« La vie secrète de Sir Dansey, maitre -espion » par Bob Maloubier.

dansey 220 Avril 2015 : Ce sera le dernier témoignage de Bob Maloubier. Honneur aux braves.

nageur

Quel livre ! Mais quel livre ! Écrit avec toute la truculence et la verve de Bob Maloubier. Concernant ce dernier voir l’article que je lui ai consacré en 2013 : « La vie du mythique Bob Maloubier, le créateur des nageurs de combat !« 

Ce livre n’est pas tant la vie de Sir Dansey dont personne n’avait jamais entendu parler, c’est aussi et surtout condensé en plus de 300 pages le côté obscur de « La Firme » : L’Intelligence Service. Notez que les Français pratiquent « l’espionnage » et les anglais « l’Intelligence ». Pas besoin de faire un commentaire ! Otto SKORZENY, un des créateurs des unités commandos Allemandes, grand manitou des opérations spéciales et autres coups tordus disait des Anglais : « ….nos maitres à tous ».

Je l’ai lu en deux fois et en deux jours, difficile de le lâcher. Les Anglais sont à la manipulation mentale ce que le judo est aux arts martiaux : l’art de se servir de la force de l’adversaire pour la retourner contre lui. Churchill parlait de « manteau couleur de muraille drapé sur du vent ». J’ai beaucoup lu de livres sur la seconde guerre mondiale et les services secrets, rarement un livre m’a autant fasciné. Dans le commentaire du livre : « L’évolution de la doctrine d’utilisation des Forces spéciales françaises »  j’ai écrit : « Je retiendrai le passage sur Churchill qui n’a pas toujours été le lourdaud placide fumant des barreaux de chaise. Ce fut aussi et quand il était plus jeune, un fou furieux à qui aucune mission dangereuse ne faisait peur. Étrangement le livre de Bob Maloubier commence lui aussi par les exploits de « la panthère » Churchill : extrait : « ….Churchill, un jeune fou que l’odeur de la poudre émoustille : s’il la flaire, il fonce, s’en enivre, s’expose et le chante à ses lecteurs Londoniens. Oui car le bonhomme a une carte de presse et….. un Mauser à dix coups* aux mépris des conventions internationales ». « *Médecine préventive » aurait sans doute répliqué l’intéressé. « …..J’ai été champion de tir ! Au Soudan, je me suis sorti d’une embuscade en abattant cinq derviches et au galop, encore ! ». « ….Capturé par les Boers, il s’évade et fait 600km à pied, sans carte ni boussole ». 

La vérité commande de dire que la seconde guerre mondiale a été gagnée à Londres, par les Anglais et pour ainsi dire qu’avec un petit groupe d’hommes et de femmes. Bien sûr qu’il y a eu des réseaux en France et partout en Europe, mais ce livre permet de prendre conscience du rôle omniprésent et omnipotent du MI6 qui coordonnait depuis Londres des milliers d’agents, des milliers d’actions partout en Europe. On prend conscience de l’aspect tentaculaire du MI6. Aucun réseau de résistance en France ou en Europe n’aurait pu survivre quelques mois sans l’apport du MI6. Mais le cloisonnement fut tel que même encore aujourd’hui on a du mal à appréhender cette toile d’araignée géante que tissèrent les Anglais. C’est fascinant !

A ce sujet puisque le film sur la machine ENIGMA vient de sortir au cinéma, rendons à César ce qui est à César et aux Polonais ce qui appartient aux Polonais, sans ces derniers, JAMAIS, JAMAIS, la machine ENIGMA n’aurait pu :

1° Se retrouver dans les mains des Alliés.

2° Elle n’aurait jamais pu être décodée, « cassée » par Alan Turing si 70% du boulot n’avait pas été déjà fait par les mathématiciens Polonais !

Il fallait tout le talent de conteur de Bob Maloubier, lui même ex-agent du SOE-MI6. Il a littéralement « marché dans la tête » des acteurs de l’époque pour écrire ce livre. Major DANSEY dit « la chaussette », vous saurez pourquoi en lisant le livre. Bien des dizaines d’années après, une femme qui fut la principale garde du corps de Julio Iglesisas, utilisait la même technique, mais pas aux mêmes fins… ! Le major Dansey réinvente la guerre contre-révolutionnaire en affrontant les Boers. Sa conception de la guerre va à l’opposé des théories dispensées dans les « écoles de guerre ». On exige de ces recrues à la Vandenberghe, « non pas l’obéissance aveugle qui porte les hussards de sa Majesté à charger poitrine offerte afin de mieux s’embrocher sur des lances ou être fauchés à bout portant par des boulets, on exige d’eux un sens aigu de l’initiative, des coups bas et de la survie ».

Soit dit en passant l’auteur du livre nous livre par le menu une excellente analyse des mœurs de la société Anglaise, totalement schizophrénique, du moment que tout ceci est fait entre Gentlemen et pour assurer la descendance de l’espèce… pardon je voulais dire du titre de noblesse !

Après un bref intermède aux USA, Sir Dansey reprend du service pour la guerre de 14/18. S’en suit un long exposé sur notre glorieux maréchal d’empire : Foch, promu-muté pour mieux s’en débarrasser suite à la désastreuse façon dont il mena les troupes à la mort. Ce crétin de FOCH « qui méprisait le renseignement autant que le téléphone » disait des avions « qu’ils étaient des jouets intéressants » déclara au 2éme Bureau venu l’avertir que les Allemands passeraient par la Belgique pour attaquer : « Grotesque ! Les Prussiens sont d’incorrigibles conformistes. Ils ont toujours attaqué par l’est. Ils récidiveront ! ». On était en 1914. En 1939, Saint Exupéry descend de son avion de reconnaissance, appelle le Haut état major : « J’ai vu des chars se glisser dans la forêt des Ardennes ». « Un traineur de sabre lui répond » « : « Vous avez pris des chars à bœufs pour des chars tout court capitaine ! Vous n’êtes pas un expert en la matière, ça se voit ! ». Saint EX rétorque : « Mon observateur, un officier d’artillerie l’a confirmé ». « Eh bien il a eu des visions, comme vous, car les Ardennes sont in-fran-chis-sables ! Mettez vous ça bien dans la tête ! ». L’HISTOIRE hoquette : Guerre d’Indochine, Guerre d’Algérie, Guerre du Golfe, d’Afghanistan, Afrique, etc., etc… Voir l’article sur le livre : « Le complexe de l’autruche ».

Page 118 : En voyant Chamberlain qui pleurniche : « Mais l’ennemi avéré du pays, c’est le communisme ! Incitons les conservateurs allemands modérés à renverser le Führer et à s’allier avec nous contre Staline » on a l’impression d’entendre les sous-préfets de province qui nous gouvernent : « Mais l’ennemi avéré du pays, c’est l’islamisme ! Incitons les musulmans modérés à renverser les Djihadistes et à s’allier avec nous contre l’Islam radical ». PAUVRES CRÉTINS QUE VOUS ÊTES ! L’ENNEMI C’EST LA PAUVRETÉ ET LA CORRUPTION !

Page 121 et suivantes : Prodigieux chapitre où sans doute pour la première fois est évoqué l’existence d’une Firme dans la Firme, un MI6 bis, parallèle, indépendant, inconnu du pouvoir politique. A ma connaissance, jamais personne n’avait évoqué ce sujet. Pourquoi un MI6 bis ? Pour contourner tous les réseaux des ambassades infiltrés jusqu’à la moelle.

Pages 125 et suivantes : Les aventures d’Édouard de Saxe Cobourg & Gotha, anglicisé en « Duc de Windsor » (pour ne pas froisser le bon-peuple Anglais qui les surnommait : « Les Boches ») et de sa femme Wallis Simpson, maitresse de Von Ribbentrop, qui effectuèrent leur voyage de noce chez Hitler « que le roi déchu salua le bras tendu ». Le Photoshop de l’époque s’empressa d’amputer le bras tendu pour le coller prés du corps avant publication dans la presse British.

Page 170 : Des collabos qui n’ont pas fait grand bruit : COCO CHANEL « émarge aux services secrets Allemands sous le nom de code « Westminster » et sous le numéro F 7124. F signifiant : « agent actif ». Les clientes des fameux tailleurs savaient elles que « leur argent servait à financer la retraite au bord du lac de Come et surtout acheter le silence d’un ex criminel de guerre le Brigadefurher SS Walter Schellenberg, successeur d’Heydrich et jugé à Nuremberg ».

dansey

Page 203 et suivantes : Où comment Churchill a su préserver le secret d’ENIGMA tout en alimentant Staline en vrais renseignements sur le plan de bataille Allemand mais via de vrais-faux espions ! Fascinant ! Quel génie ce Churchill !

 S’il y encore des crétins d’Historiens pour ne pas vouloir comprendre par qui et pourquoi Jean Moulin a-t-il été trahi, qu’ils lisent les pages 230 et suivantes : « Le 2éme Bureau s’est replié en zone libre et poursuit une lutte sournoise contre l’ABWEHR, le SD….. et les gaullistes ». Le colonel Rivet, chef du SR de Vichy affiche la couleur, il signe le 22 juillet 1941 une note de service comportant un mot d’ordre sans équivoque : « Élimination totale des agents dont les relations avec le SR gaullistes seraient établies ».

Page 231 à 234 : Le comportement de ce crétin de général Giraud et ce jugement lapidaire de Churchill : « Les Français se haïssent les uns les autres pire qu’ils ne détestent les Allemands. Ce qui les intéresse, c’est le pouvoir, bien plus que libérer la France ». Et Eisenhower d’ajouter : « Ce n’est pas de mener à bien ce débarquement qui m’épuise, ce sont les intrigues minables de ces vermisseaux nombrilistes, vaniteux, qui se prétendent des hommes. Ils n’ont qu’un seul souci en tète : leur ego ». il qualifie ces mandarins d’Alger, d’YBSOP pour : « Yellow bellied sons of a bitch ». Traduction : « Fils de pute qui n’ont rien dans le ventre ». De Gaulle ne fait pas partie de cette diatribe, précisons le ! Churchill soutient De Gaulle mais ménage Roosevelt qui soutient Giraud.

Page 240 et suivantes : le rôle essentiel, ignoré, voire passé sous silence parce que politiquement incorrect de l’amiral Canaris dans la défaite de l’Allemagne nazi. A l’heure d’internet, des clefs USB, des scanners, des appareils photos qui tiennent dans une montre, mais comment faisait ces types hors normes sans sortir de leur ile, de leur bureau, pour piloter toutes ces milliers de sources humaines, du paysan de base aux plus hauts dignitaires nazis. La radio, oui ! Mais la radio ne vous permet pas de qualifier la source qui est derrière la dite radio !

Je suis sorti de ce livre lessivé par tant de prouesses humaines, tant de sacrifices. Tant de cynisme aussi pour envoyer sciemment à la mort des agents innocents juste pour tromper l’ennemi, le conforter dans ses -mauvais- choix. Si le 8éme art devait exister il faudrait en décerner la paternité à Sir Dansey & Winston Churchill. Ce 8éme art s’appellerait : « L’INTELLIGENCE ». Prononciation à la mode buveur-d’eau-chaude OF COURSE !

Je tape la dernière ligne de ce texte et j’apprends que Bob Maloubier est parti, comme le dit si bien le blog SECRET DEFENSE : « Il a donné son dernier coup de palme ». BOB MALOUBIER plonge dans le grand bleu.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de mise en forme, veuillez m’en informer en faisant un clic droit sur le texte pour le mettre en surbrillance puis cliquez sur Ctrl + Entrée . C’est tout !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.