Accidents de chasse 2015-2016.

Communiqué ONCFS : « Accidents de chasse 2015-2016 : le nombre d’accidents mortels au plus bas ».

Les accidents DE chasse sont à différenciés des accidents A LA chasse. Les accidents seront ajoutés au « fil de l’eau » c’est à dire les derniers en tête d’article. Un commentaire pour en tirer des enseignements.

 « On ne peut pas tuer un homme dans un accident de chasse si on ne va pas à la chasse« . Alfred Bester.

« Parce qu’on ne maîtrise pas le hasard, on ne peut le condamner« . Un sage.

Février 2016 : « Dordogne : Il oublie de décharger son fusil et tire dans la cheville de son ami ». « Ce nouvel accident de chasse en Dordogne. Ca s’est passé samedi après midi. Un chasseur de 66 ans habitant de Sarlat a été grièvement blessé. Il a reçu dans la cheville une balle de gros calibre. Il a été opéré à Périgueux et risque l’amputation. L’un de ses collègues, un chasseur de Meyrals de 67 ans aurait rangé dans sa voiture une arme sans l’avoir déchargée au préalable.
Le coup serait parti tout seul. (NDR : !!!!) La balle a traversé la carrosserie de la voiture avant de se loger dans la cheville de son camarade ».

Commentaire : Encore le coup du « coup qui part tout seul » ! On a donc des armes qui font de l’éjaculation précoce et involontaire ! Faut vérifier la prostate des armes à mon avis ! Plus sérieusement, plusieurs erreurs grossières :

  1. N’avoir pas déchargé son arme en quittant le poste.
  2. N’avoir pas vérifié son arme une deuxiéme fois AVANT d’attraper sa housse pour la ranger.
  3. Toujours cette main baladeuse qui vient heurter la détente. Je le dis et je le répète sans arrêt, pourquoi croyez-vous que les postulants au titre d’agent fédéral du FBI passent 48 heures avec une arme scotchée à la main 24/24 ? Pour s’habituer au contact de l’arme et si ça ne tenait qu’à moi je la chargerai avec des billes colorantes pour que le gars fassent encore plus attention à ne pas toucher cette queue de détente. Vu le rapport de l’assaut de Saint Denis, même chez les policiers dits « d’élite » le problème est le même !!! Il y a eu plusieurs blessés…. dans le dos…!!! Je ne mets volontairement pas le lien de l’article pour ne pas ajouter à ce désastre… depuis très longtemps prévisible ! Je pourrai faire un article de plusieurs pages sur le pourquoi et le comment de cette dérive qui a commencé en 1994… Vaut-il mieux des « cow-boy » qui savaient gérer leur stress comme Barril ou des « sociologiquement correct » qui font n’importe quoi ?

Février 2016 : Accident À la chasse : « Un homme a été sérieusement blessé au bras par son propre fusil, samedi matin à 6 h 15, dans le quartier des Cannes à Ajaccio. Alors qu’il s’apprêtait à aller chasser avec un ami, la décharge de petits plombs serait partie toute seule dans des circonstances qui demeurent encore inconnues. Pris en charge par le Samu et évacué vers l’hôpital de la Miséricorde, ses jours ne sont pas en danger ».
Commentaire :
On croit rêvé ! « le coup est parti tout seul » comme ça…! Comme si le fusil était doué d’intelligence ! La vérité c’est que les gens n’ont pas le début du commencement de la manipulation d’une arme. Mais le plus beau reste à lire :

Premier titre Samedi :

accident de chasse

Puis quelqu’un a du faire passer le mot à la Rédaction et leur a fait comprendre que ce titre était d’un ridicule sans nom. D’où changement de titre 3 jours après.

accident à la chasse corse

Mais ce n’est toujours pas ça car il s’agit en fait d’un « accident domestique » ! Le gars a manipulé son arme chez lui ! Le « quartier des Cannes à Ajaccio » ne semble pas se prêter à des remises à sangliers : « Les Cannes est un quartier de personnes âgées en ville de la commune de Ajaccio (20000). Les 5080 habitants sont en majorité des personnes âgées. Ils sont âgés, plutôt locataires de leur logement (52 %) et ont des petits revenus (22600 euros par ménage). Le quartier est animé (0,5 restaurants, cafés et bars tous les 100m) et il y a beaucoup de commerçants (2,9 tous les 100m) ».

Février 2016 : Accident À la chasse :  Bretagne / Ille-et-Vilaine. Le Pertre (35) : le sanglier charge. 3 rabatteurs grièvement blessés. Ce midi, lors d’une chasse dans la forêt du Pertre en Ille-et-Vilaine, trois rabatteurs ont été grièvement blessés par un sanglier. Ils ont été transportés dans trois hôpitaux.

Février 2016 : « Un chasseur de 54 ans, demeurant dans les Yvelines, a trouvé la mort dans des conditions dramatiques cet après-midi lors de la dernière battue de la saison en Moselle. L’accident s’est produit dans la forêt de Plaine-de-Walsch près de Sarrebourg. Le chasseur était posté non loin d’un autre participant à la sortie, lorsqu’une biche a surgi des fourrés. Les hommes ont fait feu en même temps. L’un des deux s’est écroulé, mortellement blessé au thorax ». Mon commentaire : Problème de placement, de visibilité, allez savoir…

Janvier 2016 : Accident À la chasse :  Dimanche, en fin de matinée, à Marquay, en Périgord noir, un chasseur de 59 ans s’est blessé tout seul à la jambe droite en se tirant un coup de carabine dessus, suite à une mauvaise manipulation de l’arme. L’accident s’est produit à Marquay, près de Sarlat. L’homme âgé de 59 ans a été hospitalisé. L’accident s’est produit au lieu-dit Badarelle, lors d’une battue organisée par une société de chasse locale. Mon commentaire : Toujours le problème du doigt qui se balade et qui n’est pas sur le pontet. La formation au permis de chasse ne va pas arranger les choses, mais les aggraver ! On en reparlera !

Janvier 2016 : Accident À la chasse : « Coup de vent dans la Meuse : un chasseur se tire deux balles dans la jambe ». « Le septuagénaire, qui s’abritait des fortes précipitations avec son parapluie, a soudain subi une rafale de vent qui l’a déséquilibré. En voulant rattraper son pépin, le fusil a glissé et deux coups sont partis. Le malheureux a reçu deux balles de calibre 12 Brenneke dans la jambe, à hauteur du tibia et de la cheville ». Commentaire rectificatif : « le fusil a glissé, il a rattrapé ce dernier par les détentes et deux coups sont partis ». La liste est longue des accidents causés À la chasse par des chasseurs qui rattrapent leurs armes par les détentes.

Janvier 2016 : Accident de chasse à Montjustin : un homme blessé à l’épaule.
« Ce dimanche après-midi, vers 16 heures, un homme de 56 ans a été blessé par un chasseur. Heureusement, la balle du fusil a traversé l’épaule. Elle est entrée et ressortie sans causer de dommage grave ». Mon commentaire : Toujours cette inculture des armes de la part des journalistes ! Si cela avait été vraiment une balle de fusil, l’épaule aurait été emportée. Ou bien il s’agissait d’une balle de fusil en fin de course ou bien d’un ricochet.

Décembre 2015 : Accident mortel provoqué par un sanglier :  Une personne a été tuée et quatre autres blessées mercredi soir après un accident de voiture causé par un sanglier sur l’autoroute A10. Une femme de 60 ans, éjectée du véhicule lors de l’impact, a été tuée dans l’accident, et un homme du même âge grièvement blessé. Trois autres occupants, une femme de 20 ans, et deux hommes de 35 et 61 ans, ont été légèrement blessés. Selon un rapport ministériel datant de 2012, quelque 170 accidents corporels en moyenne (mais des milliers de collisions) avec des animaux sauvages sont recensés chaque année sur les routes, engendrant une douzaine de tués et plus d’une centaine de blessés. Mon commentaire : Y a t’il eu manifestation anti-sangliers ? Y a t’il eu des protestations pour que les sangliers ne traversent plus les routes le dimanche ou les jours de fêtes ?

29 Décembre 2015 : « Saint-Gor (40) : un chasseur de 74 ans blessé à la joue lors d’une battue. L’accident a été déploré vers 15 heures au lieu dit Chicoy. Les jours de la victime ne sont pas en danger. Les premiers éléments laissent à penser à « un ricochet ».

28 Décembre 2015. « Accident de chasse mortel en Corrèze. Un homme de 70 ans s’est accidentellement tiré une balle dans le genou, alors qu’il chassait la bécasse sur la commune d’Yssandon, au lieu-dit « les Termes ». Il est mort, sur place, de ses blessures ».  Mon commentaire : Ce n’est pas un « accident DE CHASSE » mais un accident « À LA CHASSE ». NUANCE !

27 Décembre 2015. Un homme de 68 ans, victime d’un accident de chasse, a été pris en charge ce dimanche par les pompiers à Saint-Crépin-de-Richemont. Les secours, sollicités vers 17 heures, ont pris en charge le sexagénaire blessé par balle au bras droit. La gravité de son état a nécessité son transfert avec l’hélicoptère du Samu à Périgueux.

Mardi 22 décembre 2015 en milieu d’après-midi, un chasseur a été blessé par l’un de ses camarades lors d’une battue au chevreuil sur la commune de Saint-Christaud dans le Sud-Est de la Haute-Garonne, ont indiqué les gendarmes du département. Blessé au visage et à la cuisse par plusieurs plombs tirés par son collègue, l’homme a été pris en charge par les pompiers avant d’être transporté au CHU de Rangueil. Lors de sa prise en charge, la victime aurait fait un arrêt cardio-respiratoire, son pronostic vital serait engagé. Selon les premières constatations effectuées par les gendarmes de la brigade de Rieux Volvestre, un soudain changement de poste lors de la battue serait à l’origine de l’accident. Mon commentaire : « changement brutal de poste », tout est dit !

Le Favril : un octogénaire retrouvé mort dans une pâture, la thèse de l’accident de chasse privilégiée. Dimanche 20 décembre, aux alentours de 13 heures, un homme a été retrouvé mort dans une pâture au Favril. Il s’agit d’un Favrilois, Henri Gosse, 83 ans, ancien agriculteur. La thèse de l’auto-accident semble être privilégiée.

Nouvelles informations disponibles sur l’accident de THORY : « Le chasseur, blessé par balle à la tête suite à un accident de chasse, ce samedi 19 décembre, vers 10h30, à Thory, est hors de danger. « La balle a pu être extraite, précise le substitut du procureur de la République d’Auxerre, Arnaud Dubois. La victime est sauvée. Selon les investigations menées par les gendarmes d’Avallon et les agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, le tir, qui a touché le chasseur à la tête, est « accidentel », poursuit le substitut du procureur. La victime a été atteinte par ricochet. La balle aurait pu ricocher sur un piquet de clôture ».

Haute-Corse – Un homme décède lors d’une partie de chasse. « Un homme âgé de 53 ans, est décédé samedi 19 décembre 2015 lors d’une partie de chasse sur la commune de San Lorenzu dans le Centre Corse, a-t-on appris auprès des services de secours. Selon les éléments fournis par le Service départemental d’incendie et de secours de la Haute-Corse (SDIS 2B), il ne s’agirait pas d’un accident de chasse ». Analyse du cas : Il ne s’agit pas d’un accident DE chasse mais d’un accident À LA chasse ! Je dis cela pour « La buvette des alpages », site anti-chasse s’il en est qui n’a toujours pas intégré la différence !

Mon commentaire : Cette phrase que j’ai adressée à la veuve d’un chasseur qui avait eu une crise cardiaque au poste : « Quelle plus belle mort pour un chasseur que de mourir en TENANT LE POSTE  jusqu’au bout ».

Un accident de chasse a fait un blessé grave, ce samedi 19 décembre, vers 10h30, à Thory. « Un homme a été grièvement blessé par balle lors d’un accident de chasse, survenu, ce samedi 19 décembre, vers 10h30, dans les bois de Thory. La victime, âgée de 47 ans et résidant à Island, un village proche de Thory, a été transporté au centre hospitalier d’Auxerre par les pompiers, arrivés rapidement sur les lieux ».

« Un septuagénaire a été victime d’un grave accident de chasse à Saint-Michel-les-Portes, en Isère, peu avant 15 heures, ce jeudi 17 décembre 2015.  L’individu, originaire de Roissard, a été touché accidentellement par la balle d’un de ses cinq compagnons de chasse, d’un tir manifestement parti trop loin. Il s’agit d’un impact par une balle Brenneke, un type de balle dédié à la chasse aux grands mammifères, notamment à la chasse aux sangliers.
La gendarmerie de Monestier-de-Clermont a ouvert une enquête. Il s’agit d’un groupe de chasseurs chevronnés. « Ils n’ont jamais rencontré de problèmes avant cet incident », commente la gendarmerie ». 

Analyse du cas : Passons sur les connaissances du journaliste qui écrit : « …la balle Brenneke, un type de balle dédié à la chasse aux grands mammifères, notamment à la chasse aux sangliers ». Tu parles si la Brenneke qui a plus de 100 ans permet de chasser de « de grands mammifères » Bref ! Sans préjuger du rapport de l’enquête, il semble que ce soit de prime abord, un coup de longueur ou un tir non fichant qui s’est terminé dans la nature. Si le chasseur avait pris la Brenneke dans ses 80 premiers mètres de vol, il serait plus que vraisemblablement mort, la jambe emportée ! Il peut s’agir aussi d’un ricochet. De toute façon la Brenneke est totalement dépassée par la balle « FIER » dont je ne cesse de recommander l’utilisation depuis la création de ce blog en 2007. « Fusil : Conversations autour de la balle FIER 28″& « Balles de fusil pour le sanglier ». Ce dernier article traite notamment de la FIER 24 alu dont la portée efficace est volontairement limitée à 40 mètres environ.

13 Décembre 2015 : Les pompiers ont été appelés, à 10 h 30, ce dimanche 13 décembre, pour secourir un homme qui a reçu une balle perdue dans un bras, à La Brosse Tempête à Domérat, lors d’une partie de chasse à laquelle il était extérieure. Il a été transporté au centre hospitalier de Montluçon.
L’homme, âgé, a été touché alors qu’il soignait des poules et des lapins sur son terrain. Il était à plus de 150 mètres du tir, selon la police.

Analyse du cas : Attention au tir fichant ! Voir mon article : « Faut-il identifier avant de tirer ou identifier avant de prendre la visée ? Tir fichant ou zone fichante ? »

5 décembre 2015 : Un promeneur d’une quarantaine d’années a été victime d’un tir de chasseur vers 10h30 ce samedi 5 décembre, dans le massif du Semnoz. « L’homme de 43 ans a été mortellement touché par une balle alors qu’il randonnait en forêt avec sa compagne, non loin de la RD 241, sur la commune de Quintal. Un groupe de neuf chasseurs de la société de chasse de la commune effectuait une battue au gros gibier quand l’un d’entre eux, poursuivant un sanglier, a tiré en direction du couple de randonneurs ».

Analyse du cas : J’ai pris cette information car c’est elle qui me parait le plus proche de la réalité. A savoir qu’un chasseur a poursuivi un sanglier tout en le tirant. Soit le gars était au poste et il n’avait pas à se déplacer soit c’était un piqueur et dans le feu de l’action il a perdu toutes ses notions de sécurité. Ne pas hésitez dans les consignes de battue à imprimez cet article ou en reprendre l’essentiel et dire lors de la prochaine battue : « Samedi dernier un promeneur est mort dans telles et telles circonstances ».

N’hésitez pas à prendre 5 minutes pour faire un débat, pour obliger les autres chasseurs à s’interroger sur leurs propres comportements.

29 Novembre 2015. « Un habitant de Saint-Samson a été tué, dimanche, lors d’une partie de chasse qui se déroulait à Saint-Calais-du-Désert, à l’extrême nord de la Mayenne. Plusieurs chasseurs participaient à une battue aux sangliers, lorsque l’accident s’est produit, vers midi, au lieu-dit : « La Masnelle ».

« Grande Bretagne : les chasseurs offrent le gibier aux pauvres ». Depuis l’ouverture de la saison de la chasse à la grouse au Royaume-Uni, le 12 août, plus de 600 associations caritatives dont des banques alimentaires et des foyers pour sans-abris ou personnes âgées démunies ont bénéficié de ces distributions de gibier, a confirmé Fareshare, l’association caritative qui a géré ces distributions.

L’EST-ECLAIR : « C’est grâce à des chasseurs que l’on a découvert la voiture de Mohamed Merah. Lors des tueries perpétrées par Mohamed Merah, survenues dans le Sud-Ouest en 2012, ce sont des chasseurs de la région qui avaient découvert sa voiture abandonnée en forêt. Claude Mercuzot insiste sur l’utilité de ces actes de solidarité civique et compte sur le sens des responsabilités des chasseurs aubois ».

La balle ricoche et blesse un chasseur à Épothémont. Dans le cadre d’une battue, un chasseur a tiré sur un chevreuil mais la balle a ricoché sur un arbre et atteint un autre chasseur à la cuisse.

Mesplède (Pyrénées-Atlantiques). Il s’agit en l’occurrence d’un accident À LA CHASSE : « Un chien de chasse tire accidentellement sur son maître. Le chasseur avait posé son fusil sur le tronc d’un arbre le temps de ramasser une bécasse. Son chien, tout à sa joie, bondissait à ses côtés et a alors accroché le fusil. Le coup est parti ».

« Un homme a été blessé mercredi 11 novembre 2015 vers 15 h 45 alors qu’il participait à une battue aux sangliers. L’accident s’est produit sur la commune de Combes, au lieu dit « La Caralle », près de Lamalou-Les-Bains. La balle pourrait avoir ricoché. Selon nos informations, le quinquagénaire n’aurait pas été victime d’un tir direct. II est possible en revanche que la balle l’ai touché après avoir ricoché mais, pour l’heure, les enquêteurs de la gendarmerie de Bédarieux n’écartent aucune hypothèse. Le pronostic vital n’est pas engagé ». Analyse du cas : Pas plus d’informations.

08 Novembre 2015. Lors d’une chasse ce dimanche, non loin de Marigny-les-Usages (Loiret) un homme de 57 ans a été blessé. Touché au ventre, il a été emmené au centre hospitalier d’Orléans-La Source. Ses jours ne sont pas en danger. Analyse du cas : Pas plus d’informations.

08 Novembre 2015. Un vététiste a été blessé au bras, ce dimanche matin, à la suite d’un coup de fusil tiré par un chasseur, dans la forêt de Venise, dans le Doubs. Le jeune homme n’a pas été atteint directement par une balle ou des plombs, mais plutôt par des éclats, indique-t-on au parquet de Besançon, saisi de l’affaire. Analyse du cas : Pas plus d’informations. Mais cette rubrique sert à vous faire prendre conscience que les accidents ça n’arrivent pas qu’aux autres.

Belgique. Samedi 07 novembre 2015. « Un chasseur a été grièvement blessé par un tir de chevrotine samedi après-midi à Lincent, a-t-on appris auprès du parquet de Liège. Transporté à l’hôpital, ses jours ne sont cependant pas en danger. L’accident est survenu alors que des chasseurs avaient terminé leur partie de chasse et rejoignaient leurs véhicules. Alors que l’un des participants s’apprêtait à ranger sa carabine (NDR : fusil) dans le coffre de sa voiture, l’arme est tombée sur le sol et un coup est parti. Un autre chasseur a été grièvement blessé par le tir de chevrotine ». Analyse du cas : Pas difficile de comprendre que l’arme n’avait pas été préalablement déchargée ! Et qu’elle n’était pas en cours de l’être ! Ce qui signifie que cela aurait très bien pu lui arriver chez lui ! Personnellement, même si « je sais  » que j’ai déchargé, avant de remettre l’arme dans la housse, je fais comme si elle était chargée ! Je braque mon arme à 45° vers le sol, vers une zone neutre et j’inspecte la chambre. Ce n’est qu’après que je place ma carabine dans la housse. Outre le fait que le journaliste ne connait pas la différence entre « fusil » et « carabine » il y a également un problème avec le terme « chevrotines » ! S’agissait il vraiment de chevrotines, mais qu’est ce qu’il faisait avec des chevrotines… ou s’agissait t’il de plombs.

Samedi 31 Octobre 2015, vers 15 h 30, un septuagénaire originaire de Cessenon, a trouvé la mort lors d’une battue au sanglier. L’accident s’est déroulé sur la commune de Pierrerue, près de Saint-Chinian, au lieu-dit le Mas-Neuf. Les gendarmes auditionnent une vingtaine de personnes. Pas plus de détails sur les circonstances exactes. « Accident de chasse à Saint-Chinian : l’auteur du coup de feu mortel sous contrôle judiciaire ».

06 Octobre 2015 : En Haute-Marne, une partie de chasse a viré au drame ce lundi en début d’après-midi, à Bussières-lès-Belmont, à une dizaine de kilomètres de Chalindrey. Un homme d’une soixantaine d’années est mort, les circonstances restent encore très floues. L’enquête devrait permettre d’apporter plus d’éléments dans les prochains jours. Le corps de la victime sera autopsié mercredi, les résultats seront ensuite communiqués par le parquet de Chaumont jeudi. La thèse d’un accident est privilégiée.

Octobre 2015. États-Unis : Un labrador baptisé Trigger (« Détente », en anglais) a pressé par accident la gâchette de l’arme de sa maîtresse, Allie Carter. Partie ce week-end chasser le gibier d’eau, la jeune femme âgée de 25 ans a commis une erreur de débutante. Elle a laissé traîner son fusil, un calibre 12, au sol, sans y mettre la sécurité. Et après un coup de papatte malheureux de son toutou, elle s’est retrouvée avec quelques plombs logés dans le pied gauche. Analyse du cas : Plus grave encore : En 2012 et en Dordogne, Un Périgourdin de 55 ans a dû être amputé de la main droite à la suite d’un accident de chasse peu banal dimanche, son jeune chien ayant appuyé sur la gâchette du fusil en voulant « faire un câlin » à son maître, a-t-on appris lundi auprès de la gendarmerie et de l’intéressé. On n’appuie pas sa main sur les canons d’une arme quand celle-ci est chargée…!

Mercredi 28 Octobre 2015 : Vers 12h, au lieu-dit «Brit» à Bourideys, un concours de chasse était organisé par le Club d’utilisation sportive  du chien d’arrêt afin de faire travailler les chiens à la traque du faisan. Alors qu’un chien venait de débusquer un faisan, un chasseur a tiré sur le gibier prenant son envol et blessé accidentellement le propriétaire du chien dont la tête dépassait d’une butte. Analyse du cas : Est-ce la faute du tireur, de la personne qui se trouvait dans l’axe de tir et derrière une butte (!!!) ou des organisateurs ? La question reste posée  !

Dimanche 25 octobre vers 16 heures. Un homme blessé dans un accident de chasse près de Nîmes. L’accident s’est produit près de la rue de la Mandre, à Poulx. Un homme de 68 ans a été blessé par balle au bras droit  lors d’un accident de chasse, sur la commune de Poulx, dans le Gard. Pas d’informations supplémentaire.

20 Octobre 2015 : « Un chasseur se blesse seul à Salles-d’Aude. L’homme s’est tiré une balle à bout portant dans la cuisse en voulant sauter un fossé. Son fusil n’était pas cassé lors du déplacement ». Analyse du cas : Le tireur a 72 ans. Cela fait donc des années et des années qu’il chasse, surement des années et des années qu’il répète ce geste. Mauvaise habitude ! En y réfléchissant un peu… Comment d’aprés-vous a t’il pu compte tenu de la longueur d’un fusil, se loger une balle dans la cuisse ? Dans le pied je veux bien ! Mais dans la cuisse !!! ??? C’est pourtant simple et répétitif dans presque tous les accidents de chasse : IL A RATTRAPE SON FUSIL AU VOL ET PAR LES DÉTENTES ! C’est la seule explication possible ! Le coup ne part pas tout seul ! La détente, elle est « CON ET DISCIPLINÉE », elle n’envoie la sauce que si l’on consent à la presser avec un minimum de pression…! CQFD ! Ou alors il attrapé son arme par le bout du canon alors qu’il n’avait pas encore récupéré son équilibre et la détente a accroché quelque chose au sol. Un conseil du chasseur en moyenne montagne que je suis : J’ai déjà pris des vols planés terrible, évidemment c’est toujours au poste, sur un terrain que l’on connait et par surprise.

Portez votre arme soit :

Autour du cou, suspendue et culasse visiblement ouverte et pour les semi auto : culasse ouverte ou cartouche factice en travers.

Capture01port autour du cou

Dans la signée du coude gauche :

arme dans la saignée du coude

Dans les deux cas, culasse largement ouverte pour rassurer les voisins. Mieux… boucher le canon du creux de la main. Personne ne mettra en doute que votre arme est déchargée et/ou inopérante !

Vous avez appris à tirer ? ALORS APPRENEZ A TOMBER ! Faites-vous une répétition factice (arme déchargée tant qu’à faire !). Apprenez à votre corps à tomber en arrière, sur les fesses. Pour apprendre il faut simuler ! Votre sac à dos heurtera le sol avant et amortira le choc. Votre buste empêchera la lunette de taper le sol. Ne laissez pas vos mains toucher votre arme, occupez-vous de freiner votre chute, MIEUX ! LAISSEZ-VOUS GLISSER jusqu’à l’arrêt complet. L’avantage de l’arme dans la saignée du coude gauche, c’est que lorsqu’on tombe, le coude gauche vient se plaquer sur la carabine tout en protégeant le bloc détente ainsi que la lunette.

11 Octobre 2015 : Ce matin , jour de l’ouverture de la chasse dans les vignes, à 10 h, à Luc sur Orbieu, un chasseur a blessé un VTTiste. Le chasseur, originaire d’Ornaisons est âgé de 37 ans. Il chassait le gibier à plumes dans les champs jouxtant une traverse, lorsqu’il a tiré sur un perdreau qui prenait son envol. Il venait de toucher un homme qui faisait du VTT avec un ami et son fils. Analyse du cas : Le tir à plomb n’est jamais fichant, c’est un véritable dilemme, problème, que faire ????? Adapter la charge aux oiseaux tirés ? Réduire la charge ? Tirer des munitions de type « Air Marshall » ? (munitions spéciales pour tirer à l’intérieur des avions). Les premières munitions de ce type passées quelques mètres se transformaient en une sorte de « grillage » inoffensif. C’est une réflexion qu’il faut avoir !

18 Octobre 2015 : Un septuagénaire a été blessé lors d’une partie de chasse, hier, à Salbris, de manière accidentelle d’après les premiers éléments de l’enquête. Il a reçu un éclat de balle à gros gibier dans la jambe. Pas d’informations supplémentaire.

Un Brassois, âgé de 87 ans, a été touché, ce mercredi 14 Octobre vers midi à Bras, par une balle de calibre 300. Blessé gravement, il a été transporté par hélicoptère à l’hôpital Sainte-Musse de Toulon. Lors de son évacuation, son pronostic vital n’était pas engagé. Pas d’informations supplémentaire.

*****************************

Parce que les accidents de chasse ne sont pas une spécialité Franco-Française : Nord du Québec : 10 Octobre 2015. En l’occurrence il s’agit d’un accident « à la chasse » et non pas « de chasse » : « Un homme de 21 ans de la région de Lanaudière a perdu la vie dans un accident de chasse, samedi, au nord de Lebel-sur-Quévillon. L’accident a eu lieu alors que le jeune homme se déplaçait à bord d’un véhicule avec des collègues de chasse. Une mauvaise manipulation de l’arme aurait causé l’accident selon les policiers. Aucune accusation criminelle : « Un enquêteur du poste de la Sûreté du Québec de Lebel-sur-Quévillon ainsi qu’un technicien en identité judiciaire se sont déplacés sur les lieux pour expertiser la scène et rencontrer les témoins et après ces rencontres-là aucune accusation criminelle ne devrait être portée. » — Le sergent Benoît Coutu de la Sûreté du Québec. 

Analyse du cas : Aucun détail supplémentaire. On ne comprends pas si c’est l’auteur de la manipulation qui est mort ou plus vraisemblablement un collègue. Quand vous déchargez une arme, même si vous êtes certain qu’elle est vide, ne déchargé jamais votre arme vers les voisins. Toujours se tourner vers un coin neutre, toujours le canon vers le sol ET ENLEVEZ CE PUTAIN DE DOIGT DE LA DÉTENTE !!! LAISSEZ-LE, COLLEZ-LE AU PONTET !!! Le doigt sur le pontet relève d’une obligation judiciaire, en attendant que les examinateurs au permis de chasse ne l’intègre………!!!!!!!!

*****************************

Dimanche 11 Octobre 2015 : Dramatique partie de chasse, hier après-midi, sur le territoire de la commune d’Ignaux. Un chasseur âgé de 56 ans, originaire de région parisienne, a été découvert mort. Il aurait été atteint par le projectile d’une arme à feu.

Traitement de l’information par le journaliste : L’information est très bien traitée : « ..….Les gendarmes vont s’attacher à identifier l’arme d’où est parti le tir mortel et l’auteur du coup de feu. Ils vont également examiner les conditions d’organisation de la battue et son déroulement. Cette chasse obéit à des règles de sécurité précises : positionnement, tir après identification de l’animal, tir fichant… La nature accidentée du terrain sera également prise en compte ». Analyse du cas : On n’en sait pas plus pour l’instant.

*****************************

Samedi 10 octobre 2015 : Un grave accident de chasse s’est produit à hauteur de Revel (Isère). Un promeneur de 20 ans, originaire du Gard, a été victime d’un tir. Traitement de l’information par le journaliste : Rien à dire. C’est clair, net et précis.

Analyse du cas : Tir d’un chevreuil en direction d’un sentier. On n’en sait pas plus. Je connais le problème, je chasse en moyenne montagne. Je prends garde de ne jamais viser en direction d’un sentier. Si la foret est vraiment trop dense, ne pas hésiter en ces périodes de beau temps de reporter les battues dans certaines zones à novembre, voire décembre. 16 h 50 : le chasseur présenté à un magistrat instructeur grenoblois aujourd’hui a été mis en examen pour homicide involontaire et a été laissé en liberté après placement sous contrôle judiciaire, apprend le Dauphiné libéré ce lundi après-midi. 12 H 41 : lors de sa garde à vue, le chasseur a indiqué aux enquêteurs qu’il avait fait feu en direction d’un chevreuil. Aucun chevreuil blessé ou mort n’ayant été retrouvé sur les lieux de l’accident, trois hypothèses sont actuellement envisagées par les enquêteurs: soit le projectile en cause a ricoché avant de tuer le randonneur ; soit le chasseur a tiré sur un chevreuil et a raté l’animal, la balle tuant ensuite le randonneur qui se trouvait dans l’axe du tir ; soit, enfin, le chasseur a confondu le randonneur avec un chevreuil et a fait feu dans sa direction. Selon une source fiable, la thèse du ricochet paraît peu probable et aucune des deux autres hypothèses n’est privilégiée actuellement. « En l’état de l’enquête, il n’y a pas de preuve permettant d’affirmer que le chasseur a délibérément fait feu sur le randonneur en le confondant avec un chevreuil », a indiqué ce même interlocuteur au Dauphiné Libéré ».

Derniers développements : Il semblerait qu’il y est un problème de comportement de la part de certains chasseurs.

*****************************

04 Octobre 2015 : « Une femme d’une quarantaine d’années et sa fille de 12 ans ont été légèrement  blessées ce dimanche après-midi par un tir de fusil de chasse. L’accident s’est produit à 16h30 dans les environs de Saint-Martin-en-Haut ». Le chasseur, qui a pris la fuite après l’accident, a été interpellé en début de soirée  par les gendarmes. Cet homme de 42 ans a expliqué avoir tiré un gibier. mais n’a pas vu les deux promeneuses masquées par la végétation. Il a ensuite entendu leurs cris mais a été pris de panique ». Traitement de l’information par le journaliste : Rien à dire. C’est clair, net et précis.

Analyse du cas : « ……..mais n’a pas vu les deux promeneuses masquées par la végétation ». L’article : « Faut-il identifier avant de tirer ou identifier avant de prendre la visée ? Tir fichant ou zone fichante ? » émet des recommandations très précises à ce sujet : « ………C’est la raison pour laquelle je préfère substituer à l’expression « tir fichant », la formule « zone fichante ». Un tir peut-être fichant et resté dangereux. Une zone fichante c’est une zone bien défini et surtout visible du point de vue du tireur et dans laquelle il va « précipiter » son projectile qu’il fasse mouche, que la balle traverse ou qu’elle soit à coté. Je constate à la lecture des accidents de chasse qu’il y a de plus en plus de tir direct qui se produisent lors du tir d’un animal qui se trouve placé devant une haie, sans qu’il soit envisagé par le tireur qu’il puisse y avoir quelqu’un d’autre derrière la dite haie. Pour tirer un animal en toute sécurité, si vous voyez une bande de terrain derrière l’animal et avant la haie, vous pouvez tirer, votre tir sera fichant même si vous ratez. En tenant compte évidemment de la zone visé : si vous visez le cou, c’est derrière celui-ci qu’il faudra vérifier la présence d’une “zone fichante”. Si vous ne voyez pas “de zone fichante” entre votre animal et la haie, ne tirez pas ! Que votre tir soit bon ou pas, la balle peut ressortir de l’animal et toucher quelqu’un situé derrière la haie et invisible à vos yeux. C’est surtout le cas en moyenne montagne ou piqueurs, promeneurs et animaux peuvent arriver de tout côté.

*****************************

27 septembre 2015. Dimanche, en fin d’après-midi, un jeune homme de 25 ans a perdu la vie au cours d’une sortie de chasse sur le territoire de la commune du Viala-du-Pas-de-Jaux (Aveyron). Traitement de l’information par le journaliste : Rien à dire. C’est clair, net et précis. Analyse du cas : Aucune information pour l’instant.

*****************************

19 septembre 2015. « Quatre hommes qui participaient à une partie de chasse ont été plus ou moins sérieusement blessés ce matin vers 8h30 à Cordéac. Les faits se sont produits à proximité d’une cabane de l’ONF. Un chasseur de 51 ans qui se trouvait à l’intérieur aurait fait une mauvaise manipulation et une balle serait partie, traversant une tôle de la cabane. Des éclats de tôles auraient alors blessé quatre personnes se trouvant à l’extérieur ». Traitement de l’information par le journaliste : Rien à dire. C’est clair, net et précis.

Analyse du cas : « la mauvaise manipulation » elle consiste neuf fois sur 10 à fermer l’arme avec le doigt sur la détente. Éducation des armes encore et toujours ! La manipulation OBLIGATOIRE Franco-Administrato-Française à l’examen du permis de chasse que je dénonce depuis longtemps ne fait rien pour faire avancer le schmilblick ! Voir mon article : « Doigt sur le pontet » : Une obligation judiciaire ! »

*****************************

20 septembre 2015. Accident de chasse en Dordogne : un jeune de 16 ans  atteint d’une balle à l’épaule lors d’une battue aux sangliers dimanche, sur la commune de Nadaillac (24). L’enquête est en cours, mais les gendarmes de Larche, en Corrèze, et Sarlat, en Dordogne, soupçonnent que le tireur, âgé de 19 ans seulement, aurait visé un sanglier en direction de la route où se trouvaient la victime et son père. Traitement de l’information par le journaliste : « le tireur, âgé de 19 ans seulement« . Je ne vois pas le rapport entre l’age et l’accident. Le maniement d’une arme est une question d’éducation aux armes. Les parents transmettent naturellement la science du comportement des animaux, leurs remises, etc.. Ils ne transmettent pas suffisamment parce qu’eux même ne l’ont pas reçu : l’éducation des armes.

Analyse du cas : Viser un sanglier en direction d’une route c’est une faute inexcusable. Quand vous arrivez au poste, faites la check-list : « Là je peux tirer, là je ne peux pas tirer ». Rappelez-vous qu’il vaut mieux regretter de ne pas avoir tiré que regretter d’avoir tiré.

*****************************

19 septembre 2015. Noailhac. Aveyron. Le chasseur blessé dans un état stable. « La chasse se déroulait dans un endroit très boisé mais aussi très accidenté et particulièrement caillouteux. Il semblerait qu’à l’occasion d’un tir, une balle a ricoché sur un caillou ». Traitement de l’information par le journaliste : Rien à dire, pas de sensationnalisme intempestif.

Analyse du cas : Le problème dans cette information c’est que l’on ne possède aucun détail : Balle de carabine ? De fusil ? On sait que la balle de fusil ricoche facilement, hormis la balle FIER.

Commentaire : Il est totalement déplorable qu’il n’existe pas encore à ce jour, une cellule au sein de la Fédération nationale, chargé de centraliser tous les accidents DE chasse et les accidents A LA chasse. Les données à traiter devraient être anonymisées mais comporter tous les détails de l’enquête de gendarmerie et notamment les noms des munitions utilisées. je pense à cet accident survenu dans l’Aude il y a quelques années, une balle conçue pour se couper en deux, dont l’une des deux moitiés est allée tuer un posté à 90°. Le tireur s’étant aussitôt donné la mort…! Ces balles devraient être interdites en battue, de même que les billes en acier dont le comportement est aussi erratique que certaines décisions adminitrato-étatiques.

*****************************

16 septembre 2015. Accident de chasse mortel à Houaïlou. Nouvelle Calédonie.  En début d’après-midi, un jeune homme de 25 ans originaire de la tribu de Kua s’est tué lors d’une partie de chasse. Ce jeune revenait d’une partie de chasse, un cerf sur ses épaules. Après avoir trébuché, il est tombé et  s’est tranché accidentellement l’artère fémorale avec son couteau. Quand il est arrivé à proximité des premières habitations, des amis ont tenté de lui faire un garrot. Il est malheureusement décédé avant d’arriver au dispensaire ». Traitement de l’information par le journaliste : Ce n’est pas un accident de chasse mais un accident « à la chasse » ! Nuance !

Analyse du cas : Le couteau n’était pas dans un étui de protection. Une mauvaise habitude. Quand il est arrivé à proximité des premières habitations, des amis ont tenté de lui faire un garrot. Il est malheureusement décédé avant d’arriver au dispensaire ».  Je l’ai écrit dans cet article : « Prévention des accidents de chasse & gestion de l’accident de chasse ». « Une hémorragie consécutive à la rupture d’une artère fémorale, accident classique quand un sanglier charge. Le flot de sang qui jaillit par à coup est énorme, la mort va intervenir dans une grosse poignée de secondes. La seule solution pour sauver le blessé est d’appliquer un point de compression immédiatement au-dessus du saignement ou plus haut à distance si on n’a pas accès au plus près de la plaie. Le pronostic vital est engagé il n’y a une seule minute à perdre.

………….Après les recommandations précédentes, s’assurer de la survie du blessé en attendant les secours spécialisés. Dites vous bien que « le mal est fait » et que paniquer ne sert à rien. Sauf, si une artère gicle le sang, là il y a urgence parce que la mort peut intervenir en 2 minutes après avoir perdu 2 litres de sang. A force de dire aux gens « ne paniquez pas, laissez faire les professionnels » on arrive à des situations aussi absurdes que la mère de famille qui appelle les pompiers pour son enfant qui se noie dans la baignoire !

  • l’artère est vraiment tranchée ou elle est plus ou moins coupée. Dans le cas d’une artère tranchée, le point de compression est inutile car insuffisant. Il faut boucher l’artère avec un doigt ! Oui je sais….! Mais c’est cela ou la mort intervient en 2 minutes chrono.
  • Si l’artère est plus ou moins coupée, on peut faire en amont un point de compression avec une laisse, un foulard, le CAT ci-dessous, etc.
  • Garrot CAT disponible chez WELKIT.

garrot cat

Il est hors de question d’attendre un quelconque secours, le secours c’est vous. Comment voulez vous qu’un service d’urgence arrive en moins de 2 minutes sur un accident ? Il n’y a pas de fatalité ! Ce qu’il manque c’est de l’information.

Porte garrot CAT :

Existe également une variante : Pansement compressif israélien First Care 4″ (10 cm). Disponible chez WELKIT.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de mise en forme, veuillez m’en informer en faisant un clic droit sur le texte pour le mettre en surbrillance puis cliquez sur Ctrl + Entrée . C’est tout !

Print Friendly, PDF & Email

8 thoughts on “Accidents de chasse 2015-2016.”

  1. Pour moi la plus simple des choses fin de battue je mets systématiquement la douille en alu de tir à vide dans la culasse cela devrait être partout..et que je garde dans un étui atour du cou tout simplement………….
    eh oui une époque révolu celle de Raymond le scotch je m’en souviens bien…pour que la crosse du 357 soit mémorisée 7 jours..

    1. Merci pour votre commentaire. Mais il faudrait préciser que vous devez mettre cette douille en travers pour que tout le monde la voit.
      Vous pouvez développer pour « Raymond le scotch » pour ceux qui ne connaissent pas.
      Merci

  2. un accident à la chasse qui vous a peut être échappé .

    L’accident s’est produit à Marquay, près de Sarlat. L’homme âgé de 59 ans a été hospitalisé
    D

    imanche, en fin de matinée, à Marquay, en Périgord noir, un chasseur de 59 ans s’est blessé tout seul à la jambe droite en se tirant un coup de carabine dessus, suite à une mauvaise manipulation de l’arme.

    Publicité

    L’accident s’est produit au lieu-dit Badarelle, lors d’une battue organisée par une société de chasse locale.

  3. Bonsoir,
    Je me demandais pourquoi l’accident de chasse dont a été victime mon oncle(chasseur) le 05/10/2015 sur la commune de Bussiéres les Belmont en Haute-Marne ne figure pas dans votre liste ??
    Combien d’autres accidents n’y figurent pas non plus, venant par la même tronquer les statistiques ?
    Dans l’attente d’une réponse.
    Cordialement

    1. Tout simplement parce que cet accident a dû passer entre les mailles du filet de GOOGLE qui me prévient dés qu’il y en a dans la presse. Ce serait plutôt à l’ONCFS de tenir à jour et en temps réel de ce genre d’accident en disant ce qu’il s’est passé enfin d’en tirer des enseignements. Ce que je tente très modestement de faire ! J’ai dont rajouté l’accident de chasse de votre oncle dans l’ordre chronologique des dates. Si vous avez des coupures de presse qui donne plus de détails n’hésitez pas !

  4. bonjour
    félicitation pour votre cite que tout les chasseurs devrait lire
    formateur responsable de battue dans le 69
    je suis surprit en lisent tout les articles d’accident de chasse que vous cofondé peut-être.. volontairement ?? les carabine qui tir des balles et les fusils de la grenaille de plomb ou acier suivent les sonne humide ou pas
    les chevrotines sont des cartouches qui tir des plombs d’un diamètre supérieure a 4 millimètres
    les chevrotines ne sont autoriser qu.en corse et les landes donc une personne blesser par tir de chevrotine ne lest pas par un chasseur mais par un braconnier

    1. Bonjour,
      Je ne confonds pas, c’est le journaliste qui confonds carabine et fusil ! Concernant les chevrotines, est ce que c’est le journaliste qui a confondu plombs et chevrotines, je ne sais pas mais je suis posé moi aussi posé la question : Mais qu’est ce qu’il faisait avec des chevrotines !! Je complète l’article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.