TOULOUSE : Un Armaiolo installe son atelier

Vous allez me dire c’est quoi un « armaiolo » et pourquoi l’avoir écrit en Italien.

sosthene.jpg

En Italien, on distingue : « L’Armiere » le vendeur d’armes de « L’Armaiolo » l’armurier au sens propre du terme, c’est à dire le fabricant, le réparateur d’armes. En France nous n’avons pas cette subtilité de langage pour distinguer ces deux professions.

Jean-Christophe Sosthène originaire de cette région de Bourg Saint-Bernard (Haute Garonne, côté Tarn) dans la quelle il a passé toute son enfance est revenu au pays.

sosthene-2-copie-1.jpgEntre-temps il aura passé presque quinze ans en Italie, il assurait le SAV pour BROWNING et HERSTAL. Il assure toujours le SAV dans toutes les compétitions internationales de BROWNING partout dans le monde.

Jean-Christophe Sosthène ne vend pas d’armes, c’est un parti-pris ! Il les répare, les fabrique, les entretient.

Sa connaissance des armes Italiennes, son passage de 4 ans chez BERETTA fait qu’il connaît très bien toutes les armes Italiennes, particulièrement les armes fines. Il entretient des relations privilégiées avec tout ce que l’armurerie compte de fabricants, d’artisans spécialisés et de maîtres Italiens. Il faut savoir que l’armurerie c’est 17 métiers différents ! Oui… 17 !!! 

sosthene2.jpg

Jean-Christophe Sosthène, répare, voire fabrique toutes sortes de pièces de rechange pour les armes. Ses relations privilégiées avec BROWNING lui permettent d’obtenir des pièces rares, des armes dites « en blanc » c’est à dire brute, sans gravure, ni finition.

Le montage « en blanc » est constitué de nombreuses étapes, et s’effectue avec des pièces « en blanc », c’est à dire n’étant ni bronzées ni trempées, des pièces brut de fraiseuse,  voici les principales opérations :

« Montage en blanc » :

  1. Le basculage : montage de l’ensemble canon /bascule/longuesse fer
  2. L’équipe ou relime : mise en forme de la bascule, découpe des coquilles, relime des platineaux, filets contre filets etc…
  3. Le montage des différentes pièces mécaniques, marche d’éjection, verrouillage, marche de percussion etc…
  4. La mise en bois : fabrication de la crosse aux mesures du client.

Une fois ces opérations terminées, l’arme est complète et fonctionnelle, il reste cependant toutes les finitions à faire, le canon doit être bronzé, la bascule éventuellement gravée puis trempée, la crosse vernie au tampon ou poncée et huilée puis quadrillée.Toutes les pièces internes sont révisées, les réglages affinés, éjections simultanées, armements simultanés, réglages des poids de départs, assise du verrouillage, et les points de trempe sont faits. La finition « en blanc » permet à un client très exigeant et prêt à y mettre le prix de recevoir une arme unique, puisque tout le montage « en noir » se fait selon les desiderata du client.
« Montage en noir » : le canon est maintenant bronzé il faut le bouchonner avant de le monter, la gravure est faite et la bascule trempé, la crosse finie, c’est l’assemblage final.
Grâce à ses liens avec les artisans Italiens il fait fabriquer des crosses sur mesure, gravure personnelle, etc… Il peut également faire recouvrir toute crosse d’un revêtement plastique, camouflé, imitation carbone, etc…

Son adresse : 7 place d’Auta. 31570 Bourg Saint Bernard. Tel 06 38 22 22 45. A vingt minutes de Toulouse. Prendre l’autoroute direction Albi, sortie n°2 : « Castres » suivre la direction : Bourg Saint Bernard.

Avant de vous déplacer, téléphonez pour vous assurer qu’il ne soit pas en déplacement.

armurerie.jpg

Print Friendly

Sur le même thème :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *