Les courants sont-ils encore nécessaires à la chasse en battue et si oui dans quelles conditions ?

 

Mise à jour de l’article : Ayant reçu un trés beau texte qui sera publié dans la revue « Sanglier techniques te chasse » (vous en serez informé), trés beau texte disais-je mais aussi trés instructif, je modére ce jugement par rapport aux chiens courants en Corse. Suite à la lecture de ce qui fera bientôt l’objet d’un trés long article de Guillaume, je reconnais que l’article qui suit ne s’applique pas à la chasse en Corse, tant le territoire est difficile et les chiens courants parfaitement adaptés à ces territoires.

Avant la loi de 1972, on pouvait chasser sur de très grands territoires au sein d’un département, avant que tout cela ne se transforme dans le système que nous connaissons actuellement.

En ce temps là, le territoire ayant la superficie d’un département, les pistes et autres chemins carrossables n’existant pas, les jeunes de l’époque, souvent des ruraux en pleine forme physique, se déplaçaient et traquaient le gros gibier à la même vitesse que les chiens !

A cette époque là le chien courant était indispensable compte tenu des distances à parcourir. Un petit chien comme le Fox ou le Teckel n’aurait pas tenu le coup très longtemps. Le territoire était tellement vaste  à l’époque que l’on pouvait se permettre de faire l’impasse sur certaines « remises », il y en aurait tant d’autres en chemin !

On pouvait alors, se permettre d’envoyer le gibier n’importe où, à n’importe quelle distance ! Je l’ai dit le territoire c’était le département !

Qu’en est-il aujourd’hui ? Les sociétés de chasse, ACCA, AICCA même si elles ont de grands territoires de chasse sont très limitées ! Ne parlons même pas de certaines ACCA dont le territoire se rétrécit comme peau de chagrin à cause des constructions, piste cyclable, etc…..

Le problème est de savoir quels chiens utilisés : courants ou petit chiens type fox, teckels ou un autre chien que je n’ai jamais vu dans le Sud-ouest, qui possède la même mâchoire carré qu’un crocodile, la ténacité d’un fox avec une taille idéale, je veux parler du Schnauzer moyen.

Avantages et inconvénients des courants :

Avantages : Comme son nom l’indique, il court, il court beaucoup, il aime courir et aboyer. Il est endurant !

Inconvénients : Il a tous les inconvénients de ses avantages. Pour ne pas dire tous les défauts de ses avantages !

Quand il lance un animal, il le suit et quand je dis « il le suit », je veux dire qu’il le fait sur des kilomètres, voire des dizaines de kilomètres. Quand on ne le retrouve pas 4 jours après dans un autre département, affamé.

Il ne se passe pas une saison sans que j’en croise un sur la route, famélique, impossible à attraper. De fait souvent les gens appellent le n° de mobile inscrit sur le collier, à ce sujet : éviter d’écrire avec un feutre ! C’est illisible !

Adopter des colliers gravés au laser et SURTOUT, SURTOUT, inscrivez les chiffres de cette façon : 06.00.878.686, les six derniers chiffres par groupe de 3. C’est déjà compliqué de tenir le chien, de lire le n° de téléphone, de le retenir et de composer le numéro tout en tenant le chien, alors pitié facilitez la tache à celui l’attrape au vol au bord d’une route !

Je me souviens d’un bleu de Gascogne retrouvé 5 jours après. Deux ou trois fois par jour le propriétaire recevait un appel : « j’ai vu tes chiens à tel endroit ». A des dizaines de kilomètres ! Ils se sont arrêtés quand ils ont commencé à crever de faim !

Que s’était-il passer ? Le chien courant prend un animal, puis l’animal se dérobe, alors il en prend un autre et ainsi de suite ! Le courant ne connait pas les limites de l’ACCA, il part et « anda » ! Certaines meutes sont plus disciplinées que d’autres, alors passe encore dans une AICCA quand on y chasse au milieu mais dés qu’on aborde les bordures, les limites du territoire là c’est la cata !

Si encore le problème des courants se limitait à des questions de territoires ! Ce que l’on peut surtout reprocher aux courants c’est aussi et surtout qu’ils vident le territoire !

La parcellisation des territoires de chasse pénalise les courants

Les courants vident le territoire car en se déplaçant à la vitesse ou ils vont :

  1.  Ils font disparaitre tous les Grands gibiers rencontrés sur le territoire en les envoyant au minium chez le voisin, au pire à des kilomètres. Et que se passe-t-il une fois que le sanglier bon gré mal gré se retrouve à plusieurs kilomètres de l’endroit où il a été levé ? Très simple ! Si là où il se trouve il y a de quoi boire et manger, il va se remiser sur place ! Il ne reviendra  pas sur votre territoire ! 
  2.  Les courants ne font pas le boulot correctement ! Ils sont totalement obnubilés par la traque dynamique, ils se déplacent tellement vite qu’ils n’ont pas le temps de faire les ronciers, les remises. Je l’ai encore vu ce week-end, les sangliers étaient remisés  au dessus de moi dans un roncier (« gamas » en Gascon), un courant est passé plein pot il n’a rien senti ! La meute est arrivée, un sanglier est sorti, la meute s’est mise aux fesses du kamikaze et tout ce joli petit monde s’est évaporé dans la nature !

Le piqueur et ses teckels à poils longs sont arrivés,  il restait 5 sangliers dans le roncier, tous sont sortis ! Un conducteur de chien me disait : « Avec le teckel l’avantage c’est qu’il n’a peur de rien, le problème c’est qu’il n’a peur de rien, autrement dit quand une meute de teckels entre dans un roncier soit les sangliers sortent, soit les chiens se font tuer sur place ! ». C’est plus rare chez les courants notamment et surtout parce qu’ils ne peuvent pas entrer dans un roncier ! Un teckel ou un fox c’est un sanglier sur mini-pattes, il passe SOUS les ronces.

L’autre avantage du petit chien c’est qu’il ne mènera pas très longtemps, il lance l’animal, le course quelques centaines de mètres puis revient aux pieds de son maitre.

Le boulot est fait, la bête « est debout », soit elle se remise un peu plus loin et le chien relance, soit elle tombe sur les postés.

Et puis il y a cette incroyable ténacité des FOX qui « donnent » (aboient) systématiquement quand ils sont derrière une bête : « gnac ! gnac ! ». Au contraire du courant qui aboie quand il est en quête, le FOX ne « gnaque » que lorsqu’il a la bête en visuel ! C’est alors que j’ôte la sécurité, j’épaule l’arme à 45° vers le sol et j’attends parce que je sais que la bête arrive sans erreur possible !

J’ai la chance de fréquenter aussi bien de très grande AICCA que de toutes petites ACCA et on constate que la taille de territoire ne fait même plus la différence face à l’intelligence des animaux. Les sangliers se tiennent de plus en plus souvent en bordure des limites du territoire. Pourquoi ? Parce qu’ils sont peu ou pas chassés ! Et pourquoi sont-ils peu ou pas chassés ? Réponse unanime des acteurs : « Parce qu’on envoie les bêtes chez le voisin ». Et avec les courants on les envoie chez le voisin du voisin, j’ajouterai !

Quelle solution pour mixer courants et chiens de petits-pieds :

Le Blitzkrieg vous connaissez ? Cette notion de « raid éclair », de pénétration rapide, très rapide, s’applique parfaitement au déplacement des courants. A condition toutefois que l’infanterie suive derrière ! Les courants c’est, pour faire une image, les blindés qui foncent droit devant et bouscule tout, les chiens de petits-pieds, c’est l’infanterie, celle qui nettoie et ratisse le terrain.

Cette suggestion ne tient que pour de grands territoires, quand on ferme comme c’est le cas chez nous des montagnes entières ! Ce faisant les courants vont effectivement lever toutes les bêtes  : « sanglier debout », cervidés, etc. mais vont laisser de coté les sangliers remisés au milieu des ronces, sans parler des bêtes qui se laissent volontairement dépasser (Oui les bêtes aussi connaissent les tactiques « stay behind  » !) pour mieux fuir dans le sens opposé à la traque. N’abusez pas des courants, gérez les !

Attention à ne pas « ameuter » les courants et les petits chiens car ces derniers ont vite fait de prendre de mauvaises habitudes et finissent eux aussi par se retrouver deux villages plus loin !

Les teckels sont très caractériels. Le cas m’a été raconté par le propriétaire d’une meute. Il avait été obligé de séparer un des frères et sœurs d’une même portée qui servait de tête de Turc aux autres. Ils ont quand même trouvé le moyen de lui faire la peau sitôt la chasse commencée et dans le dos du maitre, évidemment !

J’attends vos commentaires, il vous suffit de cliquer sur « Écrire un commentaire » en bas à droite de chaque article.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de mise en forme, veuillez m’en informer en faisant un clic droit sur le texte pour le mettre en surbrillance puis cliquez sur Ctrl + Entrée . C’est tout !

Print Friendly, PDF & Email

10 thoughts on “Les courants sont-ils encore nécessaires à la chasse en battue et si oui dans quelles conditions ?”

  1. Un petit dernier pour la route ( commentaire)…. La plupart des races de chien courant sont issu de la chasse des rois, de la grande vènerie. Donc il est facile de comprendre que ces races ont été
    développées pour servir cette noble chasse et cela dans les règles de l’art. C’est chiens sont mis sur la voix d’une seule bête et ne doivent suivre que cette voix là. Le but étant acculé la bête,
    l’hallali, ( dans l’eau généralement) et de la servir à la dague ou à l’épieux. Une bonne sélection, un découplage efficace et beaucoup de patience et de persévérance vous remplirons de joie pour
    adapter ces chiens pour la chasse à tir en battue…. Une bonne soirée.

  2. Mise à jour de l’article : Ayant reçu un trés beau texte qui sera publié dans la revue
    « Sanglier techniques te chasse » (vous en serez informé), trés beau texte disais-je mais aussi trés instructif, je modére ce jugement par rapport aux chiens courants en Corse. Suite à la
    lecture de ce qui fera bientôt l’objet d’un trés long article de Guillaume, je reconnais que l’article qui suit ne s’applique pas à la chasse en Corse, tant le territoire est difficile et les
    chiens courants parfaitement adaptés à ces territoires.

  3. Si vous en faites un livre, on peut le publier réguliérement dans la revue : « sanglier techniques de chasse ».

  4. Je n’ai pas beaucoup de temps malheureusement, mon temps libre ( week-end) est consacré exclusivement à la chasse en battue du sanglier. J’aime partager mon expérience mais je n’ai pas la science
    infuse… Permettez moi simplement de vous parler de ce que je connais et aussi d’être à l’écoute de la connaissance des autres. Pour info je suis pour votre « action » militante pour les munitions
    adaptées à notre passion. Un article sur les chiens courants pourrait ressembler à un livre car il y a tellement à dire. L’idée est très intéressante surtout si ça évite de véhiculer des fausses
    vérités ou autre inepties…. Cordialement

  5. Pourquoi ne pas faire un article complet intitulé : « chiens courants un autre avis » et je le publierai.

    C’est mieux que de rester en « commentaires »

  6. Vous comprendrez à travers mes propos que l’idée même de chasse en battue implique l’utilisation de chien courant. En essayant d’être précis voici quelques  » bases » pour aider la compréhension du
    fonctionnement d’une meute. 1/ c’est l’éducation de la meute qui définie sont comportement sur le terrain. J’ai connu des courants qui stoppaient la menée à la nuit tombée et qui ramenaient tous
    les autres au chenil. 2/ Il faut découpler les chiens sur des pieds frais différents deux par deux afin qu’ils courent des animaux différents. 3/ Dans une meute il y des chiens maîtres ( alpha) et
    les autres ne font que reproduire ce que font les alpha. Petites précision quant à l’utilisation des chiens de terrier tels Fox, jadd etc. Si vous voulez les utiliser aux sangliers lâchez sur des
    cochons au ferme et si ils sont bien sélectionnés vous n’aurez pas à pleurer leur mort…. Une bonne façon de tester ces chiens, c’est de les mettre en parc face à un sanglier. Si le chien tourne
    autour du cochon et cherche à mordre le jarret du sanglier il est apte au combat car en attaquant aux jarrets arrières des cochons ils les mettront debout quelque soit leur taille. Si ce dernier ce
     » jette au museau » faite donc plaisir à votre tâta en lui offrant un bon chien de compagnie qui vivra plus longtemps que s’il chasse…. Ce sujet est si vaste et si passionnant que je m’arrête la
    pour ce soir… Cordialement

  7. Bonsoir à tous. Je veux bien continuer à lire le contenu de ce blog à condition que les gens qui s’expriment fasse attention aux conneries qu’ils diffusent notamment sur les chiens et leur
    utilisation. Il faut les élever, les dresser, les faire chasser et en suite vous pourrez parler des chiens et de leur utilisation!!! Il n’y a que les piqueurs de métier qui pourront vous former et
    pas sur la toile mais à la chasse!!! Je connais des dizaines de postes qui ne connaissent rien aux chiens avec lesquels ils chassent de puis des années…

  8. Merci de votre commentaire, il enrichit  le débat. Je suis loin d’être un spécialsite des chiens, je fais simplement un constat.

    Constat d’autant plus limité que je chasse dans un mileiux térs rural où les variétés de chiens que vous citez n’existent pas ! Le fait de chasser en moyenne montagne ne simplifie pas les choses.
    Chez nous le chien sert surtout à pousser le sanglier vers les postés, on ne lui demande pas vraiment de tenir un ferme, le terrain est trop accidenté pour qu’un piqueur puisse rejoindre
    facileemnt les chiens.

    Ici en moyenne montagne on a deplus en plus de sociétés de chassse qui refusent les courants, ils ne veulent que des chiens de petit pieds.

    C’est un débat qu’il est utile d’ouvrir. Vos commenatires peuvent aider d’autres chasseurs à se tourner vers des solutions alternatives.

  9. Je ne suis pas entièrement d’accord avec votre article. Vous vous limitez à définir qu’une sorte de courant : « des chiens qui courent derrière le sanglier pendant des kilomètres et qui ne
    s’arrêtent jamais. » Or, il y a une grande différence entre les courants. Un gascon et un anglo ou un fauve et un porcelaine ne chasseront pas du tout pareil.
    Certain sont fait pour le rapproché, d’autre pour le debout ou d’autre encore pour le ferme…
    D’ailleurs pour avoir souvent participer a des brevets de chasse sur sanglier, les juges notent le chien dans le style de la race.
    On ne peut donc pas se limiter qu’à un seul type de courant.

    Je vais donner quelques exemple pour illustrer mon point de vue.
    Je chasse dans un petit territoire en plaine, possédant quelque remise et quelques bois entouré de vignes et de champs. Selon votre article, cela ne correspond pas a la chasse pour des
    courants.
    On possède une meute de porcelaine (Les hurleurs du minervois de Mr Berdeil) pour une quinzaine de postés.
    Au lever du jour, chacun par faire les traces. Le premiers qui trouve un pied appelle le reste de l’équipe, et la commence un rapproché qui peut durer pendant plus de deux heures. On pose deux ou
    trois chien sur le pied et on suit les chiens jusqu’à arriver à la remise. Etant en plaine les chiens traversent des vignes, des labourés, et des friches sur un pied de nuit, et je peu vous assurer
    qu’un fox ou un jack est impossible de faire pareil. Une fois les sanglier remisé, on poste le plus large possible. Et la technologie d’aujourd’hui nous permet d’équiper les chiens de collier GPS
    afin de les suivre et de les arrêter dés qu’il sorte de notre territoire ou d’intervenir quand il traverse une route si le sanglier nous a échappé.
    On tue en moyenne 25 sangliers par ans, et on lève les sangliers chaque samedi. Le plaisir n’est pas forcément de tuer mais de voir travailler et d’entendre les chiens.
    Certain se contenterait d’avoir une meute de petits chiens et de faire remise par remise en postant le plus prés possible. Peut être que le résultat sera meilleur mais en ce qui concerne la beauté
    et la duré de la chasse je laisse des réserves.

    Un autre exemple, J’ai participer a une battue dans un grand bois ou la végétation est très épaisse. Après avoir posté tout le monde, le premier piqueur lâche une meute de grand gascons, très vite
    les sangliers sont levé avec une trés belle musique mais malheureusement aucun ne sortiront de la chasse. en effet il ont tourné à l’intérieur de la chasse durant prés de 3h. L’après midi, un
    second piqueur est arrivé avec une meute de griffon fauve de Bretagne. L’équipe a décidé de chasser ce même grand bois. Résultat 9 sangliers mort et une quinzaine de manqué. Les fauves sont
    beaucoup plus rapide et mordant et bien plus adapté sur ce style de territoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.