Livre : « La fin du hasard ».

la fin du hasard

Ouvrir un livre par les frères Bogdanov c’est avoir la certitude de ne plus pouvoir le lâcher jusqu’à la dernière page.

On devrait inventer, rien que pour eux, le Nobel de la vulgarisation.

Ce livre est un choc ! Car avant même de le refermer vous aurez intégré, digéré que le hasard n’existe pas et que, je cite la dernière phrase du livre : « ce qui écrit n’est pas ce que l’on fait, mais la liberté de le faire ». J’ajouterai simplement….ou de ne pas faire.

Mise à jour de l’article avec cette citation de Steve Jobs : « Ce que tu décides de ne pas faire est tout aussi important que ce que tu décides de faire ».

Quelques phrases extraites du livre qui m’ont particulièrement touché :

« Le hasard correspond à une information incomplète ».

« Ce que nous appelons le hasard n’est que notre incapacité à comprendre un degré d’ordre supérieur ».

Albert Einstein : « l’idée que l’ordre et la précision de l’univers, dans ses aspects innombrables, seraient le résultat d’un hasard aveugle est aussi peu crédible que si, après l’explosion d’une imprimerie, tous les caractères retombaient par terre dans l’ordre du dictionnaire ».

einstein

James Gardner : « Dire que le Cosmos est apparu par hasard, c’est un peu comme croire que si l’on attend assez longtemps, un Boeing 747 va s’assembler de lui même, à partir de la poussière existant dans la ceinture des astéroïdes ».

james gardner

Page 23 : Le grain de sable rouge.

Page 34 : Poincaré compare le hasard aux prévisions météorologiques.

poincare 18 ans

Page 40 : Les détracteurs professionnels des frères Bogdanov seraient bien inspirés de méditer  ces quelques lignes :

Décembre 1877 : Boltzmann donne une conférence devant ses pairs et parle des atomes de plomb chauffés par la chaleur de la mise en fusion.

Boltzmann

Dans la salle, Ernst Mach (celui qui a donné son nom à la vitesse Mach I, Mach II, etc.) se lève outré et déclare : « Des atomes ? Ce n’est pas le plomb mais votre cerveau qui est en train de fondre, mon pauvre Boltzmann ! Vos soi-disant atomes n’existent pas ! Pas plus que des fées sur le Danube ! ».

Ernst Mach

Comme quoi on peut tout à la fois être un génie dans son domaine et le dernier des connards, quand il s’agit de juger du travail des autres ! Ça, c’est pour les détracteurs professionnels des Bogdanov !

Page 44 : Le zéro qui ordonne tout ! Opinion personnelle : le zéro serait-il « l’esprit vint et mit l’ordre en toute chose ». AMORC : Premier mandement.

Commentaire personnel : Ce qui amène à méditer sur le fait que ce sont les Arabes qui ont inventé (ou retranscrit… opinion qui n’engage que moi) le zéro.

Le hasard est un mot Arabe qui signifie : « Coup de dés ».

Un  proverbe Arabe dit : « Le hasard est le plus grand illusionniste de tous les temps ».

Page 68 : Hommage à Alan Turing, celui qui cassa le code de la machine ENIGMA, avec l’aide infiniment précieuses des mathématiciens Polonais qui avaient fait le plus difficile et  sans laquelle la deuxième guerre mondiale n’aurait pu être gagnée qu’avec plusieurs millions de morts supplémentaires et au moins « deux ans de retard ».

les mathématiciens Polonais sont les grands oubliés du cassage de code de l’ÉNIGMA, c’est eux qui firent le plus difficile et réussirent à exfiltrer leurs travaux en Angleterre.

« Énigma : les mathématiciens polonais dans la Deuxième Guerre mondiale ».

Extraits : « Dès 1932, Rejewski et les cryptologues polonais parviennent à briser le code d’Enigma et à lire les messages des Allemands. Cependant, après l’arrivée d’Hitler au pouvoir et l’installation du régime nazi, le système de codage allemand est rapidement renforcé. À la veille de la Deuxième Guerre mondiale, les Allemands utilisaient plus de combinaisons numériques que le secteur bancaire aujourd’hui ! Pour autant, les mathématiciens polonais ne se laissent pas distancer. Ils trouvent de nouvelles méthodes et construisent les premières machines à décoder les chiffres allemands afin d’accélérer les calculs de combinaisons. Rajewski met ainsi au point en 1938 sa « bombe », dont le bruit ressemble à celui d’une bombe à retardement. Grâce à la bombe cryptologique qui décode mécaniquement les messages d’Enigma, les Polonais sont capables de déchiffrer 70% des communications allemandes ».

turing

Imaginez vous que la machine à coder ENIGMA date de 1920 et possédait 159 milliards de milliards de combinaisons possibles !

Pour casser ce code, Turing inventera « une bombe anti-hasard ». De fait, Turing invente le premier « cerveau électromécanique » qui deviendra bien plus tard l’ordinateur.

enigma

En lisant ce livre vous apprendrez comment cet homme, Alan Turing est mort et pourquoi le symbole d’Apple est une pomme à demi croquée.

« Alan Turing, le casseur d’Enigma, enfin gracié par la reine d’Angleterre »: Un article de ZDNET. 24 Décembre 2013.
« Son génie a été mis en œuvre à Bletchley Park pendant la seconde guerre mondiale où son apport a été décisif pour briser le code Enigma, contribuer à mettre fin à la guerre et sauver des milliers des vies. Sa vie a plus tard été assombrie par sa condamnation pour homosexualité, condamnation que nous considérerions aujourd’hui comme injuste et discriminatoire, et qui est désormais annulée », a ainsi déclaré Elizabeth II, sur proposition du ministre de la Justice ».

Puisse son âme reposée en paix !

ala-turring.jpg

Page 106 : L’effet papillon expliqué aux nuls.

Page 207 : Où comment casser une bouteille de Vodka et comprendre l’origine de l’univers.

Page 218 : La première explosion atomique et la théorie du « Big bang à l’envers ».

Très modestement je parlerai plutôt de « Big bang à rebours » ou de « Big bang remontant ».

Une hypothèse strictement personnelle que j’ai émise dans des articles consacrés à nos visiteurs d’outre-espace.

Nos visiteurs d’outre-espace (ou Frères de l’espace selon la terminologie de certains) ont commencé à se manifester bruyamment dès les effets de l’explosion atomique ressentis dans tout l’Univers. Les explosions à l’air libre se succédant, les visites s’accentuèrent pour se transformer de plus en plus en avertissements, pour se terminer par un deal : La technologie spatiale contre l’arrêt des explosions à l’air libre, la dénucléarisation de l’espace et de la lune.

Vous ne vous êtes jamais posé la question de savoir pourquoi on ne teste pas nos bombinettes sur la Lune ou dans l’espace ? Méditez… !

Selon moi et en toute modestie, je pense que « la peur » suscité outre-espace par ces explosions atomiques est qu’une trop forte explosion nucléaire pourrait provoquer un dysfonctionnement dans les « réglages diaboliquement pointus  de l’Univers », provoquant une réaction en chaine qui pourrait être fatale à la galaxie voire plus.

Ce que les Bogdanov appellent le « Big bang à l’envers » et que je préfère nommer un  « Big bang à rebours » ou de « Big bang remontant ».

Page 265 : Où comment découvrir qu’il y a 13 milliards 820 millions d’années, le réglage du premier feu de l’Univers était réglé au 100.000éme de degré prés. La découverte de ce « réglage diabolique » engendrera cette expression devenue célèbre : « C’est comme voir le visage de Dieu ».

Le feu d’artifice final, page 294 et jusqu’à la fin du livre : « Si l’univers est vraiment chaotique, comment expliquer alors qu’il soit possible de le décrire par des Lois qui nous permettent de décrire son comportement ».

Post-scriptum :

« Un objet c’est :

  1. De la matière.
  2. De l’énergie.
  3. De l’information (en bits) »
Print Friendly

Sur le même thème :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *