Législation névrotique et incompétence : Vers une interdiction de la bretelle ?

L’homme a ceci de profondément différent avec l’animal c’est que sa BÊTISE est scientifiquement insondable et progresse inexorablement…!!!Je viens de lire dans le  « JOURNAL DE LA SAÔNE ET LOIRE » et sous le titre fumeux de « la sécurité avant tout » : Déjà le titre donne la mesure : « La chasse est une discipline où le risque zéro n’existe pas. Les accidents ne sont pas dus à la fatalité. L’imprudence est souvent tragique. » Il n’y a que la chasse qui ait droit à ce genre de titre ! Rappelons pour mémoire que 1.850.000 snowboarders provoquent 35.700 accidents ! Nous autres 1.300.000 chasseurs faisons pâle figure avec à peine plus d’une centaine d’accidents par saison.« …..L’accident de Marcilly a donné lieu à de nouvelles réflexions de la part de la Fédération sur le thème de la sécurité. C’est ainsi qu’il a d’ores et déjà été annoncé au préfet que des propositions relatives à l’interdiction de la bretelle de fusil en action de chasse seraient examinées pour être ajoutées au prochain schéma qui doit entrer en vigueur en 2012. »

Nous y sommes !!! Après les préfets qui vont pouvoir créer des zones « réserves de VTT » ou « réserves de randonneurs » et comme je l’écrivais dans le précédent article sur la proposition émise par un député d’obliger les randonneurs à porter un gilet fluo jaune, maintenant c’est tout une armée de lampistes incompétents en matière de tir qui vont légiférer chacun dans son coin ! Voilà maintenant qu’ils voudraient nous interdire de porter une bretelle sur une arme ! NON MAIS OU VA T’ONT S’ARRÊTER EN MATIÈRE DE STUPIDITÉ ????? Messieurs, au lieu  de proposer des mesures aussi ineptes, commencez par lire mon article vieux de plus de 2 ans :  « florilège des inepties » et devrais-je ajouter : inepties… à la Française !

Je suis allé consulté le « CCSMAF » « Cours Canadien pour la Sécurité des armes à feu ». Deux extraits en photos :

Je prépare un article conséquent sur la formation des chasseurs Canadiens aux armes à feu : CCSMAF : « COURS CANADIEN DE SÉCURITÉ DANS LE MANIEMENT DES ARMES A FEU ». « Durée du cours : 8 à 10 heures (y compris les 2 tests). Coût : 75 $ comprenant un manuel (268 pages), un test pratique et l’examen théorique (coût 2017 : 76 $). Ce cours permet d’acquérir les connaissances nécessaires au maniement sécuritaire des armes à feu. Il s’adresse à toute personne de 12 ans et plus (à la date du cours). La réussite du cours complet (présence en salle ET les 2 examens) combiné au cours ICAF est nécessaire pour obtenir un Certificat du chasseur (catégorie arme à feu). Le Certificat du chasseur ou le Certificat de réussite obtenu à la suite de ce cours est nécessaire pour compléter une demande de permis de possession et acquisition d’arme à feu sans restriction (PPA) (essentiellement des armes longues pour la chasse). Prenez note qu’une pièce d’identité avec photo sera exigée lors du cours. Il est obligatoire de suivre la formation CCSMAF pour obtenir un permis de possession et acquisition d’arme à feu (PPA). Depuis le 18 juin 2015, le chalenge de l’examen n’est plus accepté ».

Ma première impression à la lecture des cours (le responsable de la chasse au Québec a bien voulu m’envoyer l’ensemble des cours y compris tous les power-point) c’est que le citoyen est considéré comme un adulte RESPONSABLE, ce qui nous change bien de la mentalité Française ! Vous voulez un exemple ? La bretelle ! Suite à des accidents divers et variés, tenant essentiellement au fait que lorsque l’arme est portée à la bretelle (chargée), la plupart des fusils notamment ne possédant pas de cran de sureté, lorsque l’arme glisse, le chasseur mais néanmoins tireur-néophyte (inculture des armes) la rattrape par n’importe où et souvent par les détentes.

Voici un commentaire reçu que je me ferai un plaisir de faire découvrir à mes amis Québécois quand je rédigerai mon article : « Bonsoir, J’ai passé mon permis de chasser fin juillet. Les formateurs de la FDC ainsi que les examinateurs de l’ONCFS demandent à ce que l’arme, en action de chasse, soit portée plaquée contre soi, canon en l’air ». Je prendrai quand même soin de préciser que je dégage par avance toute responsabilité en cas d’infarctus chez nos amis Québécois à la lecture de ce qui précède…!

Les Canadiens ont un comportement plus adulte, ils éduquent, ils expliquent ce qu’il faut faire et ne pas faire. Dans quelle circonstance la bretelle peut-elle être « dangereuse« , dans quel autre elle est nécessaire. Au final, le chasseur canadien conserve sa bretelle mais sait comment l’utiliser.

Photo de l’auteur du site.

Voici trois copies d’écran du « COURS CANADIEN DE SÉCURITÉ DANS LE MANIEMENT DES ARMES A FEU ».:

Mais revenons-en à cet accident et à leurs circonstances : « Un groupe de chasseurs vient de terminer une partie de chasse au petit gibier. Ils discutent, quand soudain un chasseur, qui avait gardé son arme chargée à l’épaule, fais tomber son fusil qui tombe à terre. Le coup part et atteint un collègue au visage et aux membres supérieurs. »

Que faisait le gars avec une arme chargée alors que la chasse était terminée ? C’est une faute inexcusable !

En quoi la bretelle est-elle responsable de la mort de l’autre chasseur ? J’ai beau chercher je ne vois pas !

« S’il n’avait pas eu de bretelle il l’aurait tenu à la main ». Réflexion typique des INCOMPÉTENTS en matière de maniement d’une arme ! Si l’arme ne peut plus être portée à l’épaule elle le sera à bout de bras, canon dirigé vers les jambes et les bijoux de familles des collègues et vous pensez que là on sera plus en sécurité… ???

Quand on voit le nombre d’accidents provoqués par des types qui attrapent l’arme par les détentes, effectivement là on sera beaucoup plus en sécurité !

Le coup est parti « tout seul », au choc parce que tous ces fusils sont obsolètes sur le plan technique et que je dis depuis 3 ans et demi sur ce blog que l’on devrait édicter une norme de sécurité avec une double détente de type GLOCK. Voir mon article : « Le fusil idéal, la carabine idéale ».
Voici ce que l’on peut lire sous la plume de l’ONCFS : Campagne de chasse 2007-2008 : « Dans 30 % des cas, le chasseur se blesse seul lors des manipulations de l’arme ». CAMPAGNE DE CHASSE 2008-2009 : Communiqué de presse de l’ONCFS. Paris, le 26 août 2009 : « ……la mauvaise manipulation de l’arme est souvent mise en cause (50%) ». Mauvaise manipulation ou ABSENCE DE CONNAISSANCE ET DE FORMATION ? Voir mon article : « Leçons d’accidents de chasse ».

Mais la suite de l’accident est encore plus instructive : « ……..Les sapeurs-pompiers et le Samu découvrent un homme conscient dont l’état de santé se dégrade rapidement. Ils appellent l’hélicoptère, mais avant que celui-ci n’arrive, M T décédera de ses blessures. »Le 23 Octobre 2010, je rédigeais un article intitulé : « Accidents de chasse pour la période 2009-2010 » et dans lequel j’écrivais : « Ayant été touché de très prés par un grave accident de chasse survenu il y a 1 mois dans le COMMINGES, deux blessés dont un très grave, je serais curieux de savoir quels enseignements ont pu être tirés, ………. que sur les conditions dans lesquelles se sont déroulées les secours qui pourraient être largement améliorés s’il existait une procédure particulière pour les accidents de chasse. Encore faut-il avoir vécu les événements de l’intérieur et pas au travers de rapports aseptisés ! Quelque soit la responsabilité des uns ou des autres dans cette affaire, il y a nombre d’enseignements à tirer et vite…! »Dans « L’accident de Marcilly » on peut noter que les pompiers découvrent une personne grièvement blessée mais vivante ! Or et c’est là que c’est trés grave, très grave parce qu’il n’existe pas de procédures spécifiques aux accidents de chasse (il vaut mieux légiférer sur des bretelles c’est plus urgent !). Or un accident de chasse c’est comme un blessé de guerre, il faut que dans les 60 minutes il soit dans un hôpital sinon c’est la mort !

Si dans l’accident de Marcilly on avait tout de suite appelé l’hélico, le gars avait toutes les chances de s’en sortir. Dans l’accident survenu dans le Comminges, là aussi on voit des pompiers qui mettent beaucoup de temps à arriver, qui plus est atteindre l’endroit où se trouve la victime en pleine forêt pour finalement se rendre compte qu’il faut l’amener sur un stade de foot à 10 kilomètres de là pour être héliporté.

Voici le commentaire posté dans l’article : « Leçons d’accidents de chasse » par un internaute choqué lui aussi par la lenteur des procédures :

Commentaire : « Bonjour, pour revenir sur les conditions dans lesquelles se sont déroulés les secours je pense qu’il y a effectivement un problème quant à l’accident survenu samedi 23 en Chautagne 73 Savoie . Loin de moi l’idée de polémiquer,mais l’accident grave (une balle dans la tête) survenu à 16 H n’a vu son épilogue qu’a 20 H . Alors oui, sûrement il faut mettre en place une procédure particulière pour traiter au plus vite les accidents de ce type. Cordialement » . Posté par HERVE VANDEVOORDE le 25/10/2010 à 11h50

Ma réponse : Bonjour, Moi je parlais de celui survenu dans le Comminges et dont je réserve certains « détails »* à des personnes habilitées à les entendre…. Et s’il pouvait ne pas seulement les « entendre » mais en tirer des leçons ce serait très bien ! Par « détails » j’entends des absurdités administratives et une réglementation comme je l’ai écrit dans l’article, qui doit très vite évoluer. Rappel des faits : 1 blessé à la main par éclat et un blessé très grave, la hanche exposée, toujours en réanimation. Heureusement que l’autre blessé a pensé à garroter la plaie de celui qui était touché à la hanche, parce qu’il serait mort avant l’arrivée des secours. Dans l’Aude il y a 5 ou 6 ans de cela, un monsieur de 73 ans avait été ouvert par un sanglier. Les pompiers sont montés sur les lieux de l’accident au bout d’un certain temps- pour finalement constater qu’il était intransportable et qu’il fallait l’évacuer par hélico. Vous imaginez le temps perdu ?????!!!! Est ce qu’on envoie un alpiniste examiné un blessé pour savoir s’il faut l’évacuer en civière ou en hélico ??? Un accident de chasse c’est : soit tu n’a pas grand-chose et on t’amène à l’hosto en voiture ou ont fait une jonction avec les pompiers, soit c’est trés grave et on va chercher un hélico direct. Pour cela il faut une procédure validée et imposée ! Les blessés ont d’abord été transportés sur des 4×4 pour sortir du champ, puis transférés sur un hélico à 11 km et 10 minutes de trajet. Alors qu’on aurait pu poser 3 hélicos tellement c’est plat et dégagé. Vous qui comme moi chassez en moyenne montagne, mettez dans votre portable le n° de téléphone de votre PGHM. Moi c’est fait depuis longtemps ! Voici le cas diamétralement opposé d’un chasseur (pompier de profession) que je connais et qui continue de chasser et de courir plus vite qu’un lapin (!) qui a pris une balle de 9.3×62 (oui vous avez bien lu !) à 15 mètres dans l’épaule. Avec un courage et un sang-froid sans nom, l’épaule explosée, il a téléphoné lui même à sa caserne en leur disant dans le plus grand calme : « Je viens de prendre une balle dans l’épaule, c’est très, très grave, je vais mourir, je perd énormément de sang, je suis à tel endroit, faites décollez l’hélico immédiatement ».

L’hélico a décollé de Toulouse et s’est posé au moment même où les  pompiers arrivaient, ils en étaient déjà à 4 poches de sang. Si on s’était contenté d’appeler les pompiers et de les laisser faire un diagnostic, le gars serait mort aujourd’hui. Voilà ce que L’accident de Marcilly devrait dégager comme enseignements en lieu et place de la suppression de la bretelle !

Print Friendly, PDF & Email

Sur le même thème :

2 réflexions au sujet de « Législation névrotique et incompétence : Vers une interdiction de la bretelle ? »

  1. Bonsoir. toujours des choses trés intéressantes/passionnantes sur ce blog et en réaction à ce nouvel article sur la sécurité, j’ abonde en votre sens quant au numéro detéléphone du PGHM,mais
    aussi et surtout car complémentaire,de posséder dans son sac le peu onéreux GPS « Backtrack point 5 » ainsi que le non moins indispensable garrot C-A-T référence:FA117 de l’armée américaine, dont
    le poids de 70g est aussi léger que le prix: 34,50 € (en vente chez usmcpro.com pour ceux qui n’ont pas lu ce blog)

    Amicalement et bonne continuation.                 H . Vandevoorde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *