter assez facilement des adhérents qui alimentent une trésorerie et d’obtenir des subventions élevées de collectivités locales ».

L’absence de prédateur, naturel et/ou humain, bouleverse l’écosystème, on vient de s’en apercevoir avec le cas emblématique du parc de Yellowstone : Voir mon article : « Écologie : Vidéo : Comment les loups ont régénéré la végétation du parc de Yellowstone » : « Les loups ont été réintroduits dans le parc de Yellowstone en 1995. Depuis 70 ans qu’il n’y avait plus de loups dans ce parc, LE NOMBRE DE CERVIDÉS N’A FAIT QU’AUGMENTER ! CAR ILS N’AVAIENT PAS DE PRÉDATEURS ET COMME ILS N’AVAIENT PAS DE PRÉDATEURS, ILS AVAIENT RÉDUIT LA VÉGÉTATION A NÉANT ! ILS L’AVAIENT TOUT SIMPLEMENT BROUTÉE, MANGÉE, DILAPIDÉE !

L’introduction du loup (NDR : donc d’un prédateur) bouleversa profondément tout l’écosystème, car il changea radicalement et instantanément le comportement des cervidés ! Vous allez voir comment la réintroduction d’un prédateur dans ce parc national de 8 983 km², deux fois le département de la Haute-Savoie a permis :

  1. La régénération de tous les bois et de toute la végétation.
  2. Dans certaines zones la hauteur des arbres a quintuplé en 6 ans !!!
  3. Les pentes dénudées des vallées sont rapidement devenues des forêts de peupliers et de saules.
  4. Dés ce moment le nombre d’oiseaux n’a cessé d’augmenter.
  5. Le nombre d’oiseaux chanteurs et migrateurs a lui aussi considérablement augmenté.
  6. Les castors se firent plus nombreux et ils aiment manger les arbres. Les castors, comme les loups sont des ingénieurs de l’écosystème, ils créent des niches pour d’autres espèces et les barrages qu’ils construisent dans les rivières fournissent des habitats pour les loutres, les ragondins, les canards, les poissons, les reptiles, les amphibiens.
  7. Les loups ont tué des coyotes ce qui a entrainé l’augmentation du nombre de lapins, de souris et du coup l’apparition de plus de faucons, de belettes, de renards et de blaireaux.
  8. Les corbeaux se sont nourris des charognes laissés par les loups.
  9. La population des ours a commencé à augmenter en raison de l’augmentation des baies sur les nouveaux arbustes. Les ours ont accentué la pression des loups en tuant quelques faons. Même le tracé des rivières s’est modifié !

Il faut bien avoir à l’esprit que sans la pratique régulière de la chasse, il n’y aurait plus de forêts, plus aucune culture ne serait possible.

Continuons de parcourir le livre…

Page 14 : « …….Je me souviens d’avoir vu un anti-chasse virulent sortir d’une coopérative agricole avec un sac de blé empoisonné, destiné à des souris ou des rats. Ce même intégriste partisan de l’équilibre naturel trouvait normal d’empoisonner d’autres animaux, parce qu’ils le gênaient……. ! »

Page 15 : « Cette brave dame qui fustige la chasse à courre au cerf mais qui laisse son chat jouer devant elle pendant une heure ou davantage avec la souris qu’il vient de prendre ».

Page 16 : « Les câbles de remontées mécaniques au ski tuent des dizaines de milliers d’oiseaux chaque années. Pourquoi ne pas supprimer le ski puisqu’il n’est pas une activité indispensable à la survie de l’humanité ».

Les chasseurs font souffrir les animaux ? Un chasseur qui se respecte doit abréger le plus vite possible les souffrances d’un animal !

Mais qu’en est-il des animaux qui font souffrir leurs congénères ? Page 24 : « Les corneilles que certains écologistes veulent faire protéger s’attaquent souvent aux yeux de leurs victimes pour les mettre hors d’état de fuir et les dévorer facilement. Les éleveurs dont le bétail met bas en plein air trouvent couramment des veaux ou des agneaux nouveau-nés qui ont eu les yeux mangés et qui vivent encore. Allez dire à c es hommes de la terre que la chasse est cruelle et que les carnassiers doivent être protégés ».

Les écolos ont su très intelligemment interdire de porter des carcasses de vaches mortes aux vautours dans les Pyrénées. Maintenant les veaux se font manger vivant dés leur naissance par les vautours qui crèvent de faim. On a même vu des vautours planés dangereusement au dessus d’une école maternelle dans les Pyrénées tout cela à cause d’abrutis qui ont interdit de faire porter des carcasses d’animaux morts aux vautours !

« Pyrénées. Quand les vautours se transforment en fauves ».

vautour pyrénées

13 ans après la publication de ce livre voici les conséquences « imprévues ? » de ces crétins d’anti-chasse de salon : « Campagne Anglaise : Il faut tuer 1.200.000 cervidés ! » Oui ! Vous avez bien lu il faut tuer 1.200.000 cervidés en Angleterre, c’est-à-dire 60% minimum de la population (estimée à 2.000.000), avant  je cite : « …qu’ils ne détruisent la campagne telle qu’on la connaît. Et eux-mêmes vont finir par manquer de nourriture. » Et encore… 60% c’est : « ……simplement pour conserver leur population à un niveau stable ».

C’est un article du MONDE.FR

cervidés menace campagne anglaise

Continuons de parcourir le livre…

Vous allez rire : « Les prélèvement de chevreuils pour la saison 1997/1998 furent de 367.200 animaux ». Le chiffre pour 2014/2015 est de 551.055… !!!!!!!!!!!

« Les prélèvements de sangliers pour la saison 1997/1998 furent de 323.000 animaux ». Le chiffre pour 2014/2015 est de 585.587… !!!!!!!!!!!

Si un crétin vous dit qu’il faut installer des clôtures, demandez lui s’il veut les financer à moins de tomber sur un futur ex-président de la République qui vous répondra « : « C’est pas cher c’estles cons- l’État qui paye ! ».

Voir page 154 et suivantes les dégâts causés par le « Croque-mort des rivières », nommé le Cormoran qui pèche chaque jour de 500 à 700 grammes de poison. « ……….il blesse également un grand nombre de carpes, brochets, truites, etc.. qui crèvent généralement ou sont impropres à la consommation ». « ……concernant ces lieux où les cormorans vont passer la nuit, il y a par exemple un dortoir prés de Lyon où ils déversent des tonnes d’une fiente particulièrement répugnante, juste au dessus d’une zone de captage des eaux de la ville de Lyon ».

La Suisse, le canton de Genève et la désinformation des écolos !

« On ne chasse plus en Suisse et tout s’y passe très bien… » Voilà ce que certains écolos racontent ! Sauf que cela ne concerne que le minuscule canton de Genève, que la chasse n’a absolument pas disparu et que cette décision s’est révélée catastrophique et très coûteuse puisqu’il a fallu créer un corps de professionnels de la mort chargés d’abattre les bêtes ! Hé oui la régulation naturelle n’existe que dans le cerveau des crétins !

Ces fonctionnaires de la mort « chassent la nuit avec un matériel employé par les plus redoutables braconniers : véhicules, armes à longue portée équipées de lunettes de vision nocturne et de phares portatifs »,et très vraisemblablement équipé de modérateur de son. On est très loin de la déontologie de la chasse…

Ceci n’est qu’un petit extrait des sujets abordés dans ce livre et dont le sommaire est ici.

livre si on ne chassait plus

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de mise en forme, veuillez m’en informer en faisant un clic droit sur le texte pour le mettre en surbrillance puis cliquez sur Ctrl + Entrée . C’est tout !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.